Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 09:24

Merci à Rosa Mertens qui a pris la peine de scinder cette liste par pays, ce qui facilite les envois d'emails.

 

Austria

andreas.molzer@europarl.europa.eu; angelika.werthmann@europarl.europa.eu; elisabeth.koestinger@europarl.europa.eu; ernst.strasser@europarl.europa.eu; eva.lichtenberger@europarl.europa.eu; evelyn.regner@europarl.europa.eu; franz.obermayr@europarl.europa.eu; hannes.swoboda@europarl.europa.eu; hans-peter.martin@europarl.europa.eu; hella.ranner@europarl.europa.eu; joerg.leichtfried@europarl.europa.eu; karin.kadenbach@europarl.europa.eu; martin.ehrenhauser@europarl.europa.eu; othmar.karas@europarl.europa.eu; paul.ruebig@europarl.europa.eu; richard.seeber@europarl.europa.eu; ulrike.lunacek@europarl.europa.eu

 

Belgium

anne.delvaux@europarl.europa.eu; annemie.neyts-uyttebroeck@europarl.europa.eu; bart.staes@europarl.europa.eu; derkjan.eppink@europarl.europa.eu; frank.vanhecke@europarl.europa.eu; frederic.daerden@europarl.europa.eu; frederique.ries@europarl.europa.eu; frieda.breepoels@europarl.europa.eu; guy.verhofstadt@europarl.europa.eu; isabelle.durant@europarl.europa.eu; ivo.belet@europarl.europa.eu; jean-luc.dehaene@europarl.europa.eu; kathleen.vanbrempt@europarl.europa.eu; louis.michel@europarl.europa.eu; marc.tarabella@europarl.europa.eu; marianne.thyssen@europarl.europa.eu; metin.kazak@europarl.europa.eu; philip.claeys@europarl.europa.eu; philippe.lamberts@europarl.europa.eu; said.elkhadraoui@europarl.europa.eu; veronique.dekeyser@europarl.europa.eu

 

Bulgaria

andrey.kovatchev@europarl.europa.eu; antonyia.parvanova@europarl.europa.eu; dimitar.stoyanov@europarl.europa.eu; emilstefanov.stoyanov@europarl.europa.eu; evgeni.kirilov@europarl.europa.eu; filizhakaeva.hyusmenova@europarl.europa.eu; iliana.ivanova@europarl.europa.eu; ilianamalinova.iotova@europarl.europa.eu; ivailo.kalfin@europarl.europa.eu; kristian.vigenin@europarl.europa.eu; mariya.nedelcheva@europarl.europa.eu; nadezhda.mikhaylova@europarl.europa.eu; slavi.binev@europarl.europa.eu; stanimir.ilchev@europarl.europa.eu; vladimir.urutchev@europarl.europa.eu; vladkotodorov.panayotov@europarl.europa.eu

 

Cyprus

antigoni.papadopoulou@europarl.europa.eu; antigoni.papadopoulou@europarl.europa.eu; eleni.theocharous@europarl.europa.eu; eleni.theocharous@europarl.europa.eu; ioannis.kasoulides@europarl.europa.eu; ioannis.kasoulides@europarl.europa.eu; kyriacos.triantaphyllides@europarl.europa.eu; kyriacos.triantaphyllides@europarl.europa.eu; kyriakos.mavronikolas@europarl.europa.eu; kyriakos.mavronikolas@europarl.europa.eu; takis.hatzigeorgiou@europarl.europa.eu; takis.hatzigeorgiou@europarl.europa.eu

 

Czechia

 

andrea.ceskova@europarl.europa.eu; edvard.kozusnik@europarl.europa.eu;; ivo.strejcek@europarl.europa.eu; jan.brezina@europarl.europa.eu; jaromir.kohlicek@europarl.europa.eu; jiri.mastalka@europarl.europa.eu; libor.roucek@europarl.europa.eu; milan.cabrnoch@europarl.europa.eu; miloslav.ransdorf@europarl.europa.eu; miroslav.ouzky@europarl.europa.eu; oldrich.vlasak@europarl.europa.eu; olga.sehnalova@europarl.europa.eu; pavel.poc@europarl.europa.eu; robert.dusek@europarl.europa.eu; vladimir.remek@europarl.europa.eu; zuzana.roithova@europarl.europa.eu

 

Denmark

anna.rosbach@europarl.europa.eu; annee.jensen@europarl.europa.eu; bendt.bendtsen@europarl.europa.eu; britta.thomsen@europarl.europa.eu; christel.schaldemose@europarl.europa.eu; dan.jorgensen@europarl.europa.eu; emilie.turunen@europarl.europa.eu; jens.rohde@europarl.europa.eu; margrete.auken@europarl.europa.eu; morten.lokkegaard@europarl.europa.eu; morten.messerschmidt@europarl.europa.eu; ole.christensen@europarl.europa.eu; sorenbo.sondergaard@europarl.europa.eu

 

Estonia

indrek.tarand@europarl.europa.eu; indrek.tarand@europarl.europa.eu; ivari.padar@europarl.europa.eu; ivari.padar@europarl.europa.eu; kristiina.ojuland@europarl.europa.eu; kristiina.ojuland@europarl.europa.eu; siiri.oviir@europarl.europa.eu; siiri.oviir@europarl.europa.eu; tunne.kelam@europarl.europa.eu; tunne.kelam@europarl.europa.eu; vilja.savisaar@europarl.europa.eu; vilja.savisaar@europarl.europa.eu

 

Finland

anneli.jaatteenmaki@europarl.europa.eu; carl.haglund@europarl.europa.eu; eija-riitta.korhola@europarl.europa.eu; hannu.takkula@europarl.europa.eu; heidi.hautala@europarl.europa.eu; liisa.jaakonsaari@europarl.europa.eu; mitro.repo@europarl.europa.eu; riikka.manner@europarl.europa.eu; sari.essayah@europarl.europa.eu; satu.hassi@europarl.europa.eu; sirpa.pietikainen@europarl.europa.eu; timo.soini@europarl.europa.eu; ville.itala@europarl.europa.eu

 

France

alain.cadec@europarl.europa.eu; alain.lamassoure@europarl.europa.eu; arnaud.danjean@europarl.europa.eu; bernadette.vergnaud@europarl.europa.eu; bruno.gollnisch@europarl.europa.eu; catherine.greze@europarl.europa.eu; catherine.soullie@europarl.europa.eu; catherine.trautmann@europarl.europa.eu; christine.deveyrac@europarl.europa.eu; christophe.bechu@europarl.europa.eu; corinne.lepage@europarl.europa.eu; damien.abad@europarl.europa.eu; daniel.cohn-bendit@europarl.europa.eu; dominique.baudis@europarl.europa.eu; dominique.riquet@europarl.europa.eu; dominique.vlasto@europarl.europa.eu; elie.hoarau@europarl.europa.eu; elisabeth.morinchartier@europarl.europa.eu; estelle.grelier@europarl.europa.eu; eva.joly@europarl.europa.eu; francois.alfonsi@europarl.europa.eu; francoise.castex@europarl.europa.eu; francoise.grossetete@europarl.europa.eu; gaston.franco@europarl.europa.eu; gilles.pargneaux@europarl.europa.eu

 

France

harlem.desir@europarl.europa.eu; helene.flautre@europarl.europa.eu; henri.weber@europarl.europa.eu; jacky.henin@europarl.europa.eu; jean-luc.bennahmias@europarl.europa.eu; jean-luc.melenchon@europarl.europa.eu; jean-marie.cavada@europarl.europa.eu; jean-marie.lepen@europarl.europa.eu; jean-paul.besset@europarl.europa.eu; jean-paul.gauzes@europarl.europa.eu; jean-pierre.audy@europarl.europa.eu; jose.bove@europarl.europa.eu; joseph.daul@europarl.europa.eu; kader.arif@europarl.europa.eu; karima.delli@europarl.europa.eu; liem.hoangngoc@europarl.europa.eu; malika.benarab-attou@europarl.europa.eu; marie-christine.vergiat@europarl.europa.eu; marie-therese.sanchez-schmid@europarl.europa.eu; marielle.desarnez@europarl.europa.eu; marielle.gallo@europarl.europa.eu; marine.lepen@europarl.europa.eu; maurice.ponga@europarl.europa.eu; michel.barnier@europarl.europa.eu; michel.dantin@europarl.europa.eu; michele.rivasi@europarl.europa.eu; michele.striffler@europarl.europa.eu; nathalie.griesbeck@europarl.europa.eu; nicole.kiil-nielsen@europarl.europa.eu; pascal.canfin@europarl.europa.eu; pascale.gruny@europarl.europa.eu; patrice.tirolien@europarl.europa.eu; patrick.lehyaric@europarl.europa.eu; pervenche.beres@europarl.europa.eu; philippe.devilliers@europarl.europa.eu; philippe.juvin@europarl.europa.eu; rachida.dati@europarl.europa.eu; robert.rochefort@europarl.europa.eu; sandrine.belier@europarl.europa.eu; sophie.auconie@europarl.europa.eu; stephane.lefoll@europarl.europa.eu;

sylvie.goulard@europarl.europa.eu; sylvie.guillaume@europarl.europa.eu; vr; veronique.mathieu@europarl.europa.eu; vincent.peillon@europarl.europa.eu;

 

Germany

albert.dess@europarl.europa.eu; alexander.alvaro@europarl.europa.eu; alexandergraf.lambsdorff@europarl.europa.eu; alexandra.thein@europarl.europa.eu; andreas.schwab@europarl.europa.eu; angelika.niebler@europarl.europa.eu; anja.weisgerber@europarl.europa.eu; axel.voss@europarl.europa.eu; barbara-weiler@europarl.eu.int; barbara.lochbihler@europarl.europa.eu; bernd.lange@europarl.europa.eu; bernhard.rapkay@europarl.europa.eu; birgit.schnieber-jastram@europarl.europa.eu; birgit.sippel@europarl.europa.eu; britta.reimers@europarl.europa.eu; burkhard.balz@europarl.europa.eu; christian.ehler@europarl.europa.eu; constanze-krehl@europarl.europa.eu; cornelia.ernst@europarl.europa.eu; dagmar.roth-behrendt@europarl.europa.eu; daniel.caspary@europarl.europa.eu; dieter-lebrecht.koch@europarl.europa.eu; doris.pack@europarl.europa.eu; elisabeth.jeggle@europarl.europa.eu; elisabeth.schroedter@europarl.europa.eu; elmar.brok@europarl.europa.eu; evelyne.gebhardt@europarl.europa.eu; franziska.brantner@europarl.europa.eu; franziska.keller@europarl.europa.eu; gerald.haefner@europarl.europa.eu; gesine.meissner@europarl.europa.eu; gilles.pargneaux@europarl.europa.eu; godelieve.quisthoudt-rowohl@europarl.europa.eu; hans-gert.poettering@europarl.europa.eu; hans-peter.mayer@europarl.europa.eu; heide.ruehle@europarl.europa.eu; helga.truepel@europarl.europa.eu; helmut.scholz@europarl.europa.eu; herbert.reul@europarl.europa.eu; holger.krahmer@europarl.europa.eu; ingeborg.graessle@europarl.europa.eu; ismail.ertug@europarl.europa.eu; jan.albrecht@europarl.europa.eu; jens.geier@europarl.europa.eu; jo.leinen@europarl.europa.eu

 

Germany

jorgo.chatzimarkakis@europarl.europa.eu; juergen.klute@europarl.europa.eu; jurgen.creutzmann@europarl.europa.eu; jutta.haug@europarl.europa.eu; jutta.steinruck@europarl.europa.eu; karl-heinz.florenz@europarl.europa.eu; klaus-heiner.lehne@europarl.europa.eu; knut.fleckenstein@europarl.europa.eu; kurt.lechner@europarl.europa.eu; lothar.bisky@europarl.europa.eu; mail@bernd-posselt.de; manfred.weber@europarl.europa.eu; markus.ferber@europarl.europa.eu; markus.pieper@europarl.europa.eu; martin.haeusling@europarl.europa.eu; martin.kastler@europarl.europa.eu; martin.schulz@europarl.europa.eu; matthias.groote@europarl.europa.eu; michael.cramer@europarl.europa.eu; michael.gahler@europarl.europa.eu; michael.theurer@europarl.europa.eu; monika.hohlmeier@europarl.europa.eu; nadja.hirsch@europarl.europa.eu; norbert.neuser@europarl.europa.eu; peter.jahr@europarl.europa.eu; peter.liese@europarl.europa.eu; peter.simon@europarl.europa.eu; petra.kammerevert@europarl.europa.eu; rebecca.harms@europarl.europa.eu; reimer.boege@europarl.europa.eu; reinhard.buetikofer@europarl.europa.eu; renate.sommer@europarl.europa.eu; sabine.loesing@europarl.europa.eu; sabine.verheyen@europarl.europa.eu; silvana.koch-mehrin@europarl.europa.eu; sven.giegold@europarl.europa.eu; thomas.haendel@europarl.europa.eu; thomas.mann@europarl.europa.eu; thomas.ulmer@europarl.europa.eu; udo.bullmann@europarl.europa.eu; ulrike.rodust@europarl.europa.eu; werner.kuhn@europarl.europa.eu; werner.schulz@europarl.europa.eu; wolf.klinz@europarl.europa.eu

 

Greece

anni.podimata@europarl.europa.eu; charalampos.aggourakis@europarl.europa.eu; chrysoula.paliadeli@europarl.europa.eu; georgios.koumoutsakos@europarl.europa.eu; georgios.papanikolaou@europarl.europa.eu; georgios.papastamkos@europarl.europa.eu; georgios.stavrakakis@europarl.europa.eu; georgios.toussas@europarl.europa.eu; ioannis.tsoukalas@europarl.europa.eu; konstantinos.poupakis@europarl.europa.eu; kriton.arsenis@europarl.europa.eu; mariaeleni.koppa@europarl.europa.eu; marietta.giannakou@europarl.europa.eu; michail.tremopoulos@europarl.europa.eu; niki.tzavela@europarl.europa.eu; nikolaos.chountis@europarl.europa.eu; nikolaos.salavrakos@europarl.europa.eu; rodi.kratsa-tsagaropoulou@europarl.europa.eu; spyridon.danellis@europarl.europa.eu; stavros.lambrinidis@europarl.europa.eu; sylvana.rapti@europarl.europa.eu; theodoros.skylakakis@europarl.europa.eu

 

Hungaria

adam.kosa@europarl.europa.eu; agnes.hankiss@europarl.europa.eu; andras.gyurk@europarl.europa.eu; bela.glattfelder@europarl.europa.eu; csaba.ory@europarl.europa.eu; csaba.tabajdi@europarl.europa.eu; csanad.szegedi@europarl.europa.eu; edit.herczog@europarl.europa.eu; eniko.gyori@europarl.europa.eu; gyorgy.schopflin@europarl.europa.eu; janos.ader@europarl.europa.eu; jozsef.szajer@europarl.europa.eu; kinga.gal@europarl.europa.eu; kinga.goencz@europarl.europa.eu; krisztina.morvai@europarl.europa.eu; lajos.bokros@europarl.europa.eu; laszlo.surjan@europarl.europa.eu; livia.jaroka@europarl.europa.eu; pal.schmitt@europarl.europa.eu; tamas.deutsch@europarl.europa.eu; zita.gurmai@europarl.europa.eu; zoltan.balczo@europarl.europa.eu

 

Ierland

alan.kelly@europarl.europa.eu; briancrowleymep@eircom.net; gay.mitchell@europarl.europa.eu; jim.higgins@europarl.europa.eu; joe.higgins@europarl.europa.eu; liam.aylward@europarl.europa.eu; mairead.mcguinness@europarl.europa.eu; marian.harkin@europarl.europa.eu; nessa.childers@europarl.europa.eu; patthecope.gallagher@europarl.europa.eu; proinsias.derossa@europarl.europa.eu; sean.kelly@europarl.europa.eu

 

Italey

aldo.patriciello@europarl.europa.eu; alfredo.antoniozzi@europarl.europa.eu; alfredo.pallone@europarl.europa.eu; amalia.sartori@europarl.europa.eu; andrea.cozzolino@europarl.europa.eu; antonello.antinoro@europarl.europa.eu; antonio.cancian@europarl.europa.eu; barbara.matera@europarl.europa.eu; carlo.casini@europarl.europa.eu; carlo.fidanza@europarl.europa.eu; carlo.fidanza@europarl.europa.eu; claudio.morganti@europarl.europa.eu; clemente.mastella@europarl.europa.eu; crescenzio.rivellini@europarl.europa.eu; cristiana.muscardini@europarl.europa.eu; david.sassoli@europarl.europa.eu; debora.serracchiani@europarl.europa.eu; elisabetta.gardini@europarl.europa.eu; erminia.mazzoni@europarl.europa.eu; fiorello.provera@europarl.europa.eu; francesca.balzani@europarl.europa.eu; francesco.deangelis@europarl.europa.eu;

francescoenrico.speroni@europarl.europa.eu; gabriele.albertini@europarl.europa.eu; giancarlo.scotta@europarl.europa.eu; gianluca.susta@europarl.europa.eu; gianni.pittella@europarl.europa.eu; gianni.vattimo@europarl.europa.eu; giommaria.uggias@europarl.europa.eu; giovanni.collino@europarl.europa.eu; giovanni.lavia@europarl.europa.eu; guido.milana@europarl.europa.eu; herbert.dorfmann@europarl.europa.eu; iva.zanicchi@europarl.europa.eu; lara.comi@europarl.europa.eu; leonardo.domenici@europarl.europa.eu; licia.ronzulli@europarl.europa.eu; lorenzo.fontana@europarl.europa.eu; luigi.berlinguer@europarl.europa.eu; luigi.demagistris@europarl.europa.eu; luigiciriaco.demita@europarl.europa.eu; magdicristiano.allam@europarl.europa.eu; mara.bizzotto@europarl.europa.eu; marco.scurria@europarl.europa.eu;

mario.borghezio@europarl.europa.eu; mario.pirillo@europarl.europa.eu; matteo.salvini@europarl.europa.eu; niccolo.rinaldi@europarl.europa.eu; oreste.rossi@europarl.europa.eu; paolo.bartolozzi@europarl.europa.eu; paolo.decastro@europarl.europa.eu; patrizia.toia@europarl.europa.eu; pierantonio.panzeri@europarl.europa.eu; pino.arlacchi@europarl.europa.eu; potito.salatto@europarl.europa.eu; raffaele.baldassarre@europarl.europa.eu; rita.borsellino@europarl.europa.eu; roberta.angelilli@europarl.europa.eu; roberto.gualtieri@europarl.europa.eu; rosario.crocetta@europarl.europa.eu; salvatore.caronna@europarl.europa.eu; salvatore.iacolino@europarl.europa.eu; salvatore.tatarella@europarl.europa.eu; sergio.berlato@europarl.europa.eu; sergio.cofferati@europarl.europa.eu; sergio.silvestris@europarl.europa.eu; silvia.costa@europarl.europa.eu; sonia.alfano@europarl.europa.eu; tiziano.motti@europarl.europa.eu; vincenzo.iovine@europarl.europa.eu; vito.bonsignore@europarl.europa.eu; vittorio.prodi@europarl.europa.eu

Latvia

aleksandrs.mirskis@europarl.europa.eu; alfreds.rubiks@europarl.europa.eu; inese.vaidere@europarl.europa.eu; ivars.godmanis@europarl.europa.eu; krisjanis.karins@europarl.europa.eu; roberts.zile@europarl.europa.eu; sandra.kalniete@europarl.europa.eu; tatjana.zdanoka@europarl.europa.eu

 

Lithuania

algirdas.saudargas@europarl.europa.eu; juozas.imbrasas@europarl.europa.eu; justas.paleckis@europarl.europa.eu; laimaliucija.andrikiene@europarl.europa.eu; leonidas.donskis@europarl.europa.eu; radvile.morkunaite@europarl.europa.eu; rolandas.paksas@europarl.europa.eu; valdemar.tomasevski@europarl.europa.eu; vilija.blinkeviciute@europarl.europa.eu; vytautas.landsbergis@europarl.europa.eu; zigmantas.balcytis@europarl.europa.eu

 

Luxumburg

astrid.lulling@europarl.europa.eu; charles.goerens@europarl.europa.eu; frank.engel@europarl.europa.eu; georges.bach@europarl.europa.eu; robert.goebbels@europarl.europa.eu

 

Malta

david.casa@europarl.europa.eu; edward.scicluna@europarl.europa.eu; louis.grech@europarl.europa.eu; ohn.attard-montalto@europarl.europa.eu; simon.busuttil@europarl.europa.eu

 

Poland

adam.bielan@europarl.europa.eu; adam.gierek@europarl.europa.eu; andrzej.grzyb@europarl.europa.eu; artur.zasada@europarl.europa.eu; bogdan.marcinkiewicz@europarl.europa.eu; boguslaw.sonik@europarl.europa.eu; czeslaw.siekierski@europarl.europa.eu; danuta.huebner@europarl.europa.eu; danuta.jazlowiecka@europarl.europa.eu; elzbietakatarzyna.lukacijewska@europarl.europa.eu; filip.kaczmarek@europarl.europa.eu; jacek.protasiewicz@europarl.europa.eu; jacek.saryusz-wolski@europarl.europa.eu; jacekolgierd.kurski@europarl.europa.eu; jacekwladyslaw.wlosowicz@europarl.europa.eu; jan.olbrycht@europarl.europa.eu; janusz.lewandowski@europarl.europa.eu; janusz.wojciechowski@europarl.europa.eu; janusz.zemke@europarl.europa.eu; jaroslaw.kalinowski@europarl.europa.eu; jaroslaw.walesa@europarl.europa.eu; jerzy.buzek@europarl.europa.eu; joanna.senyszyn@europarl.europa.eu; joanna.skrzydlewska@europarl.europa.eu; jolantaemilia.hibner@europarl.europa.eu; konrad.szymanski@europarl.europa.eu; krzysztof.lisek@europarl.europa.eu; lena.kolarska-bobinska@europarl.europa.eu; lidiajoanna.geringerdeoedenberg@europarl.europa.eu; malgorzata.handzlik@europarl.europa.eu; marek.siwiec@europarl.europa.eu; marekhenryk.migalski@europarl.europa.eu; marekjozef.grobarczyk@europarl.europa.eu; michaltomasz.kaminski@europarl.europa.eu; miroslaw.piotrowski@europarl.europa.eu; pawel.zalewski@europarl.europa.eu; pawelrobert.kowal@europarl.europa.eu; piotr.borys@europarl.europa.eu; rafal.trzaskowski@europarl.europa.eu; roza.thun@europarl.europa.eu; ryszard.czarnecki@europarl.europa.eu; ryszardantoni.legutko@europarl.europa.eu; sidonia.jedrzejewska@europarl.europa.eu; slawomir.nitras@europarl.europa.eu; tadeusz.cymanski@europarl.europa.eu; tadeusz.zwiefka@europarl.europa.eu; tomasz.poreba@europarl.europa.eu; wojciechmichal.olejniczak@europarl.europa.eu; zbigniew.ziobro@europarl.europa.eu

 

Portugal

anamaria.gomes@europarl.europa.eu; antonio.campos@europarl.europa.eu; carlos.coelho@europarl.europa.eu; diogo.feio@europarl.europa.eu; edite.estrela@europarl.europa.eu; elisa.ferreira@europarl.europa.eu; ilda.figueiredo@europarl.europa.eu; joao.ferreira@europarl.europa.eu; josemanuel.fernandes@europarl.europa.eu; luismanuel.capoulassantos@europarl.europa.eu; luispaulo.alves@europarl.europa.eu; mariadagraca.carvalho@europarl.europa.eu; mariadoceu.patraoneves@europarl.europa.eu; mario.david@europarl.europa.eu; marisa.matias@europarl.europa.eu; miguel.portas@europarl.europa.eu; nuno.melo@europarl.europa.eu; paulo.rangel@europarl.europa.eu; regina.bastos@europarl.europa.eu; vital.moreira@europarl.europa.eu

 

Roumania

adinaioana.valean@europarl.europa.eu; adrian.severin@europarl.europa.eu; catalin-sorin.ivan@europarl.europa.eu; claudiuciprian.tanasescu@europarl.europa.eu; corina.cretu@europarl.europa.eu; cristiandan.preda@europarl.europa.eu; cristiansilviu.busoi@europarl.europa.eu; csaba.sogor@europarl.europa.eu; dacianaoctavia.sarbu@europarl.europa.eu; elena.basescu@europarl.europa.eu; elenaoana.antonescu@europarl.europa.eu; george.becali@europarl.europa.eu; georgesabin.cutas@europarl.europa.eu; ioan.enciu@europarl.europa.eu; ioanmircea.pascu@europarl.europa.eu; iosif.matula@europarl.europa.eu; iuliu.winkler@europarl.europa.eu; laszlo.tokes@europarl.europa.eu; marian-jean.marinescu@europarl.europa.eu; monica.macovei@europarl.europa.eu; norica.nicolai@europarl.europa.eu; petru.luhan@europarl.europa.eu; ramonanicole.manescu@europarl.europa.eu; rares-lucian.niculescu@europarl.europa.eu; renate.weber@europarl.europa.eu; rovana.plumb@europarl.europa.eu; sebastianvalentin.bodu@europarl.europa.eu; silviaadriana.ticau@europarl.europa.eu; theodordumitru.stolojan@europarl.europa.eu; traian.ungureanu@europarl.europa.eu; tudorcorneliu.vadim@europarl.europa.eu; vasilicaviorica.dancila@europarl.europa.eu; victor.bostinaru@europarl.europa.eu

 

Slovakia

aleksandrs.mirskis@europarl.europa.eu; alfreds.rubiks@europarl.europa.eu; inese.vaidere@europarl.europa.eu; ivars.godmanis@europarl.europa.eu; krisjanis.karins@europarl.europa.eu; roberts.zile@europarl.europa.eu; sandra.kalniete@europarl.europa.eu; tatjana.zdanoka@europarl.europa.eu

 

Spain

alejandro.cercas@europarl.europa.eu; alejandro.cercas@europarl.europa.eu; alejo.vidal-quadras@europarl.europa.eu; andres.perellorodriguez@europarl.europa.eu; antolin.sanchezpresedo@europarl.europa.eu; antonio.lopezisturiz@europarl.europa.eu; antonio.masiphidalgo@europarl.europa.eu; carlos.iturgaizangulo@europarl.europa.eu; carmen.romerolopez@europarl.europa.eu; carmen.romerolopez@europarl.europa.eu; cristina.gutierrez-cortines@europarl.europa.eu; vr; emilio.menendezdelvalle@europarl.europa.eu; enrique.guerrerosalom@europarl.europa.eu; esther.herranzgarcia@europarl.europa.eu; francisco.millanmon@europarl.europa.eu; francisco.sosawagner@europarl.europa.eu; gabriel.mato@europarl.europa.eu; man; ines.ayalasender@europarl.europa.eu; ines.ayalasender@europarl.europa.eu; vr; izaskun.bilbaobarandica@europarl.europa.eu; jaime.mayororeja@europarl.europa.eu; josefa.andresbarea@europarl.europa.eu; joseignacio.salafranca@europarl.europa.eu; josemanuel.garcia-margalloymarfil@europarl.europa.eu; juanfernando.lopezaguilar@europarl.europa.eu; luis.degrandespascual@europarl.europa.eu; magdalena.alvarez@europarl.europa.eu; magdalena.alvarez@europarl.europa.eu; maria.munizdeurquiza@europarl.europa.eu; miguelangel.martinez@europarl.europa.eu; man; pablo.ariasecheverria@europarl.europa.eu; pablo.zalbabidegain@europarl.europa.eu; pilar.ayuso@europarl.europa.eu; pilar.delcastillo@europarl.europa.eu; raimon.obiolsigerma@europarl.europa.eu; ramon.jaureguiatondo@europarl.europa.eu; ramon.tremosa@europarl.europa.eu; raul.romevairueda@europarl.europa.eu; ricardo.corteslastra@europarl.europa.eu; richard.falbr@europarl.europa.eu; rosa.estaras@europarl.europa.eu; salvador.garrigapolledo@europarl.europa.eu; santiago.fisasayxela@europarl.europa.eu; teresa.jimenez-becerril@europarl.europa.eu; teresa.rieramadurell@europarl.europa.eu; veronica.lopefontagne@europarl.europa.eu; veronica.lopefontagne@europarl.europa.eu; willy.meyer@europarl.europa.eu

 

Sweden

alf.svensson@europarl.europa.eu; anna.hedh@europarl.europa.eu; anna.ibrisagic@europarl.europa.eu; annamaria.corazzabildt@europarl.europa.eu; asa.westlund@europarl.europa.eu; carl.schlyter@europarl.europa.eu; cecilia.wikstrom@europarl.europa.eu; christian.engstroem@europarl.europa.eu; christofer.fjellner@europarl.europa.eu; eva-britt.svensson@europarl.europa.eu; goran.farm@europarl.europa.eu; gunnar.hokmark@europarl.europa.eu; isabella.loevin@europarl.europa.eu; lena.ek@europarl.europa.eu; marit.paulsen@europarl.europa.eu; marita.ulvskog@europarl.europa.eu; olle.ludvigsson@europarl.europa.eu; olle.schmidt@europarl.europa.eu

 

The Netherlands

barry.madlener@europarl.europa.eu; bas.eickhout@europarl.europa.eu; bastiaan.belder@europarl.europa.eu; corien.wortmann@europarl.europa.eu; daniel.vanderstoep@europarl.europa.eu; dennis.dejong@europarl.europa.eu; emine.bozkurt@europarl.europa.eu; esther.delange@europarl.europa.eu; g.m.gerbrandij@europarl.europa.eu; hans.vanbaalen@europarl.europa.eu; jeanine.hennis-plasschaert@europarl.europa.eu; judith.merkies@europarl.europa.eu; judith.sargentini@europarl.europa.eu; kartikatamara.liotard@europarl.europa.eu; lambert.vannistelrooij@europarl.europa.eu; laurence.stassen@europarl.europa.eu; louis.bontes@europarl.europa.eu; marietje.schaake@europarl.europa.eu; marije.cornelissen@europarl.europa.eu; peter.vandalen@europarl.europa.eu; ria.oomen-ruijten@europarl.europa.eu; sophie.intveld@europarl.europa.eu; thijs.berman@europarl.europa.eu; toine.manders@europarl.europa.eu; wim.vandecamp@europarl.europa.eu

 

UK

alyn.smith@europarl.europa.eu; andrew.brons@europarl.europa.eu; andrew.duff@europarl.europa.eu; arlene.mccarthy@europarl.europa.eu; ashley.fox@europarl.europa.eu; bairbre.debrun@europarl.europa.eu; bill.newtondunn@europarl.europa.eu; brian.simpson@europarl.europa.eu; caroline.lucas@europarl.europa.eu; catherine.bearder@europarl.europa.eu; catherine.stihler@europarl.europa.eu; charles.tannock@europarl.europa.eu; chris.davies@europarl.europa.eu; claude.moraes@europarl.europa.eu; daniel.hannan@europarl.europa.eu; david.campbellbannerman@europarl.europa.eu; david.martin@europarl.europa.eu; derek.vaughan@europarl.europa.eu; derekroland.clark@europarl.europa.eu; diana.wallis@europarl.europa.eu; diane.dodds@europarl.europa.eu; edward.mcmillan-scott@europarl.europa.eu; elizabeth.lynne@europarl.europa.eu; emma.mcclarkin@europarl.europa.eu; fiona.hall@europarl.europa.eu; geoffrey.vanorden@europarl.europa.eu; george.lyon@europarl.europa.eu; gerard.batten@europarl.europa.eu; giles.chichester@europarl.europa.eu; glenis.willmott@europarl.europa.eu; godfrey.bloom@europarl.europa.eu; graham.watson@europarl.europa.eu; ian.hudghton@europarl.europa.eu; jacqueline.foster@europarl.europa.eu; James.elles@europarl.europa.eu; james.nicholson@europarl.europa.eu; jean.lambert@europarl.europa.eu

 

UK

Jill.evans@europarl.europa.eu; john.bufton@europarl.europa.eu; johnstuart.agnew@europarl.europa.eu; julie.girling@europarl.europa.eu; kay.swinburne@europarl.europa.eu; kirk.hope@europarl.europa.eu; linda.mcavan@europarl.europa.eu; malcolm.harbour@europarl.europa.eu; marina.yannakoudakis@europarl.europa.eu; marta.andreasen@europarl.europa.eu; martin.callanan@europarl.europa.eu; mary.honeyball@europarl.europa.eu; mep_eastmids@hotmail.com; michael.cashman@europarl.europa.eu; michaelhenry.nattrass@europarl.europa.eu; nick.griffin@europarl.europa.eu; nigel.farage@europarl.europa.eu; nikki.sinclaire@europarl.europa.eu; nirj.deva@europarl.europa.eu; paul.nuttall@europarl.europa.eu; peter.skinner@europarl.europa.eu; philip.bradbourn@europarl.europa.eu; richard.howitt@europarl.europa.eu; richardjames.ashworth@europarl.europa.eu; robert.atkins@europarl.europa.eu; robert.sturdy@europarl.europa.eu; roger.helmer@europarl.europa.eu; sajjad.karim@europarl.europa.eu; sarah.ludford@europarl.europa.eu; sharon.bowles@europarl.europa.eu; stephen.hughes@europarl.europa.eu; struan.stevenson@europarl.europa.eu; syed.kamall@europarl.europa.eu; trevor.colman@europarl.europa.eu; vicky.ford@europarl.europa.eu; william.dartmouth@europarl.europa.eu

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Quelle Europe
commenter cet article
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 09:20

A la demande d'Eleonore et Rosa, nous avons envoyé aux Euro Députés la présente missive leur demandant

de signer la déclaration écrite sur les 5 Libertés de l'Animal. La liste des euro députés est disponible pour toutes les associations qui voudront bien s'associer avant le 15 juillet à cette action.

 

 

DECLARATION ECRITE PETS IN EUROPE

LES 5 LIBERTES DE L'ANIMAL

 

DECLARATION 26/2010 CONCERNANT LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DOMESTIQUES

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+PV+20100708+ITEM-019+DOC+XML+V0//FR&language=FR

26/2010

Présentée par les Euro Députés Carl Schlyter, Marit Paulsen, Caroline Lucas, Janusz Wojciechowski

Signatures au 8 Juillet 2010 142 Euro Députés.

Ceci est largement insuffisant pour que cette déclaration écrite soit validée.




 Messieurs, Mesdames les Euro Députés,

Par ce courrier, nous vous prions instamment d'apporter votre soutien à la déclaration écrite n° 26/2010 initiée à la demande de Pets in Europe.


Nous avons nous-mêmes, regroupement d'une soixantaine d'associations européennes, déposé au Parlement Européen une pétition allant dans le même sens sous le numéro 0348-10. Elle revendique pour tous les citoyens européens le droit de voir la législation européenne de protection animale actualisée, renforcée et appliquée dans tous les Etats Membres. Trop nombreux sont les témoignages de citoyens choqués par le non respect des lois de protection animale. Innombrables sont les supplices infligés aux animaux dans tous les secteurs de l'activité humaine. L'Europe ne doit pas se contenter de rédiger des textes qui ne sont pas respectés. Elle doit prendre ses responsabilités. L'échec en janvier 2010 de la déclaration écrite de Monsieur G. ONESTA demandant le déblocage de fonds plus importants pour financer les méthodes substitutives aux expérimentations animales en est le plus triste exemple.



Vous trouverez le texte intégral de notre pétition sur

FR

http://www.galgos-ethique-europe.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=32&Itemid=89


EN

http://www.galgos-ethique-europe.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=75&Itemid=121



ES

http://www.galgos-ethique-europe.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=83&Itemid=123



IT

http://www.galgos-ethique-europe.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=82&Itemid=125

Nous avons répondu également à l'enquête de la Commission Européenne sur le bien-être animal en Europe. Vous trouverez des éléments de notre réponse sur :

http://www.galgos-ethique-europe.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=103&Itemid=158



Assumer nos responsabilités pour traiter tous les animaux avec dignité est le signe d'une Humanité évoluée.

C'est ce que vous demandent les 10800 signataires de notre pétition sur http://6683.lapetition.be

et les 60 associations européennes signataires de ntore pétition 0348-10 au Parlement Européen.



MERCI DE SIGNER LA DECLARATION ECRITE n° 26/2010 sur le respect des 5 Libertés de l'animal avant le 15 Juillet 2010.



Très sincèrement,

Joëlle PELLEGRIN OLDENBOURG

Présidente GALGOS ETHIQUE EUROPE

http://www.galgos-ethique-europe.eu

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org



 





 

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans nos courriers
commenter cet article
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 19:23

MERCI A VOUS TOUS

Solde de la vente des tee shirts ci-dessous

 

 

galgos112.PNG

 

 

 

Compte tenu d'une grève de la distribution du courrier qui a duré quelques deux semaines dans mon secteur, j'ai préféré stopper les envois de tee shirts. Les derniers envois seront effectués demain

Pour ne pas pénaliser galgos112 qui ont de grosses factures vétos à régler, un premier transfert a été effectué pour la somme de 415 euros. Le solde sera versé dès l'envoi des derniers tee shirts

Merci à vous tous, cette opération a été une véritable réussite . Tous les galgos d'Esther en accueil un peu partout en Espagne vous remercient

PS: un don de 40 euros pour la galga Azabache a été effectué par Bernadette A. Ce don sera ajouté dans le prochain transfert et esther en sera avertie


 

La liste de ceux qui devraient avoir reçu leurs tee shirts est passée au rouge ci-dessous

 

tee-shirts.PNG

barre_horiz173.gif

 

Ci-dessous, la liste de tous ceux qui ont eu leur colis expédiés hier et qui donc sont passés en rouge dans la liste

Esther a fait quelques erreurs en regroupant tous les tee shirts dans le carton et donc certains d'entre vous devront patienter encore un peu, le temps pour Esther de me renvoyer un carton avec les quelques tee shirts à la bonne taille pour rectifier les erreurs

Je peux vous dire une chose c'est qu'Esther a un emploi du temps très chargé entre son travail et l'association mais heureusement elle a une équipe super de familles d'accueil responsables et expérimentées

Merci à vous tous qui avez fait que cette opération soit une réussite et gageons que la chaleur fera enfin son entrée une fois tous les colis arrivés à destination

Paiement des tee-shirts par chèque à l'ordre de Association GEE et à envoyer à:

Association GEE

7 rue du Tour de Ville

11120 - Bize Minervois

 


barre_horiz173.gif

L'entreprise qui s'occupe de réaliser les tee shirts galgos112 n'a pas pu honorer à temps toutes les commandes rapport à des avaries de machines. C'set ainsi que Esther n'a pas pu récupérer les tee shirts à manches courtes et ceux taille enfant

Cela veut dire que prochainement sera prévu un autre voyage pour les récupérer et cette fois le RV sera sur Perpignan. Un contre-temps qui nous permettra probablement de récupérer également les tee shirts enfants. Esther et moi sommes désolées de cet imprévu de dernière minute

 

foto.jpg

Esther et Célia Verdier


Pour ceux qui voudraient continuer à réserver des tee shirts ou polos galgos112  il est encore temps pour vous et les noms seront ajoutés en dessous de cette mise au point.

Je commencerai dès maintenant à envoyer les paquets à ceux dont je suis arrivée à regrouper tous les articles réservés. Les autres devront encore attendre quelques temps Encore désolée pour ce contre-temps


Nouvelles réservations


Mme V H : 2 polos taille L

 


barre_horiz173.gif
 
DERNIERE LIGNE DROITE POUR LES RESERVATIONS
Pour ceux qui n'ont pas encore songé à faire leurs réservations de tee shirt, il ne reste plus que quelques jours pour le faire. Ma fille fera dans quelques jours le déplacement jusqu'à Sant Feliu de Guixols , siège de l'association galgos112 et lieu de résidence de Esther, pour récupérer les tee shirts réservés  et comme on dit en espagne
Y viva la pepa !!!!!


barre_horiz173.gif


Vous pouvez d'ors et déjà réserver les tee-shirts et polos à l'effigie de galgos112.

Ci dessous les modèles, les tailles disponibles et les tarifs
Comme pour l'opération des mugs, Esther me portera les tee-shirts commandés jusqu'à Perpignan où je les récupèrerai
Tous les bénéfices de cette vente seront intégralement reversés à galgos112
 
LES GALGOS ONT BESOIN DE GALGOS112
GALGOS112 A BESOIN DE NOUS
MERCI POUR EUX

 
classificar 055
MODELE FEMME SANS MANCHE
TAILLES S - M - L - XL
COULEUR ROUGE
PRIX : 14 EUROS + ENVOI (à déterminer)
 
classificar 054

MODELE FEMME MANCHE COURTE
(le même que celui-ci mais manche courte)
TAILLES S - M - L - XL - XXL
COULEUR ROUGE
PRIX : 15 EUROS + ENVOI (à déterminer)
 
MODELE ENFANTS UNISEXES MANCHE COURTE (même dessin que pour les femmes)
FILLE
TAILLES 2 - 4 - 6 - 8 - 10 ANS
COULEUR ROUGE
&
GARCON
TAILLES 2 - 4 - 6 - 8 - 10 - 12 ANS
COULEUR ROUGE
PRIX : 12 EUROS  + ENVOI (à déterminer)
 
classificar 058

POLOS UNISEXES
TAILLES S - M - L - XL - XXL
COULEUR BLEU
PRIX : 19 EUROS + ENVOI (à déterminer)
 
A réserver auprès de galgos-ethique-europe@orange.fr
 
La liste des réservations sera placée ci-dessous - MERCI A VOUS :
  

Mme Pierrette R :              
1  tee-shirt femme avec manches taille XL
15 euros + 5.55 = 20.55 euros

Mme Bernadette A :     
1  t-shirt femme avec manches taille L
15 euros + 5.55 = 20.55 euros

Mme Sylvie F :           
1 tee shirt femme sans manche taille L 
1 tee shirt femme avec manche taille L 
14 euros + 15 euros + 5.55 = 34.55 euros

Mme Myriam A :        
1 tee shirt femme sans manche taille L
14 euros + 5.55 = 19.55 euros

Mme Diana D  :          
1 tee shirt femme avec manche taille M
1 tee shirt femme sans manche taille M
15 euros + 14 euros + 5.55 euros = 34.55 euros
 
Mme Marie J    :         
1 tee shirt femme avec manches taille XL
1 polo bleu modèle homme en taille L
15 euros + 19 euros + 5.55 = 39.55 euros

Mme Virginie C :        
1 tee shirt  sans manche femme taille L
14 euros + 5.55 = TOTAL 19.55 euros

Mme Valérie D  :         
1 tee shirt femme avec manche taille XXL
1 tee shirt enfant fille taille 10 ans.
15 euros + 12 euros + 5.55 euros = 32.55 euros

Mme Joanna S :        
1 tee shirt femme sans manche taille S
14 euros + 5.55 = TOTAL 19.55 euros

Mme Gloria C  :          
1 polo bleu taille XL
1 tee shirt femme avec manche taille XXL 
19 euros + 15 euros + 5.55 = 39.55 euros

Mme A-Marie S :        
1 tee shirt femme avec manche taille XXL
1 polo bleu taille XL 
15 euros + 19 euros + 5.55 euros = 39.55 euros

Mme Karine P :           
1 tee shirt sans manche taille M
1 tee shirt enfant taille 10 ans
14 euros + 12 euros + 5.55 = TOTAL 31.55 euros

Mme Laurence B :       
1 tee shirt enfant garçon taille 12
12 euros + 5.55 euros = 17.55 euros

Mme Denise M :          
1 tee shirt femme avec manche taille M 
1 polo bleu taille XL 19 euros
15 euros + 19 euros + 5.55 euros = 39.55 euros

Mme Myriam B :          
1 tee shirt femme avec manche taille L
15 euros + (port à déterminer Belgique) =

Mme M-Helene V :       
1 tee shirt femme avec manche taille L
15 euros + 5.55 euros = 20.55 euros

Mme Denise C :           
1 tee shirt femme avec manche taille L
1 polo taille M
15 euros + 19 euros + (port à déterminer pour l'Irlande) =

Mme Corinne B :          
1 tee shirt femme avec manche taille M
15 euros + 5.55 euros = 20.55 euros

Mme Dominique C :      
1 tee shirt femme sans manche taille XL
14 euros + 5.55 euros = 19.55 euros

Mme Christine B :         
1 tee shirt femme sans manche taille M
1tee shirt avec manche taille M
1 polo taille XXL
14 euros + 15 euros + 19 euros + 5.55 = 43.55 euros

Mr Robert C :              
1 tee shirt femme sans manche taille M
1 polo taille L
14 euros + 19 euros + 5.55 = TOTAL 38.55 euros

Mme V H :

2 polos taille L

38 euros + 5.55 euros = 43.55 euros


Melle Marie D :

1 tee shirt sans manche 

1 tee shirt avec manche taille S

14 euros + 15 euros + (port à déterminer pour la Belgique)


Mme Evelyne G :
1 tee shirt manche courte taille M
15 euros + 5.55 euros = 20.55 euros
Mme Bernadette P
1 tee shirt manche courte taille M
1 polo taille L
15.00 euros + 19 euros + 5.55 euros = 39.55 euros
Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Appel à dons
commenter cet article
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 08:10

Reçu de Christiane :

 

Désolée, mais c'est une vraie horreur qu'il faut connaitre!

 

vidéo sur le lien

 


http://www.reseaucetaces.fr/archive/2010/07/06/3417.aspx


dauphin.gifEn septembre dernier, RC vous proposait de participer simplement mais efficacement à une opération permettant de soutenir activement la campagne de lutte contre le massacres de dauphins au Japon en reversant 1 € à Réseau-Cétacés... C'est ainsi que 600 € ont été collectés et adressés à Ric O'Barry, Directeur de campagne pour Save Japan Dolphins et personnage principal du documentaire oscarisé "The Cove, la Baie de la Honte" qui dénonce ces massacres.

Ces fonds ont servi à co-financer un voyage de Ric O'Barry au Japon : en effet, sa présence sur place inquiète et a un effet dissuasif sur les pêcheurs ; de plus son travail d'investigation et d'information ne peut se faire que grâce à une présence soutenue sur le terrain.

Par ailleurs, l'équipe de Save Japan Dolphins a également besoin de fonds pour projeter le documentaire "The Cove, la Baie de la Honte" (location de lieux de projection et droits de diffusion) puisque les salles de cinéma japonaises ont littéralément boycotté le film sous la menace des nationalistes qui craignent pour l'image de leur pays !

 

Il est temps d'aider à nouveau Ric O'Barry et l'équipe de Save Japan Dolphins !

 

C'est pourquoi, en partenariat avec Le Blog sur les Dauphins, nous vous (re)proposons de participer activement à la campagne de lutte contre les massacres de dauphins au Japon !

 

Comment ?

- En adressant tout simplement 1 € (ou plus...!) à Réseau-Cétacés avant le 30 septembre 2010 ! L'intégralité des fonds ainsi récoltés sera reversée à Save Japan Dolphins.

. Par chèque : Réseau-Cétacés, "Dauphins Japon", 3 Rue de la Solidarité, 92120 Montrouge, France (ordre du chèque : "Réseau-Cétacés")

. Par virement : Réseau-Cétacés - LCL - Agence Paris Léon Blum Voltaire (435)
Code banque : 30002 - Code Guichet : 00435 - Compte : 0000009746N - Clé RIB : 72

Virement de l’Etranger : IBAN : FR68 3000 2004 3500 0000 9746 N72 – BIC : CRLYFRPP

(merci d’indiquer votre nom et "Dauphins Japon" dans le libellé du virement). 

- En faisant suivre cette information à vos tous vos contacts afin qu'ils en fassent de même !

- Nous vous invitons également à partager cette information sur Facebook  en rejoignant Reseau-Cetaces, puis l'événement "23 000 dauphins massacrés... 1 € pour faire la différence !"

 

Nous espérons qu'il se recréera ainsi une chaine de solidarité permettant de récolter suffisamment de fonds pour aider Ric O'Barry à continuer son formidable travail, lequel porte déjà ses fruits.

 

Mise à jour du 6 juillet 2010 :

* En remerciement de votre action, le Blog sur les Dauphins a décidé de vous offrir de la musique et de la lecture ! Cette mini-opération durera jusqu’au 12 juillet. Voici ce que vous recevrez :

- Pour tout don de plus d’1€, vous recevrez un morceau d’Atrill, musicien lillois et responsable du groupe local du Sea Shepherd !

- Pour tout don de 10€ ou plus, vous recevrez aussi le livre numérique : “Des droits pour les dauphins ?. Ce livre est le fruit d’une année de travail. Il fait plus de 150 pages, et se compose de trois grandes parties :

. La question de l’animalité et la vision du dauphin dans l’histoire,
. Le propre de l’homme remis en question : de l’éthologie à l’antispécisme,
. Les acteurs de la défense des dauphins : discours, stratégies et mobilisations

Vous y découvrirez, entre autres : les légendes entourant les dauphins, les débuts de la delphinologie, les connaissances scientifiques sur l’intelligence des dauphins, l’histoire de leur utilisation militaire, les différentes conceptions de l’animal à travers l’histoire, et les interviews d’importants acteurs de la défense des dauphins… 

Pour recevoir ces cadeaux :

1) Envoyez un mail à l’adresse dauphins.du.japon@gmail.com  avant le 12 juillet.
2) Indiquez comme sujet de ce mail : “Dauphins du Japon : (le montant de votre don)€ pour faire la différence !”
Par exemple, si vous avez donné 20€, indiquez : “Dauphins du Japon : 20€ pour faire la différence !”
3) Indiquez enfin vos noms et prénoms dans le message de ce mail.

Dès votre chèque reçu par Réseau-Cétacés, vous recevrez votre morceau de musique et votre livre numérique !

Important : les personnes ayant adressé leur don avant la publication de cette mise à jour et souhaitant recevoir leur cadeau, sont priées de suivre la procédure ci-dessus.

 

* L'opération a été relayée sur les ondes ! A écouter sur : oceanefm.com  (JDE 02-07-10)

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Autres causes
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 20:15

Voici un extrait des réponses que nous avons apportées à cette enquête lancée par la Commission Européenne sur le bien-être animal sur  http://www.ghkint.com/surveys/eupaw  

Nous adressons également un courrier complet. C'est maintenant que les organisations non gouvernementales de protection animale doivent faire pression...

Nous adressons également copie de notre participation à Mme Isabelle DURAND, Vice-Présidente du Parlement Européen.

 

 

ENQUETE de la Commission Européenne http://www.ghkint.com/surveys/eupaw   REPONSES DE GALGOS ETHIQUE EUROPE EN DATE DU 6 JUILLET 2010

The FP7 Ethics Review procedure (http://ec.europa.eu/research/science-society/index.cfm?fuseaction=public.topic&id=130) ensures a good ethical review of animal use in experiments

IT SHOULD BUT IT DOESN'T. TOO MANY TESTIMONIES SHOW THAT THE WAY EXPERIMENT ANIMALS ARE TREATED IS HORRIFIC. A REAL POLITICS WOULD BE TO INCREASE FUNDING OF TOXINOGENOMIC RESEARCH

CORRIDA IS NOT ETHIC, it is the contrary of ethics; Nevertheless, it is funded by European funds and in this precise point no research has ever been made on the animal welfare of bulls not only in their fields but also in an arena ! Sorry to say that in most industrial fields despite all the efforts of the E.U., animals are dreadfully treated in the farms, in transport,in "abattoirs" where they are killed. The instruments and the consciousness are here but not the controls. And industry takes advantage of too many exceptions. The instruments and the consciousness are here but not the controls. And industry takes advantage of too many exceptions.

ALL E.U. EFFORTS ARE NOT ENOUGH. ON PAPER YES IT IS PERFECT... FOR ANIMALS IT IS FAR FROM BEING ENOUGH. TOO MANY TORTURES FOR VOICELESS ANIMALS.

See BASSATIN the Cairo Abattoirs, slaughter houses of Cairo. See Australia. See the way China treats DOGS AND CATS FOR FUR AND FOR MEAT even in french territories TOM DOM where Chinese are numerous. See SPANISH GALGOS AND PODENCOS. If NGOs were not present in all european countries, ANIMALS WOULD LIVE IN HELL. UNFORTUNATELY NGOs are not united and are not numerous enough to stop this shame.

NEW REGULATIONS FOR ANIMALS TO RESPECT CITIZENS

By Gérard CHAROLLOIS, President of ECOLOGIE RADICALE

 

"What comparative anatomy and physiology previously revealed is now amply proved by genetics : the profound Unity of Life. Biologically, man is part of the evolution of species and obeys the laws that govern the animal kingdom.

 

Therefore, it becomes obvious that an Animal is not a thing, nor a machine nor a commodity but a sentient being with a nervous system experiencing the pleasure/displeasure principle.

 

This evidently involves in the ethical order the imperative to respect sentient beings, not on behalf of the sensitivity of humans who could be upset by the spectacle of cruelty to an animal, but for the animal as a being.

 

However, if the laws in Europe and the State Members' constitutions recognize the sensitivity of animals and as a consequence draw up protection, lobbies have too many exceptions that result in a denial of the basically virtuous principle.

 

Thus, for all member countries of the Union, positive laws assert that the animal is a sentient being to be saved from cruelty and violence, except with respect to livestock concentrations, so-called slaughter rituals, experimentation, hunting, past times and bullfighting or entertainment involving cruelty and death of animals.

 

The dog and the horse, man's best friends, are in theory protected by law, but the fox, so close to the dog, can be hunted and killed mercilessly and "local identities" are a web of lies perpetuating endless abuse on tortured animals.

 

Lobbies are avoiding any ethical debate, they prefer to use invective against people who fight conformity and narrow interests and thus expand the field of consciousness and the circle of empathy.

 

These lobbies do against animals what others in the past did to keep all sorts of racism and exclusion away from law and protection.

 

It is time to think of a new status for animals in the light of scientific facts and achievements of contemporary ethics.

 

Animals should no longer be classed as objects but be elevated to the rank of sentient beings without arbitrary distinction between pets, livestock or wildlife. "

Gerard CHAROLLOIS

President CONVENTION VIE NATURE – ECOLOGIE RADICALE

Vice President of Toulouse Tribunal TGI

___________________

Please see the complete text of our petition.

This survey also does not study the traumatisms of european citizens when they are facing animal suffering. See on thousands of blogs on Internet. People are ill, disgusted, do not understand why we European people are so indifferent to the condition in which live animals.

European petition

 

PLEASE A REAL ETHICS FOR ALL EUROPEAN ANIMALS !

 

http://www.galgos-ethique-europe.eu

1. PETITION SUMMARY

2. Introduction, by Gerard CHAROLLOIS, President Ecologie of Radicale

3 Citizen's Europe remains tentative, by Alain LAMASSOURE

4. A Commission to assess the d amage of Citizens

5. The condition of animals in Europe

6. Eastern Europe Animals, by Mira IORDANESCU

7. Galgos, symbol of animal abuse in Europe

8. The Internet explosion of violence against animals

9. Protection of citizens and children, psychological and moral damage

10 Animals as sentient beings, updating, strengthening, application of laws

11. REDEFINING THE CONCEPT OF ETHICS

12. Creating autonomous structures specific to the living conditions and protection of animals

 

GALGOS, the typical symbol of animal abuse in Europe

 

7. GALGOS, SYMBOL OF ANIMAL ABUSE IN EUROPE

 

The weight of tradition and the habit of torture

 

 

Galgos have become for many Europeans the symbol of animal torture with complete impunity and of serious breaches by a country of animal protection laws.

 

According to most spanish galgo protection associations, between 50,000 and 60,000 galgos live and die without any control, are killed and tortured horrifically each year. The system of Spanish Autonomous Communities perpetuates impunity.

 

 

Moreover, the number of executed galgos is increasing from year to year as the nature of the torture they suffer is worsening.

 

Thousands of Europeans visit galgo protection blogs where they express their disgust at and incomprehension of this situation which reaches a higher level of cruelty every year at the end of the hunting season (? demander à LN le mois précis) These people suffer real psychological trauma.

 

To get a precise idea of daily life in Spain for Galgos, visit Galgos Ethics Europe's founder and treasurer Marie-Hélène VERDIER's blog :

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-29494496.html

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-29494496.html

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-31674414.html

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-31674414.html

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-32537395.html

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-32537395.html

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-32178709.html

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-32178709.html

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-31464186.html

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-31464186.html

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-29232057.html

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-29232057.html

 

 

Associations and the media speak of TRAFFICKING and a MAFIA.

 

 

The Spanish NGOS proclaim loudly that the system of autonomous communities promotes silence and complicity. A recent article described the underground world of hunting in Spain and its involvment at high political and economic levels :

 

VERIFIER L URL http://www.expansion.com/2009/04/21/empresas/1240350215.html

 

 

Regularly, petitions are launched to request the status of domestic animals for spanish greyhounds (galgos and podencos).

 

 

The most recently launched (Barbara LELIEVRE (Le Bulletin des Lévriers, France) collected 20,142 signatures from Europeans horrified by this suffering repeated year after year : http://www.thepetitionsite.com/1/il-faut-sauver-les-galgos

 

Like the others, this petition will not have any effect, except in the hearts of Europeans shocked and traumatized by such atrocities.

_________________________

MY LAST COMMENT WILL BE THE LACK OF ETHICS WITH WHICH EUROPE CONSIDERS CORRIDA ONE OF THE WORST WAY TO TREAT ANIMALS IN EUROPE AS FAR AS WE ARE CONCERNED. EUROPE IS FUNDING. EUROPE IS PERMISSING. EUROPE KEEPS HER EYES WIDE SHUT. IT IS TIME TO OPEN THEM.

See the website of For a Bullfighting Free Europe Mouvement.

http://www.bullfightingfreeeurope.org

and see SANGRE EN LA ARENA BY ORLANDO BELIS ON YOUTUBE

this is the symbol of the gulf, the gap, the void between the idealistic european texts and the daily reality for animals in Europe. This is why our petition is asking for

-Protection of citizens and children, psychological and moral damage when animal suffering is concerned

- updating, strengthening, application of the european legislation

- redefining the concept of Ethics before updating, strengthening and applicating a better legislation.

Whence the necessity of creating autonomous structures specific to the living conditions and protection of animals and a corresponding ministry in all member states.

 

 

EU animal welfare legislation must not be put in the terms of be consistent with or not be consistent with... ANIMAL WELFARE MUST BE A PRIORITY. WE DEAL WITH LIVING BEINGS THAT HAVE BEEN TOO LONG DOMINATED AND EXPLOITED. For exemple EXPERIMENTAL ANIMALS OR ENTERTAINMENT ANIMALS. Whatever be the economic sustainability of activities dependant on experimental animals or corrida animals for ex. it is our way to consider animals that must evoluate independently of economic sustainability. Is there is not respect of living beings, a sector of activity msut disappear and people depending on animals reorientate their way of earning money. Ex. CORRIDA : torture of animals in front of children and adults sometimes deeply chocked. The main argument is the economic ressource. Are we going to carry on this torture or are we willing to ask people to change their job and have their business evoluate ?

We can not always evaluate situations in term of money and rentability, even the term of sustainability can be a misleading concept leading to no ethics like for corridas for ex. where European funds are given to the bullfighting industry. 200 € by corrida bull. What about

the example of violence we give to european children when they assist to corridas with their parents in France, Portugal or Spain ? Which kind of sustainability do we want to sustain ?

NO because there is no real animal welfare respect of european legislation. See for transports the written declaration of beginning 2010. Up to now no protection. TOo many examples, too many petitions all over Europe showing the drastic and dreadfull deadfull conditions of meet animal transport. See PETA video "MEET YOUR MEAT". See EARTHLINGS on Internet.

We can say aht animal standards have increased the farm animal value. This is a misleading affirmation. Meat becomes for too many people impossible to eat how awful the taste is due to so many treatments, antibiotics, viruses, hormons, and so on.

IN all economical sectors where animals in general live hell conditions, we tend to put in opposition money and animal wellbeing. By thinking for exemple that welfera animal disadvantages EU industries relative to overseas competitors, we must inforce taxes on incoming products, not put in balance animal welbeing with profits.

Other exemple for Romanian animals :

 

EASTERN EUROPE ANIMALS,

 

Testimony received by Mira IORDANESCU, April 5th 2010.

 

 

"Iordanescu Mira" < imira@rogers.com Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. >

 

 

«Dear friends, you know well the unimaginable cruelty suffered daily by animals in Eastern Europe. There is no mention of the animals in Greece who are poisoned every day or of the horrific crimes suffered by thousands of Roumanian animals. So please take a look at the videos in these links and tell me if you will be able to sleep at night... ...In Roumania it's worse than HELL... We are on Facebook as ALIANATA ROMANA PENTRU PROTECTIA SI DREPTURILE ANIMALELOR...

 

My own group is called ALIANTA ROMANA PENTRU PROTECTIA SI DREPTURILE ANIMALELOR. I am giving you the link to a German newspaper which published an article on the horrors carried out in Bulgaria...

 

http://www.bild.de/BILD/news/2010/04/04/tierheim-hunde-bulgarien-hoelle/tiere-leiden-qual-tod-becker.html

 

In Roumania even priests kill dogs. We have strong proof of this. It's worse than anywhere else.»

 

 

http://www.prieteniinostri.com/dog-beaten-to-death-with-a-spade/http://www.orasulanimalelor.ro/caine-ucis-cu-bestialitate/

 

http://stirileprotv.ro/stiri/eveniment/imagini-socante-o-vulpe-a-murit-in-chinuri-lovita-cu-bata-de-un-vanator.html

 

http://www.citynews.ro/cluj/eveniment-29/caini-impuscati-la-200-de-metri-de-un-ansamblu-rezidential-77078/

http://stirileprotv.ro/exclusiv/stirile-tale/socant-zeci-de-caini-omorati-pe-strazile-din-falticeni-vezi-galeria.html

http://stirileprotv.ro/campanii/stop_torturarii_animalelorfara-cuvinte-caine-ucis-in-chinuri-merge-cineva-la-politie.html

http://www.youtube.com/watch?v=apvK0U4Ot44

http://stirileprotv.ro/campanii/stop_torturarii_animalelorimagini-socante-caine-otravit-de-oameni-fara-suflet.html

http://stirileprotv.ro/video/si-a-zdrobit-iapa-in-bataie-dupa-care-a-transat-o-chiar-in-fata-portii/60407891

http://stirileprotv.ro/video/tragic-animalele-de-la-zoo-se-sting-de-foame-si-de-stres/60413259

http://stirileprotv.ro/video/stapan-fara-mila-calul-s-a-prabusit-sub-povara-unei-carute-pline-cu-fier/60400680

http://www.youtube.com/watch?v=dDMoofqgjOU

http://www.adevarul.ro/locale/alba_iulia/Vanatorii_din_Alba_au_impuscat_in_opt_ani_peste_20-500_animale_0_233376715.html

http://www.editie.ro/new/mod.php

http://s117.photobucket.com/albums/o57/lightning_album/Iadul/

http://www.protectiaanimalelor.ro/caini/caini_suceava.html

http://www.protectiaanimalelor.ro/caini/caini_iasi.html

http://www.youtube.com/watch?v=6gLzNEhXou4&feature=related

http://serbiananimalsvoice.wordpress.com/2009/02/14/romania-authorities-and-dogcatchers-please-read-and-view-video-links/

http://stirileprotv.ro/exclusiv/stirile-tale/acuzatii-socante-la-zoo-braila-cai-omorati-pentru-a-hrani-leii.html

http://stirileprotv.ro/exclusiv/stirile-tale/viata-de-caine-legat-la-bot-si-obligat-sa-traga-la-caruta-vezi-video.html

http://www.love4animals.ro/necuvantatoarele-in-romania/blog

http://www.antena1.ro/news/social/video-caini-ucisi-fara-mila-in-judetul-arad-102788.html

http://www.mesagerulhunedorean.ro/dezastrul-de-la-adapostul-de-caini-din-santuhalm

http://www.youtube.com/watch?v=MqciSp-nt8c

http://www.youtube.com/watch?v=OrWTeICLvQs

http://www.youtube.com/watch?v=YUAx520avbg

http://www.youtube.com/watch?v=DAXylLqJvxI

http://www.youtube.com/watch?v=Hl1oJJ-XnO0

http://www.youtube.com/watch?v=668GxfL8G0s

http://www.youtube.com/watch?v=ktPVkRp5Xw0

http://www.youtube.com/watch?v=tdZbOJBu_Rw

http://www.youtube.com/watch?v=UXUi01Lak7s

http://www.youtube.com/watch?v=dDMoofqgjOU

http://www.youtube.com/watch?v=q67nHTXwy3w

 

http://www.facebook.com/album.php?aid=15439&id=100000517931252&upload=1

 

http://www.obiectivbr.ro/deschidere/41300-ce-ii-sperie-pe-braileni.html

 

http://www.savethedogs.eu/

 

http://www.protectiaanimalelor.ro/

 

http://www.protectiaanimalelor.ro/

 

http://bp1.blogger.com/__iwBej-E9SM/SFtkft_K49I/AAAAAAAAACY/xnHjFpIr5eI/s1600-h/sesizare+ANSVSA.jpg

 

http://bp1.blogger.com/__iwBej-E9SM/SJBXKpkdC_I/AAAAAAAAAFw/_D69Y_-ZyL8/s1600-h/adresa+eutanasiere+Tulcea.jpg

 

http://www.comunicatedepresa.ro/A_VISIT_TO_DOG_SHELTERS_IN_GALATI,ROMANIA~NjQyOTc=

 

http://www.ecomagazin.ro/mii-de-cai-salbatici-in-delta/

 

http://stirileprotv.ro/stiri/eveniment/cal-ranit-si-flamand-abandonat-la-marginea-bucurestiului.html

 

http://stirileprotv.ro/stiri/eveniment/sex-cu-iapa-si-cu-capra-pentru-ca-iapa-nu-a-mai-vrut-a-omorat-o.html

 

http://stirileprotv.ro/stiri/eveniment/a-fost-eutanasiata-pentru-ca-fusese-abandonata-de-proprii-stapani.html

 

http://www.ecomagazin.ro/mii-de-cai-salbatici-in-delta/

 

http://stirileprotv.ro/campanii/stop_torturarii_animalelorurs-tinut-captiv-in-spatele-unei-benzinarii-din-alba.html

 

http://stirileprotv.ro/campanii/stop_torturarii_animalelorrevoltator-cai-batuti-cu-lopata-pentru-ca-nu-au-putut-sa-traga-o-caruta.html

 

http://stirileprotv.ro/stiri/eveniment/cruzime-fara-limita-80-de-oi-inghesuite-in-doua-dube-jumatate-au-murit.html

 

http://stirileprotv.ro/stiri/eveniment/imagini-dezolante-cai-de-sute-de-mii-de-euro-mor-de-foame-in-mizerie.html

 

http://stirileprotv.ro/stiri/international/moarte-in-chinuri-un-caine-a-fost-legat-si-infometat-pana-a-murit.html

 

http://stirileprotv.ro/stiri/international/doi-copii-au-incercat-sa-prajeasca-niste-catelusi.html

 

http://stirileprotv.ro/exclusiv/stirile-tale/adapostul-ororilor-cainii-mor-pe-capete.html

 

http://stirileprotv.ro/exclusiv/stirile-tale/nu-toti-cainii-sunt-prietenosi-dar-nici-hingherii-nu-sunt-oameni.html

 

http://stirileprotv.ro/exclusiv/exclusiv-online/cine-zn-rom-nia-rezolv-i-problema-c-inilor-vagabonzi.html

 

Too many testimonies show a dramatic condition of animals all over Europe in all human activity sectors.

Experiment animals : Beginning 2010 G. Onesta edited a written declaration asking for more money for substitutive methods to animal experiment. The majority of MEPS did not sign this written declaration. Results no focus and not enought money funding substitution by scientific methods like TOXINOGENOMICS. Millions of animals will carry on dying in atrocious way in all laboratories through Europe.

Petition launched in April 2010 and signed by more than 60 european organizations :

http://www.galgos-ethique-europe.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=75&Itemid=121

 

Petition nr 0348-10 asking also a commisision of enquiry unto the traumatisms of european children and european citizens as far as injuries to animals are concerned.

 

We can not by our silence be complicit in violence against helpless beings, ignore the non implementation of laws protecting them and at the same time pretend to serenely embody a mature sense of Humanity.

 

European citizens concerned about animals ask that the European animal welfare law be enacted and / or applied. They are shocked, disgusted and traumatized by the impunity enjoyed by torturers. They see their actions too often ignored in court. They believe that the protection of citizens and children begins by teaching them respect for Life.

 

This petition asks that the rights of European citizens sensitive to the plight of animals be respected with :

 

● in the short term : the creation of A COMMISSION OF INQUIRY INTO THE FATE OF ANIMALS IN EUROPE AND THE IMPLEMENTATION OF THE EUROPEAN LAW OF ANIMAL WELFARE ;

● in the medium term : the creation of A EUROPEAN OBSERVATORY FOR ANIMALS AND ANIMAL PROTECTION ;

● in the long term : the creation of AUTONOMOUS STRUCTURES SPECIFIC TO ANIMALS AND ANIMAL PROTECTION AT BOTH EUROPEAN AND MEMBER STATE LEVELS.

PETITION LAUNCHED ALSO ON http://6683.lapetition.be

UP TO DATE 10500 signatures asking for specific autonomous structures and the creation of a european observatory on animals and life conditions of animals in all sectors of human activity.

 

We are very sorry the present enquiry that corresponds also to the commission of enquiry we are requesting in the above petition is only available in english.

Many french animal protection organizations are not speaking english and will not answer to your request. The same probably for other european countries.

 

 

Many european countries are not respecting the european legislation on animal welfare. So many exemples can be given. No political protection is given for example to Galgos and Podencos, these spanish hounds that have no domestic or pet statute. 50 to 60000 are tortured or abandoned, killed atrociously each year. European current welfare policy does not interfere and does not show any concern for these animals.

Document on animal protection and galgos protection in SPAIN. In which way Europe covers these matters ?

Joëlle PELLEGRIN OLDENBOURG

Présidente GALGOS ETHIQUE EUROPE

http://www.galgos-ethique-europe.eu

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org

http://unanimus.over-blog.com

http://www.unanimus.fr

 

 

LA PROTECTION ANIMALE EN ESPAGNE - SITUATION GENERALE

Survey by Marie-Hélène VERDIER, http://www.galgos-ethique-europe.eu co-founder.

 

Les animaux d'Espagne ne sont protégés par aucune loi nationale. Lors de chaque campagne électorale, les lois de protection animale deviennent un enjeu électoral qui retombe dans les oubliettes sitôt les urnes rangées.

 

 

1. Demande d’une loi nationale

 

Manifestation espagnole pour une loi nationale de protection animale et révision du code pénal http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-30518121.html

 

Mardi 14 avril 2009

PSOE ... MANIFESTATION DEVANT LE SIEGE A MADRID

MANIFESTATION SAMEDI 18 AVRIL 2009 11:30 DU MATIN

DEVANT LE SIEGE DU PSOE DE MADRID CALLE FERRA N°70

 

Manifestation coïncidant avec la réunion du Comité Exécutif Fédéral du PSOE

 

- Pour la création dans le Code Pénal d'un article spécifique aux maltraitances envers les animaux

- Pour la promulgation d'une loi basique nationale de Protection Animale

- Pour en finir avec les aides institutionnelles et les subventions octroyées aux spectacles taurins

 

LE PSOE AVAIT PROMIS DANS SON PROGRAMME ELECTORAL DE 2004 DE MODIFIER LE CODE PENAL CONCERNANT LES MALTRAITANCES SUR ANIMAUX

 

" Nos comprometemos a garantizar un mayor respeto y un trato más adecuado hacia los animales muy en particular hacia aquellos más próximos al hombre, mediante la ampliación de los supuestos delictivos contemplados en el Código Penal, el establecimiento de condiciones efectivas de protección animal en todo el territorio nacional y la incorporación de la educación en el respeto a los animales en todos los programas docentes."

 

Nous nous engageons à garantir un plus grand respect et un traitement plus adapté aux animaux et plus particulièrement ceux qui sont les plus proches des hommes et ce au travers d'un élargissement des supposés délits rassemblés dans le Code Pénal, la mise en place de conditions effectives de protection animale sur tout le territoire national et l'intégration d'un programme d'éducation concernant le respect dus aux animaux et ce dans tous les programmes de l'enseignement"

 

ILS N'ONT PAS TENU LEURS PROMESSES !!!

 

Le PSOE recommencera à promettre cette fois lors de son programme électoral de 2008 un changement du Code Pénal concernant les maltraitances aux animaux

 

--Se elaborará una Ley Marco de Protección Animal. Asimismo, se modificarán los artículos del Código Penal referidos al maltrato de los animales con el objetivo de facilitar la ejecución de las sentencias y el cumplimiento de las condenas.

 

- Une loi de Protection Animale sera élaborée et seront modifiés les articles du Code Pénal rapport à la maltraitance des animaux et ce avec pour objectif de faciliter l'exécution des sentences et le respect d'application des peines

 

ET COMME IL SEMBLE QU'IL N'AIENT AUCUNE INTENTION DE LE FAIRE, ON VA LE LEUR RAPPELER PAR UNE PROTESTATION SONORE

 

Tout le monde est invité à se présenter avec force casseroles, mégaphones, pancartes ... tout ce qui peut faire du bruit!!

 

Organisateurs: Grupo Animalista de Madrid

Coordinateur: Alvaro Perales concentracion_animales@hotmail.com

Avec la collaboration de Los Verdes de Madrid et celle du PACMA

 

Mardi 21 avril 2009

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-30246027.html

 

MADRID : Manifestation devant le siège du PSOE : PHOTOS

PSOE .... MANIFESTATION PREVUE DEVANT LE SIEGE A MADRID

 

POUR UNE REVISION DU CODE PENAL ET

UNE LOI NATIONALE DE PROTECTION ANIMALE

 

2. Rejet de la requête : la PA et l’environnement relèvent de la responsabilité des Communautés autonomes

Janvier 2009 : Une pétition nationale de 1.300.000 signatures est déposée auprès du Ministère de l'Environnement qui rejette la requête, prétextant que la protection nationale se trouve sous la responsabilité des Communautés Autonomes de l'Espagne et est donc gérée par elles.

Sources avec liens :

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.c om/article-27241664.html

 

Mardi 27 janvier 2009

LE GVT ESPAGNOL DIT NON A LA LOI NATIONALE DE PROTECTION ANIMALE

 

Eh oui le verdict est tombé et c'est la FAPAM qui avait déposé la pétition accompagnée de ses 1 300 000 signatures qui annonce la chose

Le Ministère de l'Environnement a diffusé le communiqué de presse du Gouvernement espagnol stipulant que NON il n'y aurait pas de loi nationale de protection animale vu que celle-ci est laissée à la gestion indépendante de chaque communauté de l'Espagne. Eh oui c'est là le hic ... et vous comprendrez en relisant

Les Podencos d'Es Cubells ... réponse à notre courrier pourquoi il est si important que la situation reste en l'état.

Et pourtant, cette loi nationale de protection animale faisait bien partie encore une fois et comme à chaque fois du programme électoral du PSOE . Simplement .... nous ne sommes plus en période électorale!

 

Le Gouvernement espagnol a choisi de passer outre la demande de quelques 70 à 80% de la population espagnole et a préféré de manière très démocratique protéger les intérêts des quelques 20% restant à savoir:

- Les riches propriétaires terriens qui élèvent les toros de combat et les aficionados qui vont avec

- Les riches Fédérations de chasse et de Galgos qui pourront continuer leurs exactions protégés par une législation de protection animale gérée par des Communautés très laxistes en matière de sanctions

 

Le Gouvernement espagnol ne serait pas contre une loi de protection animale je pense si les espagnols voulaient bien que soit fait exception concernant les taureaux de combat et tout ce qui a rapport à la chasse ... seulement voilà .... les espagnols ne veulent pas faire de différence entre un taureau, un Galgo et un caniche et ils ont bien raison de ne pas lâcher le morceau car franchement .... de quoi avons nous l'air, nous, avec notre loi de protection animale et nos corridas tolérées?

 

La FAPAM étudie de nouveaux moyens de pression pour dire de ne pas en rester là

 

Je rappelle que le FAPAM est une fédération fondée à Madrid et qui regroupe un certain nombre d'Associations autour d'elle à savoir Alba, Amnistía Animal C.M., ANAA, ANDA, APAP Alcalá de Henares, Evolución, Galgos sin Fronteras, La Voz Animal, PROA, SPAP Madrid et l'inestimable collaboration de la Fundación de Ayuda a los Animales (FAA).

 

3. Difficultés d’obtenir une loi nationale, POURQUOI ?

 

Pourquoi est-il si difficile en Espagne d'obtenir une loi nationale de protection animale et une révision du Code Pénal prévoyant des peines sévères pour les maltraitants d'animaux ?

 

Tout simplement parce qu'en Espagne il y a des taureaux et des galgos.

Il est évident que les protecteurs d'animaux ne peuvent envisager qu'une loi nationale exclue précisément ces derniers.

Le gouvernement espagnol ne veut pas prendre le risque d'une loi nationale de protection animale qui mettrait en danger les lobbies taurins et ceux du monde des galgueros.

 

Le fait que la gestion de la protection animale et de l'Environnement également soit laissée aux autorités des Communautés autonomes. A l’intérieur même de ces structures, les soit-disants législations de protection des animaux et de la Nature ne servent que de façade où le non respect des lois engendre de nombreux abus de pouvoir et la protection des contrevenants.

 

Liste des législations des Communautés autonomes :

http://www.elrefugio.org/Pagina.aspx?FrameWorkIdPagina=132

 

 

Annexes : les législations communautaires

 

 

Andalucía Ley 11/2003, de 24 de noviembre de Protección de los Animales

 

Aragón Ley 11/2003, de 19 de marzo de protección animal en la Comunidad Autónoma de Aragón

 

Asturias Ley del Principado de Asturias 13/2002, de 23 de diciembre, de Tenencia, Protección y Derechos de los Animales

 

Baleares Ley 1/1992, de 8 de abril de Protección de los animales

 

Canarias Ley 8/1991, de 30 de abril de protección de los animales

 

Cantabria Ley de Cantabria 3/1992, de 18 de marzo, de Protección de los Animales, modificada por la Ley Nº 11 de 22/12/1995

 

Castilla y León Ley 5/1997, de 24 de abril de protección de los animales de compañía

 

Castilla-La Mancha Ley 7/1990, de 28 de diciembre, de Protección de los animales domésticos

 

Catalunya Decreto Legislativo 2/2008, de 15 de abril, por el que se aprueba el Texto refundido de la Ley de protección de los animales

 

Euskadi Ley 6/1993, de 29 de octubre, de Protección de los animales

 

Extremadura Ley 5/2002, de 23 de mayo, de protección de los animales en la Comunidad Autónoma de Extremadura

 

Galicia Ley 1/1993, de 13 de abril, de protección de animales domésticos y salvajes en cautividad

 

Madrid Ley 1/2000, de 11 de febrero, de modificación de la Ley 1/1990, de 1 de febrero, de protección de animales domésticos

 

Murcia Ley 10/1990, de 27 de agosto, de protección y defensa de animales de compañía

 

Navarra Ley Foral 7/1994, de 31 de mayo, de protección de los animales

 

La Rioja Ley 2/2000, de 31 de mayo, de modificación de la Ley 5/1995, de 22 de marzo, de protección de los animales

 

Valencia Ley 4/1994, de 8 de julio, de la Generalidad Valenciana, sobre protección de los animales de compañía

 

http://www.elrefugio.org/

 

C'est ainsi qu'une situation hors réel contrôle des autorités gouvernementales, entraîne des situations catastrophiques pour les animaux et la Nature où les lois européennes sont bafouées en toute impunité sous l’autorité et le laxisme de ces Communautés Autonomes.

 

Pour protéger les puissantes fédérations taurines et les non moins puissantes fédérations de galgueros, l’Etat perpétue une situation où tous les animaux, entre autres les espèces protégées sont mis à mal, où l'Environnement est maltraité en dépit des législations de la Communauté européenne.

 

Pour comprendre une telle situation il suffit d'ouvrir les liens suivants et de consulter les sources, qu'elles viennent de la presse écrite ou visuelle, des politiques, écologistes ou des grandes organisations et notamment le WWF. Cf. également le film « WE FEED THE WORLD » commenté par Jean Ziegler, rapporteur à l’UNESCO.

 

4. L’Espagne, un désastre environnemental : ce qu’en dit la Presse et cas relevés

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-32178709.html

 

.... AVEC LA COMPLICITE DES ADMINISTRATIONS DES COMMUNAUTES AUTONOMES ET CONTRE LES LOIS DE PROTECTION GOUVERNEMENTALES ET CELLES DE L'EUROPE

publico.es

 

Rebelión contra el "desastre ambiental" en Castilla y León

M. FERNÁNDEZ / B. MARÍN - MADRID - 31/05/2009 20:30

Once asociaciones conservacionistas piden al Gobierno central que recupere las competencias de la Junta en medio ambiente. Denuncian la explotación del ecosistema

Nunca había ocurrido en la España de las autonomías. Un total de once ONG han pedido al Gobierno que retire las competencias en materia ambiental a la Junta de Castilla y León, del PP, porque creen que ha sobrepasado el límite de lo permisible: envenenamiento masivo de fauna, explotación urbanística de ecosistemas protegidos, reiterados incumplimientos judiciales... La lista de agravios a la naturaleza es larga y muy grave. Y ante ella y la consiguiente denuncia de las organizaciones, la Junta no quiere hacer comentarios a este periódico.

La Constitución prevé garantías excepcionales para el caso de que una comunidad autónoma no cumpliera sus obligaciones de protección de medio ambiente. Se requiere, en todo caso, la aprobación por mayoría absoluta del Senado para poder retirar las competencias. Pero para los denunciantes, la última demostración de los desmanes de la Junta ha sido la aparición, en abril, de un nuevo cadáver de un oso en el Parque Natural de Fuentes Carrionas, en Palencia. "Es el decimotercero en diez años", explica Roberto Hartasánchez, presidente del FAPAS (Fondo para la protección de animales salvajes), quien califica a Castilla y León de "sumidero para los osos". A pesar de que es Asturias la comunidad con mayor presencia de este plantígrado, Castilla y León se anota diez de las trece muertes ocurridas desde 2000.

El uso de lazos, aprobado en plena zona osera, es ilegal en España y la UE

La última prueba de la polémica gestión de la Junta es el documento interno que acaba de salir a la luz, firmado por el director general de Medio Natural, José Ángel Arranz, en el que se autoriza el uso de lazos en plena zona osera durante todo 2008. Es un sistema prohibido tanto por la legislación europea como por la española y que "puede resultar mortal para el oso", puntualiza Hartasánchez, quien sospecha "que ese permiso se haya dado para otras zonas oseras. Todos tenemos presente la búsqueda del oso que arrastró un lazo durante el verano pasado en Páramo del Sil. Siempre pensamos que era un lazo furtivo, pero ahora tenemos dudas", sentencia.

Más trampas

No es la primera vez que Castilla León autoriza lazos para cazar. Ya existe una sentencia condenatoria de los tribunales europeos por la utilización de trampas en zona de nutria en 2006, en Ávila y Salamanca.

Parte de la Dirección General de Medio Natural está imputada Un portavoz de la Plataforma para la Defensa de la Cordillera Cantábrica considera "escandaloso" que parte de la cúpula de la Dirección General de Medio Natural esté imputada por delitos contra el medio ambiente. El actual director, José Ángel Arranz, lo está por la Ciudad del Golf en Las Navas del Marqués. Pero las imputaciones por el mismo caso alcanzan también a su predecesor en el cargo, Mariano Torre, quien a pesar de ello ha sido promovido ahora a máximo responsable de medio ambiente en León. La cadena no termina aquí, pues Torre sustituye en León a otro imputado más, José Luis Blanco, acusado de prevaricación por el incumplimiento del cierre de la mina Feixolín. "¿Es que es indispensable estar imputado para ejercer un cargo de medio natural en Castilla León?", se pregunta el portavoz.

Recientemente, el ex consejero de Medio Ambiente (1991-1999) Francisco Jambrina, ha sido denunciado por el Seprona tras ser sorprendido con una rapaz protegida que había caído en un cepo ilegal en su coto de caza.

Para todas las asociaciones, sin embargo, la principal responsable es la consejera de Medio Ambiente y vicepresidenta de la Junta, María Jesús Ruiz, la única que, no obstante, ha salido indemne de las imputaciones judiciales. "Tiene una política basada en la explotación de los recursos naturales para favorecer a los grandes intereses y no a los ciudadanos" afirma Javier Escudero, de Ecologistas en Acción. Escudero recuerda la Ciudad del Medioambiente de Soria, aprobada por ley, y lo describe como "un proyecto especulativo de nombre engañoso para urbanizar un soto protegido por la Unión Europea". A su juicio, este precedente está dando alas a la Junta para repetir un esquema similar en San Glorio y construir una macroestación de esquí en una zona también protegida por sus valores naturales.

«Tras el estudio de los topillos nos llamaron mentirosos»

Una de las bestias negras de la Junta se llama Javier Viñuela, el científico que sacó a la luz los datos del envenenamiento masivo de los topillos y sus nefastas consecuencias para el resto de la fauna. El doctor Viñuela, director del IREC, un centro del CSIC, y coautor del último estudio sobre el tema publicado en la revista Enviromental Conservation, acaba de crear la web verdadesdelostopillos.com, en la que se recoge la información científica y se rebate las acusaciones de la Junta. "Cuando publicamos el estudio nos llamaron mentirosos y delincuentes, esgrimiendo un supuesto informe en el que se dice que el veneno es inofensivo. Pero casi dos años después nadie ha visto ese informe en papel oficial alguno. En Castilla y León impera el miedo, y los que hablan no se atreven a dar su nombre", asegura el investigador. En la web desvela estudios inéditos de la Universidad de Valladolid pagados por la Junta y luego censurados por ella, explica.

Desde la Plataforma para la Defensa de la Cordillera Cantábrica también se llama la atención sobre los efectos nocivos de la gestión de la Junta en la crisis de los topillos. "Este año se está detectando un repunte brutal de los venenos en los cotos de caza. Si la Junta inundó de veneno 400.000 hectáreas, ¿por qué no lo van a hacer los titulares de los cotos? La impunidad está garantizada", señalan.

«El Gobierno no puede seguir inhibiéndose»

WWF se ha sumado a las críticas del resto de ONG. “La actuación de la Junta denota falta de interés por la conservación”, señala un portavoz. “El Gobierno no puede seguir inhibiéndose. La función de la Administración central es garantizar el cumplimiento de la leyes básicas”, añade.

Las ONG firmantes son Plataforma para la Defensa de la Cordillera Cantábrica, FAPAS, Asociación para la Conservación y Estudio del Lobo Ibérico, Asociación de Naturalistas Palentinos, Federación de Ecologistas en Acción-Castilla y León, Coordinadora Ecoloxista d’Asturies, Plataforma Filón Verde, Asociación para el Estudio y Protección de la Naturaleza (URZ), Asociación para la Defensa de los Recursos Naturales de Cantabria (ARCA) y Asociación Ecologista La Braña. C'est au total 11 ONG qui ont demandé au Gouvernement espagnol de retirer la responsabilité et la gestion de l'Environnement à la Junta de Castilla y Leon et au PP car dans cette Communauté cela a largement dépassé les limites du tolérable: empoisonnement massif de la faune sauvage, exploitation urbaine d'écosystèmes protégés, violation répétée de la loi ..... la liste est longue et très grave et devant de tels faits et la dénonce des ONG la Junta refusera de faire des commentaires.

 

La Constitution normalement prévoit des garanties exceptionnelles pour le cas où une communauté autonome ne respecte pas ses obligations dans le domaine de la protection de l'environnement. et dans le cas présent la dernière démonstration de non respect sera la trouvaille en avril d'un nouveau cadavre d'ours dans la Parc Naturel de Fuentes Carrionas-Palencia la dernière polémique viendrait d'un document interne qui vient d'être mis en lumière signé par le Directeur Général de l'Environnement, Jose Angel Arranz, ce dernier autorisant l'usage des collets en pleine zone des ours durant toute l'année 2008. Je rappelle que les collets sont interdits en Espagne et dans toute l'Europe

 

Ce n'est pas la première fois que la Communauté de Castilla y Leon autorise l'usage des collets pour la chasse et il y a eu déjà une condamnation des tribunaux européens à ce sujet et notamment concernant l'usage des jaulas trampas (cages piège)

 

Comme le dit un porte parole défenseur de la Cordillère Cantabrique, c'est scandaleux que de hauts responsables de la Direction Générale de l'Environnement soient impliqués dans de tels délits. tous les fonctionnaires de cette administration ont été à un moment ou un autre impliqués dans des affaires de cette nature et récemment un ex-conseiller de l'Environnement a été pris en flagrant délit par le SEPRONA alors qu'il enlevait un rapace mort pris dans un de ses propres pièges illégaux

Il semblerait que l'Environnement subit une politique d'exploitation pour favoriser des intérêts personnels et non ceux des citoyens

 

Une des bêtes noires de de la Junta ripoux s'appelle Javier Vinuela, un scientifique qui démontrera au grand jour les effets néfastes sur le reste de la faune de l'empoisonnement massif des taupes.et le Docteur Vinuela créera un site pour condamner de telles absurdités de la part de la Junta non sans s'être fait traiter de menteur et délinquant. ajoutant qu'un document mentionne le poison comme inoffensif sauf que personne jusque là n'a eu ce document entre les mains. Pire, ces administrations ne se gênent pas pour censurer tous les travaux universitaires qui visent à démontrer toutes les abérrations qu'ils commettent en détruisant tout l'écosystème d'une région

La junta a inondé le secteur de poison sur une surface de 400.000 hectares et ce en toute impunité, le risque étant que les propriétaires terriens n'en fassent autant et pourquoi pas .... puisque l'impunité est TOTALE

 

Le Gouvernement ne doit plus cautionner de tels abus

 

Le WWF a rejoint le restant des ONG demandant que le pouvoir central garantisse le respect de ses lois basiques

Liste des ONG signataires pour dénoncer:

Plataforma para la Defensa de la Cordillera Cantábrica, FAPAS, Asociación para la Conservación y Estudio del Lobo Ibérico, Asociación de Naturalistas Palentinos, Federación de Ecologistas en Acción-Castilla y León, Coordinadora Ecoloxista d’Asturies, Plataforma Filón Verde, Asociación para el Estudio y Protección de la Naturaleza (URZ), Asociación para la Defensa de los Recursos Naturales de Cantabria (ARCA) y Asociación Ecologista La Braña.

Un désastre savamment généré par les autorités locales.

 

Comme le dit bien l'article, n'importe quel quidam sur son terrain privé pourra en faire autant en en toute impunité et pour cause :

Qui pourrait contester son droit d'enfreindre la loi quand les autorités locales elles-mêmes enfreignent non seulement la législation de leur propre pays mais celle de la Communauté européenne ?

 

7 personnes détenues dans une affaire de chasse illégale

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-32537395.html

 

 

Jeudi 11 juin 2009

7 personnes détenues encore dans une affaire de chasse illégale

Cela s'est passé dans la province de Leon et dans les noms archivés pour les moteurs de recherche soitu.es perso j'aurai ajouté "trafic, association de malfaiteurs, corruption etc ..."

 

Sept personnes détenues là encore concernant un affaire d'organisation de chasses illégales mais également de vols de chiens de chasse d'une grande valeur pécuniaire

 

C'est le 2 juin que le SEPRONA arrêtera 4 personnes dans une réserve accusés de délit contre la protection de la faune. Les personnes seront arrêtées avec six têtes de chamois avec eux et trois de chevreuils abbatus illégalement

 

Pour cette opération également ce seront des armes, des silencieux, des culasses etc ... qui seront réquisitionnés

Cette enquête permettra également de les accuser de vols avec violence de chiens de chasse de valeur et entre autre des Podencos. Quatre de ces chiens sont morts, six ont été récupérés et cinq sont en voie de récupération pour les restituer à leurs maîtres

 

 

L'Espagne : des millions d'animaux torturés dans une nature sacrifiée

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-31464186.html

 

Une situation totalement chaotique avec des dérives ubuesques comme par exemple ces "fameuses" chasses illégales organisées à l'intérieur des Communautés autonomes où l'on peut chasser le tigre, le lion et autres espèces sauvages protégées sur le territoire espagnol !

Une chasse illégale qui génère une économie parallèle sur tout le territoire espagnol pour une somme estimée à 6000 millions d'euros, une chasse coûtant au bas mot pour celui qui veut y participer jusqu'à 30000 euros et avec la possibilité d'acheter une arme prohibée pour la somme de 50000 euros !

Comme le dit le journaliste : « une véritable mafia qui se généralise sur tout le territoire espagnol et qui d'année en année prend de l'ampleur. »

Les sources vidéo sur : http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-31674414.html

 

 

L'Espagne .... des millions d'animaux torturés dans une nature sacrifiée

 

Une petite mise à jour ci-dessous avec 3 vidéos concernant les collets

__________________________

 

Les animaux d'Espagne ont été déclarés hors la loi sur tout le territoire espagnol où tous les moyens sont bons pour les éradiquer de quelque manière que ce soit et ceci avec la bénédiction d'une Europe qui à chaque pétition déposée argumentera par " chaque Etat membre de l'Europe est en droit de gérer sa protection animale comme il l'entend".

 

Les animaux sont en étroite relation avec l'équilibre de l'Environnement et fermer les yeux sur tant de maltraitance c'est également fermer les yeux sur les moyens d'éradication utilisés et qui sont autant d'atteintes à l'équilibre de la biodiversité car menaçant également les espèces protégées. Des moyens utilisés complètement interdits depuis longtemps par la Communauté européenne mais largement utilisés encore par l'Espagne

 

Les collets

Très nombreux en Espagne ces collets redoutables utilisés sur tout le territoire avec évidemment une prédilection dans le secteur de non droit qu'est l'Andalousie. Des collets qui servent toute l'année pour le gibier, lapins, lièvres mais qui malheureusement compte tenu de la grosseur de certains servent aussi à piéger des chiens et des chiens de grande taille puisque même les galgos ou même encore les matins espagnols se font prendre. Il y a eu une Galga pleine (photo Séville) que j'avais diffusée et dont les espagnols disaient qu'elle avait été pendue par le ventre ce qui m'étonnait car la pendaison est un rituel, une tradition, que dis-je .... un art (cynisme) et je voyais mal un galguero déformer ce rite sacré en un vulgaire plagiat. En allant sur le site d'antonio j'ai vu un podenco qui présentait la même blessure et antonio me dira qu'il s'agit de collets

Il a eu l'occasion de trouver d'autres chiens pris à ces collets et qui s'en étaient libéré.

Malheureusement combien agonisent des jours et des jours ? ....

Les chiens abandonnés en Andalousie sont considérés comme nuisibles et donc tout est autorisé pour les éradiquer: les collets, les pièges, le poison et les jaulas trampas ou l'on achève les chiens au fusil au travers de la cage. Il y a même certains "arrêtés préfectoraux" qui autorisent de tuer à vue au fusil les chiens errants notamment en Castilla de la Mancha Communauté réputée pour sa maltraitance aux Galgos (voir les derniers cent pendus)

Ces collets pour la plupart sont en fil de nylon très costaud ou en fil de fer et on imagine l'agonie des jours et des jours avant de mourir ou d'être achevé sur place.

3 vidéos

La première vidéo : travail de terrain qu'effectueront des agents du SEPRONA et des agents forestiers. Le territoire concerné est interdit de chasse depuis un an ce qui amène à supposer qu'il s'y pratique une chasse illégale importante. Tous ces agents sont là pour prospecter le terrain. Cela se passe à Ibias-Asturias

http://www.youtube.com/watch?v=Z-_W4bf-Wi4

 

Sur la seconde vidéo on vous explique que l'on est sur les hauteurs de Ibias et que donc l'équipe va passer tous les prés de ce secteur au crible. Le chasseur illégal a établi sur un de ces prés une sorte de palissade le long de laquelle il a placé des collets signalés par un petit drapeau blanc ... et le collet vous est présenté, en fil de fer comme vous pouvez le voir et apparemment vu les poils qui y sont encore accroché il a malheureusement déjà fait des victimes..... des chevreuils.

Celui qui parle ajoute qu'en voyant ça on peut être assuré que toute la montagne est parsemée de ces collets et également des pièges et de poser la question pour finir " qui peut savoir combien de vies ont fini déjà dans ces pièges ..."

http://www.youtube.com/watch?v=2sLw6x7kzWI

 

La troisième vidéo, comme le dit l'équipe une journée dont on ne sait si l'on doit dire qu'elle a été bonne ou catastrophique compte tenu du nombre de collets prélevés, de cages pièges (jaulas trampas) pour les chevreuils ... très inquiétant pour l'équipe car nouveau comme procédé.

A savoir que le chevreuil est protégé depuis plusieurs années

 

http://www.youtube.com/watch?v=RZwDnCY9MJM

 

Et après me direz-vous? ... et bien oui, et après rien .... on retire les collets, les pièges, les jaulas trampas et après .... RIEN!

Les pièges interdits par la CE, de la taille à tuer un loup, c'est impressionnant la taille qu'ils ont et là encore ce sont les chiens qui sont visés

Là encore combien de jours et de jours d'agonie, combien de chiens achevés sommairement, combien en réchappent et au prix de combien de souffrance ayant laissé une partie de leur patte sur place, passant au travers de la scepticémie pour finir sur trois pattes à galérer dans une campagne totalement hostile ?

Pourchassés, se méfiant de tous, survivant en se cachant le jour, sortant la nuit pour s'alimenter de sacs poubelles et ne prenant de risque que lorsqu'il s'agit de nourrir une portée et pour finir, aidé par un sixième sens reconnaître la personne qui sera celle qui peut-être leur permettra d'accéder au respect qui leur est du. L'humanité tout d'un coup se dévoilera dans cet animal vivant au milieu de monstres à visage humain comme cette Galga que personne ne pouvait approcher mais qui reconnaîtra dans cette inconnue une amie à qui elle fera comprendre que oui, elle veut bien l'accompagner où elle voudra mais .... pas sans son galguito

 

LA HONTE DES PIEGES ESPAGNOLS

 

CASTILLA DE LA MANCHA ... HAUT FIEF DE LA MALTRAITANCE

Les jaulas trampas. Les chasseurs s'en servent beaucoup en Andalousie pour se débarrasser des galgos errants et des chiens abandonnés en général. Les protecteurs d'animaux également mais là il s'agira d'essayer d'attrapper un galgo trop méfiant et si on échoue on fera appel au fusil anesthésiant. Les jaulas trampas ont un système sophistiqué en dessous de leur plancher qui fait que lorsque le chien entre dans la cage il déclenche le mécanisme et la porte se referme. Pour les chasseurs, ils n'auront plus qu'à tirer à travers les barreaux sachant malgré tout que le chien peut y rester plusieurs jours avant que qui que ce soit vienne "abréger" ses souffrances.

 

Ajoutez à tout ceci également le poison largement utilisé pour éliminer les animaux qu'ils soient errants ou non car le poison circule partout en Espagne aussi bien en campagne pour les animaux errants que dans les villes car l'Espagnol ne supporte même pas l'idée qu'il puisse y avoir des humains aimant les animaux: contre nature pour lui et une raison suffisante pour disperser son poison jusque dans les lieux publics et plus particulièrement les parcs où les enfants sont censés être les premiers à en subir les conséquences mais les espagnols vont plus loin et empoisonnent jusque dans les propriétés privées au risque là encore d'empoisonner quelque enfant de la maison. Je sais, vous allez me dire que de tels faits sont courants en France, certes .... mais en Espagne c'est plus que courant ... c'est normal! Les poisons utilisés, la strychnine, la mort au rat ....

http://www.youtube.com/watch?v=MT9-6bZSvPc

 

L'Espagne, un goût immodéré pour le poison ....

 

En Espagne c'est la guerre constante entre les propriétaires de chiens dits de compagnie et ceux qui ne supportent pas que l'on puisse avoir un animal qui puisse vivre une autre vie que celle de chien de chasse ou chien enchaîné à vie. Cette phobie des animaux de compagnie va jusqu'à empoisonner les chiens la nuit dans les refuges et même dans les perreras alors que tout le monde sait que les chiens y seront euthanasiés sous peu .... oui on peut parler de phobie car RIEN ne peut justifier de tels agissement largement admis dans toute l'Espagne, RIEN si ce n'est l'obscurantisme d'un passé pas si lointain que ça.

Il est pratiquement impossible dans les campagnes d'Espagne de pouvoir sortir son chien sans le risque si il s'éloigne de ne plus le voir revenir pris à un collet, un piège ou agonisant dans les minutes qui suivent à cause d'un appât empoisonné.

 

 

 

 

 

 

Mercredi 29 avril 2009

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-30831981.html

L'Espagne, un goût immodéré pour le poison ....

 

20minutos.es http://www.20minutos.es/noticia/465397/0/animal/perro/parque/

 

1. Répression ou laxisme de la Police ?

 

En Espagne, la police est représentée par la Guardia Civil de laquelle se détache une autre section appelée SEPRONA (Servicio de Proteccion de la Naturaleza)

 

La GUARDIA CIVIL est un corps policier d'état qui dépend du Ministère de l'Intérieur et des Armées. Ce sont eux qui gèreront les enquêtes importantes et le maintien de l'ordre public, la protection des citoyens, le respect des lois dans l'exécution de toutes les normes et règlements concernant les différents organes des Administrations Centrales et des Communautés Autonomes.

Source: site de la Guardia Civil

http://www.guardiacivil.es/quesomos/index.jsp

 

 

Le SEPRONA quant à lui sera chargé de veiller à l'exécution de toutes les dispositions, à l'intérieur de sa Communauté Autonome, en relation avec la conservation de la nature et de l'environnement, les ressources en eau ainsi que tout ce qui a rapport à la faune sauvage, la flore .... en un mot tout ce qui concerne la nature. Une charge exercée sur tout le territoire national découpé en Communauté Autonomes

Source: le site de la Guardia Civil

uardiacivil.org/quesomos/organizacion/operaciones/seprona/">http://www.guardiacivil.org/quesomos/organizacion/operaciones/seprona/

 

A noter que le SEPRONA est également en charge de la protection des animaux domestiques et de compagnie (voir courrier du Directeur de Cabinet de Mr Zapatero) dont un extrait ci-dessous:

 

----- Original Message -----

From: <gabinete@presidencia.gob.es>

To: <m-helene.verdier@wanadoo.fr>

Sent: Tuesday, October 02, 2007 12:00 AM

Subject: Galgos

 

 

Para tratar de impedir que se produzcan situaciones concretas que a todos nos repugnan, como por ejemplo viene sucediendo en el caso de los perros galgos, se han intensificado los controles por el Servicio Especial de Protección de la Naturaleza (SEPRONA) de la Guardia Civil que tiene, entre sus objetivos prioritarios, la erradicación de tan aberrantes prácticas, junto con la prevención de actividades ilegales, tramitando las denuncias oportunas.

 

Pour ce qui est d'empêcher que se produisent ces situations concrètes qui nous répugnent à tous, comme par exemple ce qui se produit dans le cas des galgos, les contrôles du Service Spécial de Protection de la Nature (SEPRONA) de la Guardia Civil se sont intensifiés et ont pour objectifs prioritaires l'éradication de pratiques si barbares et ce avec la prévention d'activités illégales en tenant compte de plaintes déposées opportunes

 

Certes, mais la réalité sur le terrain est loin de faciliter le travail d'un SEPRONA souvent obligé de transiger dès lors où ceux mêmes qui représentent la loi en tant qu'autorités des Communautés Autonomes ne respectent ni les lois gouvernementales ni celles de l'Europe en matière de préservation de l'Environnement. Et comment un SEPRONA peut-il exiger d'un simple citoyen qu'il respecte ces mêmes lois quand ce dernier sait très bien que les autorités dirigeantes autonomes non seulement ne respectent pas ces lois mais en plus n'en sont pas inquiétés.

On en arrive à l'intérieur des Communautés Autonomes à une situation d'anarchie (voir liens ci-dessus L’ESPAGNE, UN DESASTRE ENVIRONNEMENTAL) et malheureusement, les galgos, source de profit et d'économie parallèle non négligeable en subiront eux aussi les conséquences

 

Récemment, un courrier a été envoyé au haut responsable du SEPRONA à Barcelone par une militante du PACMA (Parti Antitaurin et Contre la Maltraitance Animale). Elle demandait au chef de corps du SEPRONA de prendre les mesures nécessaires pour que soient appliquées, à l'intérieur des Communautés autonomes, les lois en vigueur pour la protection des animaux et de l'environnement. Courrier et sa traduction sur :

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-29994403.html

 

 

Mardi 7 avril 2009

SEPRONA NO ES SEPRONA .... SEPRONA OU RIEN C'EST PAREIL

On sait très bien que la Guardia Civil en Espagne dépend du Ministère de l'Intérieur mais qu'en est-il du SEPRONA?

 

Quoiqu'il en soit beaucoup d'espagnols se plaignent de déposer des plaintes de maltraitance animale et ce en vain .... Caroline Waggershauser, membre active du PACMA, considère que au vu du nombre important de témoignages on se doit d'agir. Effectivement nombreuses sont les plaintes en grande majorité concernant les Galgos et autres chiens de chasse qui aboutissent .... à un simple déplacement des animaux, l'essentiel pour le SEPRONA étant de déplacer le problème.

Le travail du SEPRONA est très déficient en milieu rural où tout le monde se connaît, tout le monde est ami ou de la même famille y compris concernant le SEPRONA. Tout le monde se connaît, tout le monde se protège et ceux qui montrent du doigt seront tout simplement dénigrés par des rires moqueurs ou des réflexions déplacées.

Le SEPRONA oublie juste une chose c'est qu'il est là pour faire respecter la loi y compris celle qui protège les animaux

Carolina a préparé un courrier qui sera envoyé au chef du SEPRONA de la Guardia Civil de Madrid et nous demande à nous européens de soutenir sa démarche en lui envoyant le courrier approuvé par nos identités. Ce sera fait en ce qui me concerne avec la liste de signataires

 

TRES IMPORTANT: Carolina demande que toutes les ong européennes de défense des Galgos en fassent autant en l'autorisant d'apposer sur le courrier qu'elle enverra le nom de l'Association et son logo. Pour ceux qui veulent participer, me le faire savoir webmestre@galgos.fr et je lui transmettrai

 

Courrier ci-dessous en espagnol. et sa traduction à côté

 

 

 

 

Muy Sres. nuestros:

 

Nos dirigimos a Uds. en nombre de varias organizaciones animalistas para tratar el asunto de los galgos en España.

 

Por desgracia este país, con grandes valores reconocidos en todos los campos, es conocido a nivel internacional como maltratador y despreciador de la vida del resto de los animales, en especial de la de los galgos. En la mayor parte de los lugares donde respetan los derechos de los animales hay alguien que ha adoptado un galgo sacado del infierno al que se le había relegado en España.

 

 

Muchas de las personas que trabajamos por el bienestar de estos perros no solo tenemos que hacer frente a menudo a la violencia y mala educación de algunos (no todos, hay que decirlo) galgueros y cazadores, sino también a la complicidad de muchos vecinos y a la desidia de las autoridades competentes (ayuntamientos, Guardia Urbana, SEPRONA) para hacer cumplir las leyes de protección animal vigentes.

 

Nos encontramos sobre todo con grandes problemas en las zonas rurales, donde maltratadores, cuerpos policiales y administraciones son vecinos, con todo lo que eso conlleva en cuanto a dificultad en la aplicación de la ley. Tenemos casos en los que no se recogieron denuncias por maltrato a perros de caza o en los que se dio aviso a los propietarios, que hicieron desaparecer a los animales; de todo ello podemos aportar datos si lo creen conveniente.

 

Otro caso digno de reseñar son las matanzas en masa de galgos, realizadas periódicamente en zonas rurales concretas. No parece posible que en estas regiones los agentes de SEPRONA no tengan constancia de dichas carnicerías, ya que no solo no es un secreto sino que se trata de algo de dominio público.

 

En esta España profunda que aporta la mala imagen internacional a nuestro país, SEPRONA representa el único rayo de luz para cualquier animal maltratado. Pero si miembros de este brazo de la G.C. se unen a los mismos maltratadores tapando estos crímenes o no haciendo cumplir la ley de protección animal, este país seguirá sumido en la incultura e injusticia.

 

La imagen de este maravilloso país con su brillante su historia, sus poetas, escritores, pintores y filósofos, con toda su gente que sacó y saca adelante su día a día, se ve seriamente manchada por casos verdaderamente espeluznantes de maltrato animal, sobre todo en cuanto a los galgos se refiere.

 

Anualmente noticias, fotos y vídeos de galgos ahorcados, tiroteados, apaleados, quemados vivos… dan la vuelta al mundo, y gentes de otros países europeos o americanos adoptan a los que consiguen escapar con vida de este maltrato.

 

No es un buen reclamo para un país que, salvo por la vergüenza del maltrato al resto de los animales, es un destino envidiable para mucha gente. “Dale limosna mujer, que no hay en el mundo nada, como la pena de ser ciego en Granada” Bien podíamos cambiar ciego por galgo y Granada por España.

 

 

Las fuerzas del estado están para hacer cumplir las leyes, entre las que se encuentran las leyes de protección animal, que varían según autonomía; pero en todas está contemplado el derecho a una vida y una muerte digna de todos los animales, con todo lo que esto implica.

 

Le remitimos esta carta para que Uds. conciencien a sus agentes de SEPRONA a fin de que hagan cumplir la ley por encima de cualquier consideración personal, ya que las leyes se hacen para ser respetadas y cumplidas.

 

Y en esa España negra y profunda, mala embajadora de nuestro país en el mundo, los agentes de SEPRONA son la única esperanza para los animales maltratados y el único lugar a donde acudir para los que defendemos los derechos de los animales en la esperanza de que un día no seamos conocidos en el resto del mundo como maltratadores.

 

TRADUCTION FRANCAISE :

 

Très chers Messieurs:

 

Nous vous écrivons au nom de plusieurs ong de défense des animaux afin d'aborder la question des Galgos en Espagne.

 

Malheureusement, ce pays aux nombreuses valeurs que l'on retrouve dans tous les domaines, est reconnue internationalement comme maltraitant et pour le mépris porté sur la vie des autres animaux, surtout les Galgos. Dans la plupart des pays où se respectent les droits des animaux il ya quelqu'un qui a sorti un Galgo de l'enfer dans lequel il était relégué en Espagne.

 

 

Beaucoup de gens qui travaillent pour le bien-être de ces chiens ne doivent pas seulement faire face à la violence et au manque d'éducation de certains (pas tous, il faut le dire) galgueros et chasseurs, mais aussi à la complicité de nombreux voisins et de négligence de la part des autorités (municipalités, de la Guardia Urbana, SEPRONA) et ce pour arriver à faire respecter les lois de protection des animaux.

 

Nous rencontrons surtout de gros problèmes dans les zones rurales où les intimidateurs, la police et le gouvernement sont voisins, avec tout ce que cela implique en termes de difficulté dans l'application de la loi. Nous avons des cas où des plaintes pour maltraitance sur chiens de chasse n'ont pas été enregistrées, ou bien les les propriétaires informés et qui ont déplacé simplement les animaux; de tout ceci nous pouvons apporter les preuves si vous le désirez

 

Un autre cas important à noter c'est le massacre de Galgos, qui se produisent régulièrement dans des zones rurales très spécifiques. Il ne semble pas possible que dans ces régions le SEPRONA ne soit pas informé de ces boucheries car non seulement ce n'est pas un secret mais quelque chose du domaine public.

 

De cette Espagne profonde qui donne une mauvaise image internationale de notre pays, le SEPRONA représente le seul rayon de lumière pour tous les animaux maltraités. Mais si les membres de cette branche de la G.C. se lie aux maltraitants, couvre ces crimes ou ne fait pas appliquer la loi sur la protection des animaux, ce pays restera embourbé dans l'ignorance et l'injustice.

 

L'image de ce magnifique pays avec sa brillante histoire, les poètes, écrivains, peintres, philosophes, avec tout son peuple qui travaille honnêtement pour vivre est sérieusement entaché par des cas d'abus sur des animaux réellement choquant et en particulier quand il s'agit de Galgos.

 

 

Chaque année, des nouvelles, des photos et des vidéos de Galgos pendus, tués par balle, battus, brûlés vif ... font le tour du monde, et des gens d'autres pays d'Europe ou américains adoptent ceux qui survivront à toute cette maltraitance.

 

 

Tout ceci ne constitue pas une bonne réclame pour un pays qui, à l'exception de la honte de la violence à d'autres animaux, est une destination enviable pour beaucoup. "Donnez-lui l'aumône femme, car il n'y a rien de pire au monde que la douleur d'être aveugle à Grenade" Eh bien, nous pourrions remplacer l'aveugle par le Galgo et Granada par l'Espagne.

 

La force d'un état c'est de faire appliquer les lois, y compris les lois sur la protection des animaux, qui varient en fonction de l'autonomie, mais qui se doivent d'apporter une vie et une mort digne à tous ces animaux, avec tout ce que cela implique.

 

 

Nous vous remettons ce courrier vous demandant de rendre plus consciencieux vos agents du SEPRONA afin qu'ils fassent respecter la loi et ce en dehors de toute considération personnelle car les lois sont faites pour être respectées et suivies.

 

Et, dans cette Espagne noire et profonde, mauvais ambassadrice pour notre pays dans le monde, les agents du SEPRONA sont le seul espoir pour les animaux maltraités et le seul endroit où se rendre pour ceux qui défendent les droits des animaux, dans l'espoir d'éviter qu'un jour nous ne soyons pas connus dans le reste du monde célèbre dans le monde entier comme des maltraitants.

 

Merci à Carolina Waggershauser pour ce modèle de courrier

Membre active du PACMA

Créatrice et Administratrice du site:

Ciudadanos Para Los Animales

 

Le fait que l'Etat espagnol ne veuille pas prendre une position ferme contre tous ces abus en créant une loi nationale de protection animale et une révision du code pénal entraîne une autre catastrophe, celle de tous les animaux de compagnie d'Espagne qui, n’étant protégés par aucune loi ou programme pour limiter leur prolifération, vont devenir eux aussi une manne financière pour d'autres systèmes mafieux que sont les perreras. Dans ce triste tableau, soulignons que les galgos et les chiens de chasse ne sont même pas concernés car ils n’ont aucun statut.

300.000 animaux de compagnie euthanasiés chaque année dans les perreras

http://www.dailymotion.com/video/x3jb6j_psoedispierta-collectif-acma-espagn_politics

 

2. Perreras ?

 

Les perreras sont en réalité des camps d'extermination touchant des subventions énormes et une somme d'argent pour chaque animal récupéré, une économie qui profite à certains privilégiés gestionnaires. Les animaux y vivent dans des conditions effroyables. Affamés, ils s’entre-dévorent ou finissent euthanasiés par un poison illicite ou de manière totalement illégale. Pratiques qui font exploser le bénéfice financier acquis avec chaque chien récupéré et sacrifié.

 

Illustrations : quelques affaires

 

 

AFFAIRE PUERTO REAL

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/categorie-10188221.html

 

 

Samedi 20 juin 2009

La perrera de Puerto Real .... un jugement à deux vitesses ....

 

 

... un jugement qui déresponsabilise totalement le gérant et la directrice de la perrera. Un jugement qui ne nous étonne guère du fait que ceux qui ont suivi cette affaire depuis le début savent que le gérant de la perrera était très lié au Président de la Mancomunidad

Reste qu'il fallait tout de même trouver des boucs émissaires qui seront tout désignés en les personnes des deux vétérinaires qui comme l'indique la juge étaient dans l'obligation de soigner les animaux qui entraient malades, ce qui n'était pas le cas. En insistant également sur le fait que les conditions de vie de ces pauvres chiens entassés et mélangés (malades et sains) était à l'origine probablement de la mort de nombre d'entre eux. Toutes les autres personnes seront blanchies et le dossier archivé et ce malgré l'affirmation faite par un des vétérinaires selon quoi lors des euthanasies ils étaient aidés par d'autres personnes. Tout ceci pour dire que le gérant et la directrice sont considérés comme non coupable du point de vue pénal ce qui n'enlève pas leur possible responsabilité civile dans cette affaire

Rappelons quand même que les Verts sur leur site avaient dénoncé les pressions que Mme le Juge dans l'exercice de ses fonctions avait subi de la part du groupe du Président de la Mancomunidad ..... ceci expliquant peut-être cela

 

La directrice de la perrera se cachera derrière le fait que le vétérinaire était depuis peu au service de la perrera et que "tout ceci n'était qu'une erreur", un argument qui ne convaincra pas la Présidente de Prodean qui se chargera de démontrer que les protocoles d'euthanasie n'étaient pas respecté dans cette perrera et que d'autre part la directrice circulait en toute liberté dans tous les locaux de la perrera et était censée ne rien ignorer des pratiques d'euthanasies peu orthodoxes de sa perrera

Des chiens euthanasiés au Mioflex, un paralysant musculaire utilisé pour les examens avec tubages de gorge en médecine et empêcher le réflexes de déglutition. Une euthanasie lente et douloureuse, d'autant plus lente et douloureuse que les dosages étaient calculés à l'économie, la mort survenant par asphyxie respiratoire

 

Les protecteurs d'animaux avaient demandé la fermeture de cette perrera exigeant la construction d'un nouveau refuge géré non pas par des tueurs en série mais par des personnes proches de la protection animale ..... un projet qui n'a pas encore vu le jour, un procès qui n'en finit pas et un gérant qui continue à gérer son autre perrera, celle de Los Barrios, selon la même politique et avec interdiction à quiconque de voir ce qui se passe dans l'intimité des euthanasies massives

 

Vendredi 20 mars 2009

2006 .... Cadix, il a connu l'enfer de la perrera de Puerto Real ...

.... et a eu la chance d'être adopté par un couple d'étrangers un an avant que n'éclate le scandale de cette perrera, la première perrera à passer au Pénal

 

Merci à ces adoptants que le hasard a mené sur ce blog, tout étonnés d'apprendre ce qui se cachait derrière cette machine à tuer qui n'avait pas honte de se nommer "Refugio"

Rappelons le chiffre désastreux de 70% des chiens qui seront adoptés à la fermeture de la perrera pour mourir chez leurs adoptants dans les jours qui suivront

 

Il était très mal en point lorsque nous l'avons adopté. Amaigri, diarrhée, vomissement... etc... On a mis plusieurs semaines à le soigner pour qu'il soit mieux (Nous l'avons soigné de manière la plus naturelle possible ) mais ça a pris plusieurs mois avant qu'il ne soit vraiment en forme. Ça fait maintenant un peu plus de 2 ans qu'il est avec nous et il est en super état ! Son poil est superbe, il a un poids parfait, notre vétérinaire dit qu'il est en bonne santé.

 

Lorsque nous l'avons adopté, on nous a dit qu'il avait environ 2 ans, ce qui était impossible. Mais comme nous ne parlions pas très bien l'espagnol et qu'on voulait vraiment l'amener avec nous, on s'est pas trop attardé sur ce point. Selon nous et notre vétérinaire, il avait environ 8 mois en déc. 2006. Donc, il aura environ 3 ans en avril.

 

Cadix, (c'est son nom) vit maintenant une bonne vie de chien enjoué avec sa copine chienne, Marée, et nos chats et perroquets et chevaux à notre ferme du Québec...

 

Nous l'aimons beaucoup et sommes encore plus attaché à lui depuis que nous connaissons l'horrible histoire qui se cachait derrière son abandon.

 

Bravo pour ton blog. Nous ne le consulterons régulièrement pour avoir

des infos.

 

Amitiés québécoise,

 

Louis-Philippe (Louphi) et Léo

 

 

TOUTE L'AFFAIRE DE LA PERRERA DE PUERTO REAL

 

Jeudi 29 janvier 2009

L'affaire Puerto Real, une affaire qui progresse ... lentement

ecodiario.eleconomista.es

 

Le nombre des accusés dans l'affaire Puerto Real est au nombre maintenant de huit avec en la personne du huitième un ouvrier de la perrera qui déclara récemment devant le juge que la perrera incinérait "entre 50 et 60 animaux par jour"

L'ouvrier qui était affilié à l'incinération des animaux s'ajoute maintenant au nombre des autres accusés à savoir le patron de la perrera, la directrice, le vétérinaire titulaire, l'ancien vétérinaire et quatre ouvriers, tous accusés de délit de falsification de documents et de maltraitance continuelle sur animaux

Les langues se délient jusqu'à reconnaître l'usage du Myoflex depuis quand même 1994 le pire étant que les municipalités de Cadiz, Puerto Real et San Fernando entre autres seraient quant à elles au courant des nombreuses irrégularités commises à l'intérieur de la perrera et ce depuis de nombreuses années

Des animaux non soignés dès lors que pourtant à chaque visite le vétérinaire pouvait constater qu'ils étaient en très mauvais état de santé, malades, diarrhéiques, avec fractures ouvertes ou bien carrément moribonds et agonisants pendant plusieurs jours

On rappelle que c'est la première fois dans l'histoire des perreras que l'une d'entre elles passe en procès pénal

La perrera de Puerto Real recueillait chaque année des milliers de chiens et chats de diverses municipalités de la province de Cadiz, des animaux supposés depuis des années avoir été euthanasiés avec un produit illicite injecté leur causant une mort par asphyxie musculaire lente et douloureuse.

 

Il aura fallu que les trois chiens d'un couple de touristes italiens, qui pensaient avoir déposés ces derniers provisoirement dans une résidence canine, meurent euthanasiés et que soit faite une autopsie pour que ENFIN l'affaire, suivie depuis de nombreuses années par les défenseurs des animaux en Espagne, éclate au grand jour avec preuves à l'appui

 

 

AFFAIRE PUERTO REAL ( CADIZ )

 

Le scandale de l’euthanasie au Mioflex

 

Jeudi 4 octobre 2007

HORREUR DANS LA PERRERA DE PUERTO REAL (CADIZ)

 

L'Organisation de Protection Animale El Refugio dénonce les faits auprès de la Seprona

http://www.elrefugio.org/Pagina.aspx?FrameWorkCodigoPagina=Pagina_Noticias

 

Selon El Refugio, très souvent, ce genre d'entreprise qui "recueille" les animaux ne cherchent qu'à faire de l'argent (

Cette méthode d'euthanasie est très économique puisque, approximativement, avec 35 euros on peut euthanasier 10 tonnes de chiens et chats.

Cette perrera se double également d'une résidence canine, cette même résidence qui a euthanasié les 3 chiens de touristes italiens qui sont restés à Cadiz en espérant une justice pour eux

Une manifestation est prévue par les animalistes espagnols le dimanche 7 Octobre 2007 sur la place de la municipalité de Cadiz

 

AFFAIRE DE LA PERRERA DE MIERES

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-29479862.html

 

PERRERA DE LOS BARRIOS

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-17501236.html

 

PERRERA D’OLIVENZA

(ouvrir tous les liens et consulter les sources de la presse espagnole) http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-32280965.html

 

PERRERA DE PROANIPLANT

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-30560145.html

 

 

7. Amélioration de la situation, quelle amélioration ?

 

ANIMAUX d’Espagne, DES TONNES DE DECHETS

 

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-28679811.html

Jeudi 5 mars 2009

 

Et oui, maintenant on ne parle plus en milliers de chiens et de chats mais en tonnes d'animaux domestiques exterminés.

Une affaire qui a suscité grand bruit ces derniers jours en Espagne et qui méritait réflexion avant de la publier tant la polémique a grandi avec cette plainte déposée par Nacho Paunero le Président de El Refugio

 

Texte en espagnol : http://www.elrefugio.org/NoticiaLeerMas.aspx?Id=719

 

 

 

Une affaire qui a suscité grand bruit ces derniers jours en Espagne et qui méritait réflexion avant de la publier tant la polémique a grandi avec cette plainte déposée par Nacho Paunero le Président de El Refugio

 

 

 

La polémique vient du fait que Nacho Paunero s'attaque ni plus ni moins qu'à un centre qui recueille les animaux abandonnés dépendant de la FAPAM Federacion de Asociaciones Protectoras y de Defensa Animal laquelle affirme que les faits relatés seraient pure calomnie.

Plus de six tonnes d'animaux domestiques auraient été euthanasiés en 19 mois à l'intérieur de ce centre

 

Le CIAAM qui est le centre dénoncé par El Refugio a toujours prétendu ne pas euthanasier les animaux avançant qu'en 2008 n'auraient été euthanasiés que 3 animaux pour aggressivité après avoir essayé de les réhabiliter et d'avancer des chiffres d'adoption de 525 animaux dont 385 chiens et 167 chats.

La vérité selon Nacho Paunero serait tout autre car des témoins ont parlé et ces témoins ne sont autres que des employés des décharges de Madrid où étaient jetés les animaux à l'intérieur de sacs plastiques et du refuge lui-même.

 

Selon les mêmes sources du 08/07/06 au 11/08/07 ont été recueillis au CIAAM 972 chiens et 433 chats et ils ont été 375 à être euthanasiés. Dans le temps où l'employé a travaillé dans ce refuge tous les chats "sauvages" récupérés étaient euthanasiés immédiatement. Il confirmera également que ce sont pas moins de 70 municipalités qui sont en contrat avec la Communauté de Madrid pour ne pas avoir chez eux les installations requises pour recueillir des animaux.

Quant aux chiots qui entrent au CIAAM atteints de parvovirose ils étaient isolés dans la salle des cadavres

 

On ajoute à ça un nombre d'employés sur place nettement insuffisant.

Le CIAAM (Centro de recogida de animales de la Comunidad de Madrid) sera cédé en 2005 à une entreprise privée. El Refugio ayant dénoncé sa mauvaise gestion c'est à la FAPAM que la gestion avait été confié c'est-à-dire la Fédération des Associations Protectoras de la Communauté de Madrid! c'est dire le désordre que cette affaire peut créer puisque n'oublions pas que la FAPAM regroupe des associations de Madrid aussi importantes que celles de ANAA, Amnistia Animal, Alba etc ....

Je rappelle également que c'est cette Fédération qui avait déposé il y a peu sa pétition demandant une loi nationale de protection animale auprès du Ministère de l'Environnement

 

Des volontaires de El Refugio vêtus de noir ont déployés à Madrid même des panneaux avec la présence également du chien fétiche en peluche qui est de toutes les actions (Rocco) et qui sera cette fois placé à côté la corde au cou.

On peut lire sur l'affiche:

“Esta es “la Esperanza” de vida que la Comunidad de Madrid da a sus animales abandonados: 10 días (mañana serán 9).”

Esperanza est le prénom de la Présidente de la Communauté de Madrid et l'occasion d'un jeu de mot

" Ceci est "l'Espérance" de vie que la Communauté de Madrid offre à ses animaux abandonnés: 10 jours (demain 9)".

 

El Refugio compte bien continuer sa campagne pour que les habitants de Madrid soient bien informés des faits et de plus il étudiera les actions légales qu'il pourrait mener pour que les responsabilités pénales, civiles et administratives soient reconnues, si toutefois il y en a

El Refugio a souvent demandé des renseignements sur le nombre d'animaux recueillis dans la seule Communauté de Madrid, des informations qui lui seront refusées.

Selon la Communauté de Madrid en 2006 ont été recueillis 14 168 chiens et chats, 3000 de plus que l'année d'avant et selon les études d'une entreprise spécialisée, en 2007 c'est un chiffre de 21000 chiens et chats qui devrait être avancé.

Des chiffres en constante augmentation de chiens et chats finissant .... sur les décharges publiques, une situation qui selon Nacho Paunero justifiait une entrevue avec la Conseillère de l'Environnement et la Présidente de la Communauté de Madrid, invitation déclinée par ces deux dernières personnes.

 

La loi de Protection Animale de Madrid est la plus ancienne d'Espagne et cela fait 9 ans qu'ils seraient censé en élaborer une autre, c'est dire le peu d'intérêt porté aux animaux abandonnés et le tableau ci-dessous n'est pas pour nous prouver le contraire avec un nombre d'animaux abandonnés et euthanasiés chaque année un peu plus élevé

Datos oficiales facilitados por la Comunidad de Madrid

2003 2004 2005 2006

Animales recogidos 10.084 10.590 10.942 14.168

Animales adoptados 4.643 4.915 5.340 6.420

Animales sacrificados 3.338 3.292 3.327 3.442

 

En plus des 300.000 animaux qui meurent dans les perreras sont à ajouter les 300.000 abandonnés mourant sur les routes, soit un total de 600.000 ! Source Direction Générale du Trafic Routier http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com/article-28511934.html

 

Dimanche 1 mars 2009

 

1000 ANIMAUX MEURENT CHAQUE JOUR SUR LES ROUTES d’ESPAGNE

 

C'est ce qui ressort d'une enquête, 1000 animaux chaque jour !

La Direccion General del Trafico avance le chiffre de 300 000 animaux victimes du trafic routier tandis que la Asociacion de Empresas de Conservacion y Explotacion des Infrastructuras confirme bien que ce sont 1000 animaux chaque jour qui sont concernés.

 

Selon la DGT toujours, ce sont les routes secondaires seraient les plus meurtrières, 75% des accidents de ces animaux se produisent de nuit.

L'abandon des chiens et chats, des dizaines de milliers chaque année est à l'origine bien sûr de cette fin tragique pour eux.

 

300 000 animaux tués sur les routes chaque année .... vous avez bien noté le chiffre, c'est dire le même que celui des animaux qui finissent euthanasiés dans les perreras

Pour nous cela veut dire qu'en tout nous en sommes maintenant au chiffre de 600 000 animaux domestiques qui meurent chaque année tragiquement en Espagne ....... pour les perreras cela veut dire que ces 300 000 qui meurent sur les routes d'Espagne .... quel manque à gagner pour eux!!!

 

Au vu de la situation apocalyptique décrite ci-dessus, prétendre que la situation des galgos ait pu s’améliorer n'est absolument pas crédible, surtout lorsqu’on sait que les galgos ne sont pas considérés comme des animaux domestiques.

Les arguments avancés par l'Espagne en général pour illustrer une "éventuelle amélioration" de la situation des animaux de compagnie en général et des galgos en particulier parlant des cas de maltraitance, sont d'une part l'article 337 du Code Pénal et l'importance du rôle du SEPRONA, lequel n'a aucun rôle si ce n'est celui d'obéir aux ordres des autorités des communautés autonomes, comme exposé plus haut. Le SEPRONA se contente en général de relever l'infraction sans même chercher à savoir qui l'a commise comme en témoigne la vidéo

http://www.youtube.com/watch?v=2sLw6x7kzWI

Sur cette vidéo, le SEPRONA se contente d'enlever les collets ou pièges interdits sur des coteaux de chasse protégés.

 

Quant à l'article 337 du Code Pénal

http://www.scribd.com/doc/2266273/Legislacion-Maltrato-Animal-Nacional-Codigo-Penal?ga_uploads=1

Traduction du texte :

"Ceux qui maltraitent avec acharnement et sans justification des animaux domestiques, causant leur mort ou provoquant des lésions et dommages physiques, seront condamnés d'une peine de prison allant de trois mois à un an et incapacité de un à trois ans d’exercice d'une profession ou d’un commerce en relation avec les animaux."

Cet article 337 est estimé caduc par les juges eux-mêmes de par ses propres termes : comment quantifier un acharnement, doit-il l'être dans le temps ou dans les faits ? Un individu qui tue son chien en le battant à mort est-il dans le cadre de l'acharnement ou bien l'acharnement est-il dans une notion de temps ?

Cette loi date de 2003. Il a plusieurs fois été demandé, notamment par le parquet de Madrid en 2007, à ce que soit abandonnée cette notion d’ "acharnement" car comme le dit le texte du lien ci-dessous, cela empêche ceux qui tuent leurs chiens d'un coup de fusil ou de coups de poing et provoquent une mort instantanée d'être sous le joug de cet article, ce qui leur permet de s'en tirer sans condamnation lourde, voire sans condamnation aucune.

http://cuatropatas.lacoctelera.net/post/2007/10/01/se-pide-reforma-del-codigo-penal-tema-maltrato-animal

 

La situation des animaux maltraités en Espagne est loin d'être améliorée. Quant a

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Quelle Europe
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 16:38

Reçu de Gérard CHAROLLOIS à l'instant. A méditer et diffuser largement. Merci encore à Gérard.

 
          
le dimanche  11 juillet 2010
 

Quand les pompiers pyromanes se brûlent.
 
« quelle époque ! »  « quel abaissement ! », souffle le leader de la droite décomplexée à bord de son TITANIC.
 
Ne confondons jamais l’affrontement radical et salutaire des idées, le fracas des convictions clairement affirmées, le militantisme ardent des humains éveillés avec les viles attaques personnelles.
 
Nous, à la CVN, célébrons les premiers et congédions les secondes.
 
Il faut d’ailleurs  être un amputé de la conscience pour aimer la corrida et ne pas ressentir l’effroi et la détresse du taureau torturé.
 
Il faut ne pas être pleinement hominisé pour accepter la chasse et admettre qu’un être sensible devienne un « gibier ».
 
Parce que nous possédons une conscience, nous n’ajouterons rien au lynchage des gouvernants conservateurs français, aujourd’hui dans la tourmente.
 
D’ailleurs, pour s’en tenir à l’actualité estivale, est-il si choquant que la plus grosse fortune de France finance les campagnes électorales du parti de l’argent, des promoteurs, des entrepreneurs  spéculateurs ?
 
Ce n’est que logique.
 
Bien plus logique que le fait que des citoyens ni milliardaires, ni semi-alzheimériens votent pour l’UMP CPNT.
 
Non, les hommes ne sont pas en cause, mais un système qui gangrène la planète et qui offre à l’humain une seule perspective, un seul horizon, une seule valeur : « Enrichissez-vous » !
 
Faites-le aux dépens d’autrui, de la Nature, des autres humains et des animaux, puisque le commerce est notre culte, les marchés ses temples, la finance ses lois et nous récusons la société d’assistance.
 
Le vivant n’est qu’une marchandise comme une autre offerte aux caprices et aux appétits de ceux qui dépourvus de scrupules et dotés de moyens peuvent tirer le maximum des choses et des êtres qui ne sont que des choses.
 
Le problème ne tient pas à la circulation d’enveloppes de billets  entre une très vieille dame trop riche, très «assistée » et les défenseurs d’une société d’injustices sociales, mais dans l’éthique, les normes juridiques, les institutions qui fondent cette société de violences et d’abaissement.
 
Leur temple de l’argent leur tombe sur la tête et comme souvent le badaud ne voit que l’anecdotique, la petite histoire croustillante et romanesque d’un ministre venant chercher sa valise.
 
Sous l’écume, il y a la mer et celle-ci est singulièrement polluée en ce moment.
 
Pour combattre cet empoisonnement physique de la Terre et moral des esprits par le Marché et ses adorateurs propageant leur dogme du mauvais sentiment érigé en politique, il ne s’agit point d’en revenir aux superstitions et obscurantismes du Moyen-âge occidental et des théocentrismes criminogènes qui sévissent ici ou là.
 
Loin d’émanciper l’humain et de le rendre plus empathique envers la Nature, ces idéologies mythologiques le font régresser sans vraiment le libérer du culte de l’argent qui instrumentalise volontiers la superstition pour calmer le troupeau.
 
Comme le rappelait le leader de la droite décomplexée, pour le grégarisme  soumis, le prêtre fait mieux que l’instituteur  pour l’édification de la jeunesse, sauf qu’il convient d’escamoter le prêtre lors du prononcé du divorce !
 
Car notre droite décomplexée sait fort à  propos ne pas prendre trop au sérieux l’opium du peuple.
 
Donc, point de salut dans le rétroviseur.
 
Il nous faut trouver une autre issue de secours et opposer à la gangrène spéculative une nouvelle éthique : celle du biocentrisme.
 
L’important, pour nous, c’est le vivant.
 
Gérard  CONDORCET
 

 

 
 

POUR LE RESPECT DES ËTRES SENSIBLES ET DES EQUILIBRES NATURELS.

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans GEE Pétition citoyenne Animaux
commenter cet article
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 03:56

 

Courrier d'Isabelle DURANT, vice-présidente du Parlement Européen à Rita ALVEJO-ALVAREZ :

Nous constatons dans ce rapport l'étroite dépendance actuelle entre la notion de bien-être animal et la notion de "coûts associés"  et de "compétitivité". Même si ce rapport est déjà un pas important, il est néanmoins révélateur du fait que l'animal reste essentiellement un élément de "la chaîne d'approvisionnement alimentaire". Comme le dit Gérard CHAROLLOIS dans son introduction à la pétition au Parlement Européen. Je cite :

 

"Or, si les législations en Europe et les constitutions de nombre d’états reconnaissent le caractère sensible de l’animal et en tirent une conséquence de protection, les lobbies ont obtenu trop de dérogations qui aboutissent à une négation du principe vertueux. Ainsi, pour tous les pays membres de l’Union, le droit positif édicte que l’animal est un être sensible devant être sauvegardé et préservé de la cruauté et des violences, sauf ce qui a trait à l’élevage concentrationnaire, aux abattages dits rituels, à l’expérimentation, à la chasse, mort loisir, à la torture tauromachique mort spectacle." G.CHAROLLOIS   http://www.ecologie-radicale.org

Témoin cet extrait du rapport où se dissimule la torture des corridas en particulier et l'horreur des abattages dits rituels...

"vu l'article 13 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne qui prévoit que lorsqu'ils formulent et mettent en œuvre la politique de l'Union dans les domaines de l'agriculture, de la pêche, des transports, du marché intérieur et de la recherche et développement technologique, l'Union et les États membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu'êtres sensibles, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres en matière notamment de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux".

Il est urgent, comme le dit Gérard CHAROLLOIS, de reformuler un nouveau mode de pensée :

"Il est temps de penser un nouveau statut de l’animal en lumière des données de la science et des acquis de l’éthique contemporaine. L’animal ne doit plus être rangé parmi les objets, les choses, mais se voir élevé au rang d’être sensible sans distinction arbitraire entre animal de compagnie, d’élevage ou de la faune."

G. CHAROLLOIS   http://www.ecologie-radicale.org

 

Si vous avez des suggestions ou des remarques, merci de les adresser à Madame DURANT par écrit en nous mettant en copie. isabelle.durant@europarl.europa.eu     


Joëlle P. Oldenbourg

présidente GEE

galgos-ethique-europe@live.fr

bandehor.gif 

RAPPORT PAULSEN - COURRIER MADAME ISABELLE DURANTà Mme ALVEJO-ALVAREZ

 

 

Le mercredi 5 mai 2010, les députés du Parlement européen réunis en session plénière à Bruxelles ont adopté à main levée le « Rapport sur l'évaluation et le bilan du plan d'action communautaire pour la protection et le bien-être des animaux au cours de la période 2006-2010 ». Ce rapport Paulsen, du nom de la députée suédoise Marit Paulsen, devrait permettre à terme une intensification des inspections et des sanctions pour mieux faire respecter la réglementation actuelle.

Les Ecologistes sen félicitent car en garantissant un niveau élevé du bien-être des animaux de l'élevage à l'abattage nous améliorons la sécurité et la qualité des produits au bénéfice de lensemble des consommateurs de l'UE. Le Parlement invite désormais la Commission européenne à proposer sans tarder un plan d'action pour 2011-2015, et lui demande de soumettre, au plus tard en 2014, une proposition de législation générale afin de forger une acception commune de la notion de bien-être animal, des coûts associés au bien-être animal et des principes fondamentaux applicables en la matière.
Nhésitez pas à me soumettre toute question ou remarque supplémentaire sur les implications de ce rapport et les enjeux à venir en matière de bien-être animal, je me ferai un plaisir de vous répondre.
Mes salutations cordiales,
Isabelle Durant
Vice-présidente du Parlement européen
RAPPORT dit PAULSEN
RAPPORT sur l'évaluation et le bilan du plan d'action communautaire pour la protection et le bien-être des animaux au cours de la période 2006-2010

8 avr. 2010  

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+AGENDA+20100419+SIT+DOC+XML+V0//FR

Évaluation et bilan du plan d'action communautaire pour la protection et le bien-être des animaux au cours de la période 2006-2010
Rapport:  Marit Paulsen (A7-0053/2010)


INTEGRALITE DU RAPPORT

 


http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?type=REPORT&reference=A7-2010-0053&language=FR

 

 

Rapport sur l'évaluation et le bilan du plan d'action communautaire pour la protection et le bien-être des animaux au cours de la période 2006-2010

 

arrow_title_doc.gifPROPOSITION DE RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN

 

 

sur l'évaluation et le bilan du plan d'action communautaire pour le bien-être animal au cours de la période 2006-2010

(2009/2202(INI))

Le Parlement européen,

–   vu la communication de la Commission du 23 janvier 2006 concernant un plan d'action communautaire pour la protection et le bien-être des animaux au cours de la période 2006-2010 (COM(2006)0013),

–   vu sa résolution du 12 octobre 2006 sur la protection et le bien-être des animaux au cours de la période 2006-2010(1),

–   vu sa résolution du 22 mai 2008 sur une nouvelle stratégie de santé animale pour l'Union européenne (2007-2013)(2),

–   vu sa résolution du 6 mai 2009 sur la proposition de règlement du Conseil concernant la protection des animaux au moment de leur mise à mort(3),

–   vu l'article 13 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne qui prévoit que lorsqu'ils formulent et mettent en œuvre la politique de l'Union dans les domaines de l'agriculture, de la pêche, des transports, du marché intérieur et de la recherche et développement technologique, l'Union et les États membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu'êtres sensibles, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres en matière notamment de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux,

–   vu la communication de la Commission du 28 octobre 2009 sur les solutions possibles pour l'étiquetage en matière de bien-être animal et l'établissement d'un réseau européen de centres de référence pour la protection et le bien-être des animaux (COM(2009)0584),

–   vu la communication de la Commission du 28 octobre 2009 intitulée "Une chaîne d'approvisionnement alimentaire plus performante en Europe" (COM(2009)0591),

–   vu l'article 48 de son règlement,

–   vu le rapport de la commission de l'agriculture et du développement rural (A7-0053/2010),

A. considérant que les normes de santé animale revêtent une importance capitale dans la gestion de l'élevage européen, étant donné qu'elles se répercutent de plus en plus sur le niveau de compétitivité des exploitations,

B.  considérant que toute harmonisation de la protection des animaux de rente au sein de l'Union doit s'accompagner d'une réglementation des importations au regard de ce même objectif, afin d'éviter de mettre les producteurs européens dans une situation désavantageuse sur le marché européen,

C. considérant que toute action destinée à assurer la protection et le bien-être des animaux doit reposer sur le principe selon lequel les animaux sont des êtres sensibles, qu'il faut tenir compte de leurs besoins spécifiques, que la protection des animaux constitue tant un moyen d'exprimer son humanité en ce 21e siècle qu'un défi à la civilisation et à la culture européennes, et que ces considérations doivent normalement s'appliquer à tous les animaux,

D. considérant qu'une stratégie de protection des animaux doit viser la prise en charge appropriée des dépenses supplémentaires induites par la protection des animaux; que, sans un dialogue européen et mondial et une politique d'information offensive au niveau national et à l'étranger sur les avantages de normes élevées en matière de protection des animaux, une politique ambitieuse de protection des animaux ne peut avoir qu'un succès limité si elle est développée de façon unilatérale par l'Union européenne,

E.  considérant que, pour développer davantage la protection des animaux dans la Communauté, il est nécessaire d'intensifier les efforts en matière de recherche et d'intégrer la protection des animaux dans toutes les analyses d'impact pertinentes, ainsi que d'associer tous les groupes d'intérêts au processus décisionnel; que la transparence, l'acceptation et l'application uniforme des dispositions en vigueur, ainsi que le contrôle de la conformité avec celles-ci, à tous les niveaux, sont une condition sine qua non d'une stratégie efficace de protection des animaux en Europe,

F.  considérant que, ces dernières années, l'Europe a adopté une vaste législation en matière de bien-être animal, atteignant ainsi un niveau de protection des animaux parmi les plus élevés au monde,

G. considérant que, dans sa résolution de 2006, le Parlement demandait à la Commission de soumettre un rapport sur l'évolution de la politique de bien-être animal avant de présenter le prochain plan d'action, et d'inclure le bien-être animal dans tous les points de son agenda des négociations internationales,

H  considérant qu'en 2006, le Parlement européen plaçait déjà l'accent sur la nécessité d'améliorer l'information fournie aux citoyens en matière de bien-être animal et sur les efforts consentis par nos producteurs pour respecter cette réglementation,

I.   considérant que le bien-être animal ne doit pas être négligé, car il peut constituer un avantage comparatif pour l'Union européenne, à condition, toutefois, que celle-ci s'assure, dans un marché ouvert, que tous les animaux et les viandes importés des pays tiers répondent aux mêmes exigences de bien-être que celles applicables en son sein,

J.   considérant qu'à l'heure de l'évaluation et du bilan du plan d'action communautaire pour la protection et le bien-être des animaux pour la période 2006-2010, l'Union européenne doit s'engager à faire reconnaître des normes de bien-être animal dans le volet agricole du prochain accord de l'OMC, et ceci avant la conclusion finale d'un accord général,

K. considérant que les notions de bien-être animal, de santé animale et de sécurité des produits sont liées et qu'un haut niveau de protection animale, de l'élevage à l'abattage, est de nature à influencer positivement la sécurité et la qualité des produits,

L   considérant qu'une certaine catégorie de consommateurs accepte des prix plus élevés pour les produits respectant des normes renforcées en matière de bien-être animal, alors que la grande majorité des consommateurs continue de choisir des produits moins chers,

M. considérant que, dans sa résolution précitée de 2006, il rappelait la nécessité d'élaborer les règles, les normes et les indicateurs sur la base des dernières avancées techniques et scientifiques, reconnaissant toutefois qu'il y avait également lieu de prendre en compte certains aspects économiques dans la mesure où des normes élevées en matière de bien-être animal entraînent notamment des coûts d'exploitation et des charges tant financières qu'administratives additionnelles pour les exploitants agricoles; que le non-respect du principe de réciprocité compromet l'existence d'une concurrence loyale face aux producteurs extracommunautaires;

N. considérant qu'à l'occasion de ce bilan du plan d'action communautaire pour la protection et le bien-être des animaux 2006-2010, et à la veille des premières réflexions sur la PAC pour l'après 2013, l'Union européenne doit adopter une position équilibrée sur le bien-être animal en prenant en compte les conséquences économiques liées tant aux coûts supplémentaires auxquels sont exposés les producteurs d'animaux qu'à l'aide accordée à ces derniers pour leur garantir un revenu suffisant à travers une politique tarifaire et commerciale ou des subventions directes,

O. considérant qu'il est essentiel que la politique européenne en matière de protection des animaux s'accompagne d'une politique commerciale cohérente, qui doit s'appuyer sur le fait qu'en dépit des efforts déployés par l'Union européenne, les questions de bien-être animal ne sont traitées ni dans l'accord-cadre de juillet 2004 ni dans aucun autre document-clé du cycle de Doha; que, par conséquent, tant que les partenaires commerciaux principaux à l'OMC ne changent pas fondamentalement d'attitude, il n'est pas viable d'instaurer d'autres normes de bien-être animal ayant des effets négatifs sur la compétitivité internationale des producteurs,

P.  considérant que le bien-être animal est communément considéré comme le résultat de l'application de normes relatives au bien-être et à la santé des animaux, conçues pour répondre aux besoins spécifiques inhérents à certaines espèces et aux besoins à long terme en matière de bien-être; que l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) reconnaît que la nourriture et l'eau, la possibilité d'avoir des comportements naturels et les soins de santé font partie des exigences essentielles du bien-être animal,

Q. considérant que la communication de la Commission intitulée "Une chaîne d'approvisionnement alimentaire plus performante en Europe", d'octobre 2009, indique que "les déséquilibres significatifs dans le rapport de forces entre les intervenants sont fréquents" et que ceux-ci "ont un impact négatif sur la compétitivité de la chaîne d'approvisionnement alimentaire dans la mesure où des acteurs performants mais de plus petite taille peuvent être contraints de travailler avec des marges bénéficiaires réduites, ce qui limite leur capacité et leur volonté d'investir dans l'amélioration de la qualité du produit et dans l'innovation au niveau des procédés de production",

R.  considérant que les augmentations de coût déjà mentionnées peuvent déboucher sur une délocalisation de la production vers des régions où le niveau de protection des animaux est plus faible,

Plan d'action 2006-2010

1.  se félicite de l'initiative de la Commission visant à adopter un plan d'action pluriannuel dédié au bien-être animal, qui met l'accent sur certains grands axes, pour ensuite agir dans les domaines concernés;

2.  se félicite du plan d'action communautaire pour la protection et le bien-être des animaux au cours de la période 2006-2010 qui a, pour la première fois, traduit le protocole sur la protection et le bien-être des animaux annexé au traité d'Amsterdam en une approche intégrée pour le développement de la protection des animaux en Europe;

3.  fait observer que la grande majorité des actions prévues dans le plan d'action actuel ont été menées à bien avec satisfaction;

4.  fait observer que des évolutions positives ont eu lieu dans le domaine du bien-être des animaux suite au plan d'action 2006-2010 mais souligne que les exploitants de l'Union européenne n'ont pas vu les fruits de leurs efforts sur le marché et dans le commerce international; fait valoir que ces éléments doivent être mis en exergue dans le prochain plan d'action;

5.  apprécie à sa juste valeur le travail qui a été effectué pour trouver des solutions de remplacement à l'expérimentation animale, mais déplore que les efforts soient encore insuffisants pour garantir que, lorsqu'elles sont disponibles, ces solutions soient effectivement mises en œuvre, comme l'impose la législation de l'UE dans ce domaine;

6.  se félicite des efforts entrepris par la Commission pour inclure des aspects non commerciaux, y compris le bien-être animal, dans les accords commerciaux bilatéraux, mais insiste sur le fait que ce type d'aspects doit être promu avec efficacité par le biais de l'OMC;

7.  demande à la Commission d'indiquer les progrès réalisés dans le cadre des négociations de l'OMC quant à la reconnaissance des aspects non commerciaux concernant le bien-être animal et d'exposer dans quelle mesure les questions relatives au bien-être des animaux et aux normes de protection animale sont prises en compte dans le cycle de Doha des négociations de l'OMC;

8.  se réjouit profondément des progrès accomplis au titre du projet "Animal Welfare Quality" en vue d'acquérir des connaissances et des savoirs nouveaux sur les indicateurs de santé et de bien-être des animaux; note cependant que ce projet n'a pas pleinement pris en compte la promotion, dans la pratique, de l'utilisation de ces indicateurs;

9.  reconnaît qu'il convient de suivre et de veiller à l'application correcte, dans les États membres, de la réglementation actuelle en matière de transport animal, en particulier en ce qui concerne la mise au point d'un système de traçage de ce type de transport par satellite; demande fermement à la Commission de mettre à profit le temps restant à courir avant l'expiration du plan d'action pour remplir ses obligations dans ce domaine et présenter le rapport, visé à l'article 32 du règlement (CE) nº 1/2005, que réclame le Parlement; demande, avant de procéder à une modification quelconque de la réglementation, d'effectuer une analyse d'impact économique sur les activités d'élevage en se fondant sur des indicateurs objectifs qui ont scientifiquement fait leurs preuves;

10. estime qu'il serait judicieux de mettre en place un régime d'incitation visant à promouvoir l'élevage, la commercialisation et l'abattage des animaux au niveau régional, afin d'éviter les transports de longue durée des animaux tant d'élevage que de boucherie;

11. est d'avis que les jardins zoologiques jouent un rôle important dans l'information de la population sur la préservation de la faune et le bien-être des animaux sauvages; est préoccupé par l'absence de contrôle strict du respect de la directive 1999/22/CE du Conseil relative à la détention d'animaux sauvages dans un environnement zoologique(4) et invite instamment la Commission à lancer une étude sur l'efficacité et la mise en œuvre de la directive dans tous les États membres de l'Union européenne;

12. se félicite des progrès réalisés dans l'observation des normes d'élevage porcin, même s'il subsiste des cas de non-respect; est néanmoins préoccupé par le fait que des plans réalistes font, nonobstant les recommandations de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) en la matière, toujours défaut pour mettre en œuvre certaines dispositions de la directive 2008/120/CE du 18 décembre 2008 établissant les normes minimales relatives à la protection des porcs et demande donc à la Commission, aux États membres et aux secteurs concernés d'identifier les cas de non-respect et les motivations sous-tendant de tels agissements, ainsi que de déployer les efforts nécessaires pour parvenir à mieux faire respecter cette directive;

13. invite instamment la Commission à veiller par ailleurs à ce que l'interdiction des cages en batterie conventionnelles pour les poules pondeuses, qui entre en vigueur en 2012, soit respectée dans tous ses éléments; demande tant à la Commission qu'aux États membres de mettre en place, d'une part, les mesures nécessaires pour faire en sorte que la profession soit à même de satisfaire à cette obligation et, d'autre part, de suivre le processus de mise en œuvre au niveau national; estime que les œufs importés dans l'Union doivent également satisfaire aux conditions de production imposées aux producteurs européens;

14. demande l'interdiction de commercialiser dans l'Union les œufs qui ne sont pas conformes à la législation;

15. conclut que la mise en œuvre du plan d'action actuel laisse à désirer sur plusieurs points et souligne la nécessité de mettre en œuvre les règles existantes avant d'en instaurer de nouvelles; insiste sur la nécessité, dans ce cadre, d'imposer des sanctions efficaces dans tous les États membres en cas de non respect;

16. souligne qu'il est nécessaire que l'évaluation que la Commission devrait réaliser en 2010 prévoie une analyse approfondie tant des résultats que des enseignements à tirer des faiblesses éventuelles;

17. regrette que la Commission, pendant cette période, n'ait pas élaboré une stratégie de communication claire sur la valeur des productions conformes aux normes du bien-être animal et se soit contentée du rapport présenté en octobre 2009;

18. convient que la Communauté considère tous les animaux comme des êtres sensibles (article 13 du traité); est conscient que les mesures ont été jusqu'alors très largement centrées sur les animaux destinés à la production alimentaire et qu'il est nécessaire d'intégrer d'autres catégories d'animaux dans le plan d'action 2011-2015, en particulier les animaux sauvages en captivité;

Plan d'action 2011-2015

19. rappelle que la résolution précitée de 2006 prévoyait déjà que l'actuel plan d'action soit suivi d'un nouveau et invite donc instamment la Commission à présenter – en se basant sur les nouvelles preuves et expériences scientifiques – un rapport évaluant la mise en œuvre du plan en vigueur et la situation de la politique du bien-être animal dans l'UE, puis à élaborer le plan d'action pour le bien-être des animaux au cours de la période 2011-2015 qui, eu égard tout d'abord à l'article 13 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, ensuite à la nécessité largement répandue de traiter de la protection de tous les animaux, y compris des animaux sauvages en captivité ou qui sont soumis à un traitement contrôlé par des humains et, enfin, aux résultats du plan antérieur, doit être doté du financement nécessaire;

20. réclame que des mesures soient prises pour veiller à ce que la législation existante soit appliquées sans retard ainsi que pour garantir l'harmonisation des normes et des conditions égales pour tous au sein du marché intérieur; recommande que toute proposition de nouvel acte législatif soit évaluée et mise en balance avec l'option alternative consistant à appliquer, dans tous ses éléments, la législation existante, et ce afin d'éviter les doublons inutiles;

21. suggère à la Commission d'analyser notamment, dans son rapport d'évaluation, dans quelle mesure le plan d'action actuel a répondu aux questions posées par notre société en matière de bien-être animal et de durabilité du système pour nos producteurs, et de quelle manière le fonctionnement du marché intérieur a été affecté depuis l'application du plan;

22. demande à la Commission de présenter les effets des normes visant à protéger les animaux et de tenir pleinement compte des interactions entre les différents facteurs que sont notamment la protection des animaux, la durabilité, la santé animale, l'environnement, la qualité des produits et la rentabilité;

Législation européenne générale sur le bien-être animal

23. fait observer que l'article 13 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne prévoit que lorsqu'ils formulent et mettent en œuvre la politique de l'Union dans les domaines de l'agriculture, de la pêche, des transports, du marché intérieur, de la recherche et développement technologique et de l'espace, l'Union et les États membres doivent tenir pleinement compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu'êtres sensibles, tout en respectant les dispositions législatives ou administratives et les usages des États membres en matière notamment de rites religieux, de traditions culturelles et de patrimoines régionaux; considère que cet article couvre la totalité des animaux de rente et des animaux en captivité, tels que les animaux destinés à la production d'aliments, les animaux domestiques, les animaux errants, les animaux de cirque ou les animaux des institutions zoologiques, sans oublier cependant que les différences qui caractérisent leur nature et leurs conditions de vie exigent des traitements différenciés;

24. demande à la Commission de présenter d'ici à 2014, après consultation des parties concernées et sur la base tant de l'article 13 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne que d'une étude d'impact, une proposition, dûment motivée, de législation européenne générale sur le bien-être animal, qui, se fondant sur les connaissances scientifiques disponibles et sur des expériences éprouvées, contribue à forger une acception commune de la notion de bien-être animal, des coûts associés au bien-être animal et des principes fondamentaux applicables en l'espèce;

25. estime que cette législation générale sur le bien-être animal doit prévoir, conformément à la législation sur la santé des animaux, des lignes directrices pertinentes sur l'élevage animal, un système uniforme de contrôle et de collecte de données comparables, des critères de formation des personnes en charge de la manutention des animaux ainsi que des règles précisant les responsabilités spécifiques des propriétaires, des éleveurs des animaux et des personnes qui en ont la charge; estime que toutes ces exigences doivent aller de pair avec l'octroi de moyens suffisants aux producteurs pour garantir leur bonne exécution;

26. estime que la législation européenne sur le bien-être animal doit définir un niveau minimal commun de bien-être animal dans l'Union européenne, condition sine qua non pour garantir une concurrence libre et équitable dans le marché intérieur, aussi bien pour les produits de l'Union que pour les importations des pays tiers; fait toutefois observer que toute région ou État membre doit avoir la faculté d'autoriser des producteurs ou des groupements de producteurs de mettre en place, sur une base volontaire, un régime plus contraignant, pour autant qu'il n'entraîne pas de distorsion de concurrence et qu'il garantisse la compétitivité de l'Union sur les marchés internationaux;

27. estime que les produits importés doivent être conformes aux mêmes exigences, relatives au bien-être animal, que celles imposées aux agents économiques européens;

28. demande que les exploitants européens reçoivent une compensation pour les coûts de production supérieurs associés à des normes plus élevées de bien-être animal; suggère que le financement des mesures relatives au bien-être animal soit intégré aux nouveaux régimes d'aide de la politique agricole commune à partir de 2013;

29. estime également que l'information des citoyens sur le niveau élevé de bien-être animal dans l'UE et sur les efforts consentis par les divers secteurs concernés doit constituer un élément-clé de cette politique;

30. estime que l'inclusion, dans les accords internationaux, d'exigences concernant le bien-être animal est indispensable pour permettre à nos producteurs d'être concurrentiels sur un marché mondialisé et empêcher la délocalisation de productions vers des régions dans lesquelles les niveaux du bien-être animal sont clairement plus faibles et représentent par conséquent une concurrence déloyale par rapport à notre modèle;

31. se félicite du débat engagé, dans la communication précitée de la Commission du 28 octobre 2009, sur les différentes possibilités d'étiquetage en matière de bien-être animal; rappelle toutefois la nécessité de prendre celles-ci en considération dans un cadre plus large, en tenant notamment compte des différents systèmes d'étiquetage existant en matière d'environnement, de nutrition et de climat; souligne que l'information des consommateurs européens en la matière devra impérativement reposer sur des bases scientifiques solides et consensuelles ainsi que sur une bonne lisibilité pour les consommateurs;

32. préconise que l'information fournie sur l'étiquette soit précise et directe et qu'elle mentionne le respect des normes élevées que l'UE exige en matière de bien-être animal; fait observer qu'il incombe à la Commission européenne de faire parvenir aux citoyens l'information nécessaire sur le système de bien-être animal européen, afin d'assurer une information objective;

33. recommande un réexamen de la cohérence entre la politique de bien-être animal et les autres politiques de l'Union;

34. en appelle à la Commission pour qu'elle procède à une évaluation en profondeur des éventuels problèmes de compétitivité posés à nos producteurs par les normes européennes de bien-être animal et revoie les régimes d'appui aux producteurs concernés par l'application de ces normes;

35. estime qu'avant d'élaborer une nouvelle législation, il importe de s'assurer de la bonne application des réglementations déjà existantes, qu'elles soient générales ou spécifiques; cite, par exemple, l'interdiction des cages en batterie pour les poules, la réglementation concernant tant les porcs que le transport des animaux, et les conditions d'élevage des oies et des canards; fait observer que les nouvelles mesures concernant le bien-être animal doivent s'accorder avec les autres objectifs communautaires que sont le développement durable, notamment un modèle d'élevage et de consommation durable, la protection de l'environnement et de la biodiversité, une politique destinée à renforcer l'application de la législation en vigueur et une stratégie cohérente visant à accélérer le résultat des recherches proscrivant l'utilisation d'animaux;

Réseau européen de centres de référence en matière de bien-être animal

36. estime qu'il y a lieu d'établir, dans le cadre des institutions existantes de la Communauté ou des États membres, un réseau européen coordonné du bien-être animal, dont l'action doit reposer sur la législation générale sur le bien-être animal, telle que proposée ci-dessus; estime que ce réseau doit désigner une institution faisant office d'organisme de coordination et chargée, à ce titre, de mener à bien les missions assignées à l"'institut de coordination central" visé dans la communication précitée de la Commission du 28 octobre 2009; considère par ailleurs que les missions de cet organisme de coordination ne doivent nullement faire double emploi avec les tâches dévolues à la Commission ou à d'autres agences mais que cet organisme doit constituer un instrument d'appui qui apporte une aide à la Commission, aux États membres, aux acteurs de la chaîne alimentaire et aux citoyens aussi bien en matière de formation et d'éducation, de meilleures pratiques que d'information et de communication à destination des consommateurs, et qui permet d'évaluer les futures propositions législatives et politiques ainsi que leurs incidences sur le bien­-être animal, d'émettre un avis sur le sujet, d'apprécier les normes de bien-être animal en se fondant sur les toutes dernières connaissances disponibles et de coordonner un réseau européen d'expérimentation des nouvelles technologies;

37. estime qu'il convient de communiquer de manière appropriée et responsable sur les besoins des animaux et sur les soins à leur apporter en se fondant sur des éléments scientifiques; fait observer qu'un réseau européen de centres de référence doit prendre en charge les volets formation et communication car il est essentiel de diffuser les connaissances en se basant sur des critères de qualité normalisés si l'on veut faire l'économie d'avis extrêmes;

Meilleur contrôle de l'application de la législation en vigueur

38. demande à la Commission d'évaluer dans les meilleurs délais les coûts qu'entraînent les mesures concernant le bien-être animal pour les producteurs européens et de proposer d'ici à 2012 des recommandations, des directives et d'autres mesures nécessaires pour remédier à la perte de compétitivité des éleveurs européens;

39. invite les États membres à prendre les mesures éducatives adéquates pour la promotion du concept de protection et de bien-être des animaux;

40. est d'avis que le but doit consister à mettre en place un système de contrôle ciblé, basé sur la notion de risque et articulé autour de facteurs objectifs, dans le cadre duquel les États membres qui affichent un nombre d'infractions supérieur à la moyenne doivent s'attendre à des contrôles renforcés;

41. souligne que les déséquilibres existant au niveau de la chaîne alimentaire, tels que les décrit la Commission dans sa communication intitulée "Une chaîne d'approvisionnement alimentaire plus performante en Europe", portent souvent préjudice aux producteurs primaires; rappelle que ceux-ci, du fait des surcoûts que cette situation entraîne, ne peuvent fréquemment pas faire d'investissements;

42. souligne que le budget de l'Union doit prévoir suffisamment de moyens pour permettre à la Commission de mener à bien ses missions de contrôle, d'apporter un soutien aux producteurs en cas de besoin et de contrecarrer la perte de compétitivité subie par les intéressés suite à l'instauration de normes de bien-être animal nouvelles et variables, en tenant compte du fait que le coût de ces normes ne doit pas se répercuter sur le prix perçu par l'éleveur pour la vente de ses produits;

43. souligne qu'au niveau de l'Union européenne, l'amélioration et la croissance de la compétitivité du secteur agricole doivent être maintenues par le biais de la promotion et du respect des normes en vigueur concernant le bien-être animal, dans le respect des exigences applicables en matière de protection de l'environnement;

44. invite les États membres à veiller à ce que toute violation de la législation de l'Union en matière de bien-être animal fasse l'objet de sanctions efficaces et proportionnées et que chacune de ces sanctions s'accompagne d'une large action d'information et d'orientation des autorités compétentes ainsi que des mesures correctives appropriées;

45. invite les États membres à prendre les mesures préventives adéquates pour éviter que le principe de la protection des animaux soit enfreint à l'avenir;

46. se félicite de la réduction sensible d'antibiotiques donnés aux animaux dans les États membres suite à leur interdiction dans l'Union européenne comme facteur de croissance, même si ces substances demeurent autorisées aux Etats-Unis et dans certains autres pays; attend toutefois de la Commission et des États membres qu'ils traitent de manière responsable le problème de plus en plus préoccupant que représente la résistance des animaux aux antibiotiques; demande à la Commission de recueillir et d'analyser des données sur l'utilisation de médicaments pour les animaux, y compris les antibiotiques, pour veiller à ce que ces produits soient utilisés efficacement;

Indicateurs et nouvelles technologies

47. demande qu'il soit procédé à une évaluation et à une amélioration du projet "Animal Welfare Quality" propres à simplifier l'utilisation de l'instrument et à assurer sa mise en œuvre concrète;

48. estime qu'il se révèlera complexe de mesurer ces indicateurs du bien-être animal sur les produits d'importation; souligne que, sans remettre en cause leur utilité ou leur bien-fondé, ces outils ne doivent pas se traduire par une distorsion de concurrence au détriment des producteurs européens;

49. invite la Commission à reprendre à son compte le rapport final du projet "Animal Welfare Quality" et à proposer une période probatoire destinée à apprécier le bien-être animal dans l'Union européenne à l'aune de la méthodologie définie dans ce projet;

50. invite, dans ce contexte, les États membres à mieux utiliser les aides que les différents fonds de l'Union européenne consacrés au développement rural et le 7e programme-cadre (2007-2013) de la DG Recherche proposent pour favoriser la recherche appliquée ainsi que les investissements dans des solutions innovantes et dans des mesures de modernisation dédiées au bien-être animal; invite également les États membres et la Commission à investir davantage dans la recherche et le développement de nouvelles technologies et techniques dédiées au bien-être animal;

51. demande à la Commission et aux États membres de faire tout leur possible pour veiller à ce que les lignes directrices de l'OIE sur le bien-être animal favorisent, en la matière, des normes de qualité reflétant fidèlement les preuves scientifiques dans ce domaine;

52. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil et à la Commission.

hr.gif

(1)

JO C 308 E du 16.12.2006, p. 170.

(2)

JO C 279 E du 19.11.2009, p. 89.

(3)

JO L 303 du 18.11.2009, p. 1.

(4)

JO L 94 du 9.4.1999, pp. 24 à 26.

arrow_title_doc.gifEXPOSÉ DES MOTIFS

top_doc.gif

sort_down.gif

sort_up.gif

 

 

Une bonne santé animale et des conditions d'élevage décentes sont importantes pour notre société, aussi bien en termes de bien-être animal, de santé publique en général et d'économie que de compétitivité européenne. Des normes élevées de bien-être animal sont la "marque de fabrique" des exploitants agricoles européens, dès lors qu'ils respectent fidèlement la réglementation en vigueur.

Plan d'action 2006-2010

La grande majorité des actions prévues dans le plan d'action actuel ont, à défaut d'être trop ambitieuses, été menées à bien avec satisfaction. Un excellent travail a été effectué pour trouver des solutions de remplacement à l'expérimentation animale et privilégier le bien-être animal, que ce soit le cadre de l'OMC ou des accords bilatéraux conclus avec des pays tiers. Les progrès notamment accomplis au titre du projet "Animal Welfare Quality" en vue d'acquérir des connaissances et des savoirs nouveaux sur les indicateurs de santé animale sont particulièrement réjouissants.

Inversement, il y a tout lieu de regretter qu'aucune nouvelle avancée ne soit enregistrée en matière de transport animal et, par voie de conséquence, dans la mise au point connexe d'un système de traçage de ce type de transport par satellite. Il est aussi particulièrement préoccupant que de nombreux éleveurs européens de porcs enfreignent la directive 2008/120/CE établissant les normes minimales relatives à la protection des porcs.

Plan d'action 2011-2015

Dans sa résolution de 2006, le Parlement demandait déjà que le plan d'action actuel soit suivi d'un nouveau. Il convient de réitérer cette demande en gardant notamment à l'esprit l'article 13 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne qui, dans sa version modifiée par le traité de Lisbonne, a créé une nouvelle situation juridique.

Votre rapporteure estime que le futur plan d'action devrait mettre l'accent sur les volets suivants:

1. législation européenne générale sur le bien-être animal;2. observatoire européen du bien-être et de la santé des animaux;

3. meilleur contrôle de l'application de la législation en vigueur;

4. lien entre santé animale et santé publique;

5. indicateurs et nouvelles technologies.

Fidèle à sa longue tradition, l'Europe peut se targuer d'une véritable volonté de traiter dignement ses animaux. Il convient de perpétuer cette tradition et de lui insuffler un nouvel élan en intégrant les nouvelles expériences et les connaissances qui ne cessent de se développer, tant en ce qui concerne le comportement animal naturel que les différents liens manifestes qui existent entre le bien-être et la santé des animaux et ceux des êtres humains.

À l'heure actuelle, les niveaux de bien-être animal varient profondément d'un État membre à l'autre, ce qui entraîne des conditions de vie on ne peut plus disparates pour les animaux et, surtout, empêche toute concurrence libre et équitable entre les producteurs. Le marché intérieur est, sans conteste, le principal instrument de la cohésion européenne ainsi que le garant de la paix et de la liberté pour chacun d'entre nous. Dans tous les cas de figure, il nous faut préserver la liberté et l'équité sur ce marché.

L'Union européenne se doit donc d'adopter dans les meilleurs délais une législation commune forte relative au bien-être animal, qui reconnaît le droit des animaux à vivre dignement et qui interdit aux producteurs d'écouler sur le marché intérieur des produits animaux qui ne respectent pas le cadre fixé par la législation générale.

Cette législation doit répondre à une double exigence: garantir une vie digne au regard des spécificités de chaque espèce et mettre en place, sur le marché, des conditions de base identiques pour l'ensemble des producteurs d'animaux. De même, tout producteur, coopérative ou région devrait avoir la faculté discrétionnaire de mettre en place, sur une base volontaire, un régime et un étiquetage plus contraignants que la norme législative générale qui doit par ailleurs préciser que le propriétaire a l'obligation pleine et entière de prendre soin de ses animaux.

Une telle loi-cadre ne doit pas s'entendre comme une directive minimale, mais comme une norme commune élevée applicable à l'ensemble de la législation spécialisée dans ce domaine, notamment à la législation relative au transport des animaux, à l'exemple du rôle que joue, par analogie, la législation générale de l'Union européenne sur les denrées alimentaires (règlement (CE) nº 1798/2002/CE) en matière de sécurité des denrées alimentaires.

Il va sans dire qu'avec la mise en œuvre d'un cadre juridique renforcé en matière de bien-être animal, les producteurs devront investir plus de temps, acquérir un savoir-faire et consentir certaines dépenses. L'accès au savoir-faire peut se faire en consultant les bases de données des États membres, en s'appuyant sur les organisations professionnelles des producteurs et en utilisant les services d'un nouvel observatoire européen. Chacun d'entre nous doit être prêt, en sa qualité de citoyen et de consommateur, à contribuer financièrement au renforcement notable du bien-être animal. Aujourd'hui déjà, d'importants moyens sont disponibles au titre des fonds européens de développement rural, mais ils ne sauraient être suffisants.

Un organisme chargé de coordonner, au sein de l'Union, le bien-être et la santé des animaux s'avère nécessaire. Il est futile de se demander en l'état si cet organisme doit être l'émanation d'un service de la Commission ou si le rôle de coordinateur doit être confié à l'un des actuels observatoires nationaux du bien-être des animaux.

Cet observatoire doit fonder son action sur la "législation générale en matière de bien-être animal", collecter l'ensemble des connaissances disponibles en la matière et avoir le droit de lancer de nouvelles activités de recherche quand des carences apparaissent, comme dans le cas notamment de l'ambitieux projet "Animal Welfare Quality" qui, en l'état actuel des choses, s'interroge sur les modalités pratiques d'utilisation des nouveaux indicateurs. En outre, cet observatoire doit refléter l'état complet des connaissances à un moment donné et développer des actions de conseil à l'heure de mettre en œuvre de nouvelles technologies.

Une loi – quel que soit le domaine concerné – ne peut produire les effets souhaités que si elle fait l'objet d'un suivi, que si son application est contrôlée et que si (malheureusement!) des sanctions sont appliquées.

La Commission devrait être dotée des pouvoirs et des moyens nécessaires pour instaurer, en la matière, un système de contrôle ciblé, basé sur la notion de risque. En outre, les États membres devraient veiller à ce que des normes élevées et équivalentes prévalent au sein des autorités nationales de contrôle, et disposer obligatoirement d'un régime de sanctions applicable aux propriétaires d'animaux qui ne respectent pas leurs obligations légales.

Les raisons éthiques de maintenir une norme élevée de bien-être animal sont légion – ce qui devrait, en soi, suffire pour justifier le renforcement de la législation et de son respect. Il n'en est pas moins vrai que les conséquences du bien-être animal sur la santé publique sont au moins aussi importantes.

Il existe une multitude de facteurs biologiques identiques chez l'ensemble des êtres vivants, encore plus nombreux chez les mammifères, classe à laquelle nous appartenons, tout comme la grande majorité de nos animaux. Tant les animaux que les êtres humains connaissent la peur et la douleur, éprouvent des joies et se lient d'amitié. Nos systèmes immunitaires présentent également une grande similitude et nous partageons un grand nombre d'agents pathogènes.

Les zoonoses nous touchent non seulement en raison du lien qui existe entre les animaux producteurs de denrées alimentaires et la santé humaine mais aussi du fait qu'elles concernent aussi bien les animaux sauvages que les animaux de compagnie, à l'instar de la rage qui est transmise par les animaux sauvages ou de la toxoplasmose qui est souvent due à la contamination des chats domestiques. Il y a donc de nombreuses bonnes raisons d'interpréter le nouvel article 13 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, dans sa version modifiée par le traité de Lisbonne, en ce sens que l'élargissement des pouvoirs de l'Union englobe l'ensemble des animaux.

Comme dans tous les autres domaines de la société, nous en savons toujours plus sur nos animaux et, surtout, sur les zoonoses et leurs incidences sur notre santé. Nous nous devons d'exploiter ces connaissances et, par là même, d'améliorer sans cesse la condition animale et la santé publique.

Il serait dans notre intérêt commun de mettre en place une base de données européenne dédiée à l'utilisation des antibiotiques. Quelles sont les quantités utilisées? Quels sont les antibiotiques prescrits? Quelles sont les zones géographiques concernées? Quels sont les domaines de production? Quelles sont les quantités d'antibiotiques utilisées pour les animaux de compagnie? Les questions sont nombreuses et importantes car la résistance aux antibiotiques – qui se décline désormais en multirésistance et en panrésistance – fait surtout planer une menace particulièrement grave sur la santé des enfants et des adolescents.

Car les maladies directement mortelles et les plus graves dans l'absolu – comme la Tbc – sont justement des zoonoses, ce qui peut engendrer d'énormes problèmes. Dès lors, un nouvel observatoire européen du bien-être et de la santé des animaux a également vocation à jouer un rôle central de par son rôle de catalyseur et de diffuseur de connaissances.

Il est clair que des raisons éthiques et culturelles plaident, sans perdre un seul instant de vue la dimension pratique, les aspects économiques et les considérations de santé publique, pour le maintien à un très haut niveau du bien-être animal. Un nouveau plan d'action pluriannuel et ambitieux, qui met l'accent sur les volets précités, devrait, de l'avis de votre rapporteure, contribuer à la réalisation de cet objectif.

arrow_title_doc.gifRÉSULTAT DU VOTE FINAL EN COMMISSION

top_doc.gif

spacer.gif

sort_up.gif

 

 

Date de l'adoption

17.3.2010

 

 

 

 

Résultat du vote final

+:

–:

0:

34

7

3

 

Membres présents au moment du vote final

John Stuart Agnew, Richard Ashworth, José Bové, Luis Manuel Capoulas Santos, Vasilica Viorica Dăncilă, Michel Dantin, Paolo De Castro, Albert Deß, Diane Dodds, Herbert Dorfmann, Hynek Fajmon, Lorenzo Fontana, Iratxe García Pérez, Béla Glattfelder, Martin Häusling, Esther Herranz García, Peter Jahr, Elisabeth Jeggle, Jarosław Kalinowski, Elisabeth Köstinger, Giovanni La Via, Stéphane Le Foll, George Lyon, Gabriel Mato Adrover, Mairead McGuinness, Krisztina Morvai, James Nicholson, Rareş-Lucian Niculescu, Wojciech Michał Olejniczak, Georgios Papastamkos, Marit Paulsen, Britta Reimers, Ulrike Rodust, Alfreds Rubiks, Giancarlo Scottà, Czesław Adam Siekierski, Alyn Smith, Csaba Sándor Tabajdi, Marc Tarabella, Janusz Wojciechowski

 

Suppléants présents au moment du vote final

Luís Paulo Alves, Spyros Danellis, Lena Ek, Véronique Mathieu, Maria do Céu Patrão Neves

 
             

Dernière mise à jour: 8 avril 2010

Avis juridique

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Quelle Europe
commenter cet article
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 14:13

Participer à l'enquête qui se déroule actuellement au nom de la Commission Européenne sur le bien-être animal en Europe :

http://www.ghkint.com/surveys/eupaw  

 

 

http://www.eupaw.eu/Default.aspx?       explications en français

 

Galgos Ethique Europe a participé à ce survey. Nous vous communiquerons une partie des réponses fournies qui rejoignent bien évidemment les termes et les demandes de notre pétition au Parlement Européen.

 

Nous invitons toutes les associations à participer à cette enquête même si le site et les questions sont en anglais.
Dans les boîtes de dialogue rien ne vous empêche de vous exprimer en français ou dans une autre langue.

 

LE RAC, Rassemblement Anti Chasse a fourni les traductions aux questions posées en anglais. Ce n'est pas pratique mais il faut absolument participer pour montrer que la PA existe et entend bien se manifester !

 

email du RAC :

communication@antichasse.com

 

Traduction – Rassemblement Anti Chasse
Rendez-vous sur : http://www.ghkint.com/surveys/EUPAW
Cliquez sur “next” en bas de la page pour commencer.
Section 1: Background
1. Name / Nom
2. Organisation (if applicable) / Organisation (facultatif)
3. Email Address / Adresse email
4. Do you live...? / Où vivez-vous ?
Within the EU / Dans l’UE
Outside the EU / En dehors de l’UE
5. What is your area of expertise/interest? / Quel est votre domaine d’expertise ou d’intérêt ?
Farm Animals / Animaux de ferme
Experimental Animals / Animaux de laboratoire
Pet Animals / Animaux de compagnie
Wild Animals / Animaux sauvages
General interest/expertise, all animal types / Intérêt général, tous les types d’animaux
6. What is the level of your expertise/interest? / Quel est le niveau de votre expertise/intérêt ?
National level (within the EEA) / Au niveau national
EU level / Au niveau européen
Outside the EU/ EEA (International) / Hors EU, International
None of the above-General interest/expertise / Non listé, intérêt ou expertise général
Votre pays d’expertise : France
7. Are you responding to this survey on behalf of your organisation or as an individual ? / Vous répondez :
On behalf of my organisation / Au nom de mon organisation
As an individual / A titre personnel
8. Is your organization… / Votre organisme est :
A business (including veterinary practices) / Une firme (y compris vétérinaire)
A government department, public sector organisation / Un service gouvernemental ou du secteur public
An association of farmers, traders or economic operators / Une association d’agriculteurs, traders ou
économique
An association for the protection of animals or other for other non-profit activities related to animals / Une
association pour la protection des animaux
Other / Autre
9. Is your business... / Votre organisation s’intéresse aux ?
Involved in the keeping of farm animals / Animaux de ferme
Involved in food processing / Traitement des aliments
Involved in transport of animals / Transport des animaux
Involved in the keeping of wild animals / Animaux sauvages
Involved in the keeping of pet animals / Animaux de compagnie
Involved in food retailing/distribution / Commerce alimentaire
Involved in the use of experimental animals / Animaux de laboratoire
Involved in the trapping of wild animals / Piégeage
Involved in the treatment of animals / Soins des animaux
Other / Autre
10. Do you/your organization support campaigns that priorities improvement of animal welfare? / Soutenez-vous
des campagnes visant à améliorer le bien-être des animaux ?
Yes / Oui
No / Non
Traduction – Rassemblement Anti Chasse
Section 2: Animal Welfare
Please indicate the extent to which you agree or disagree with the following statements about EU animal
welfare policy / Indiquez le niveau de votre accord-désaccord avec les points suivants en rapport avec la politique
communautaire sur le bien-être animal.
11. i It is important that the EU is involved in animal welfare policy for / Il est important que l’UE s’occupe du
bien-être des :
(i) farm animals / Animaux de ferme
(ii) experimental animals / Animaux de laboratoire
(iii) pet animals / Animaux de compagnie
(iv) wild animals / Animaux sauvages
Strongly Agree / Tout à fait d’accord
Agree / D’accord
Neither Agree nor Disagree / Pas d’opinion
Disagree / En désaccord
Strongly Disagree / En fort désaccord
11. ii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would like
to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
12. The Current EU policy on animal welfare covers... / L’actuelle politique communautaire en matière de bienêtre
animal des animaux de ferme couvre…
All the relevant matters with regard to the welfare of farm animals / Tous les aspects pertinents
Most of the relevant matters with regard to the welfare of farm animals / La majorité des aspects pertinents
Not enough of the relevant matters with regard to the welfare of farm animals / Pas suffisament d’aspects
pertinents
None of the relevant matters with regard to the welfare of farm animals / Aucun des aspects pertinents
12. ii Même question, mais pour les animaux utilisés en laboratoire.
12. iii Même question, mais pour les animaux de compagnie.
12. iv Même question, mais pour les animaux sauvages.
12. v Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would like
to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
13. i EU policy has substantially contributed to enhancing the welfare of... / La politique communautaire a
contribué l’amélioration du bien-être des…
(i) farm animals / Animaux de ferme
(ii) experimental animals / Animaux de laboratoire
(iii) pet animals / Animaux de compagnie
(iv) wild animals / Animaux sauvages
Strongly Agree / Tout à fait d’accord
Agree / D’accord
Neither Agree nor Disagree / Pas d’opinion
Disagree / En désaccord
Strongly Disagree / En fort désaccord
13. ii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would
like to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
Traduction – Rassemblement Anti Chasse
14. i EU resources (financial and staff) for the preparation of animal welfare policy are suitable with regard to the
welfare of... / Les ressources (financières et humaines) de l’UE sont adéquates pour préparer la politique du bien-être
des animaux…
(i) farm animals / Animaux de ferme
(ii) experimental animals / Animaux de laboratoire
(iii) pet animals / Animaux de compagnie
(iv) wild animals / Animaux sauvages
Strongly Agree / Tout à fait d’accord
Agree / D’accord
Neither Agree nor Disagree / Pas d’opinion
Disagree / En désaccord
Strongly Disagree / En fort désaccord
14. ii EU resources (financial and staff) for the implementation of animal welfare policy are suitable with regard
to the welfare of... / Les ressources (financières et humaines) de l’UE sont adéquates pour la mise en place de la
politique du bien-être des animaux…
(i) farm animals / Animaux de ferme
(ii) experimental animals / Animaux de laboratoire
(iii) pet animals / Animaux de compagnie
(iv) wild animals / Animaux sauvages
Strongly Agree / Tout à fait d’accord
Agree / D’accord
Neither Agree nor Disagree / Pas d’opinion
Disagree / En désaccord
Strongly Disagree / En fort désaccord
14. iii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would like
to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
15. i Please indicate the extent to which you agree or disagree with the following statements about EU
animal welfare policy / Indiquez le niveau de votre accord-désaccord avec les points suivants en rapport avec la
politique communautaire sur le bien-être animal.
(i) I have a good awareness of EU animal welfare policy within my area of expertise, interest / J’ai de bonnes
connaissance sur la politique du bien-être animal de l’UE dans mon domaine d’intérêt.
(ii) EU policy for animal welfare addresses the needs and expectations of EU stakeholders and citizens / La
politique bien-être animal de l’UE répond aux besoins des secteurs et des citoyens
Strongly Agree / Tout à fait d’accord
Agree / D’accord
Neither Agree nor Disagree / Pas d’opinion
Disagree / En désaccord
Strongly Disagree / En fort désaccord
15. ii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would
like to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
16. i Please indicate the extent to which you agree or disagree with the following statements about legislation and
enforcement / Indiquez le niveau de votre accord-désaccord avec les points suivants en rapport avec la legislation et
son application.
(i) EU legislation has helped to harmonise animal welfare rules across the EU / La réglementation de l’UE a
aidé à harmoniser les règles concernant le bien-être animal dans l’UE.
(ii) Animal welfare varies significantly within the EU because of differing legislation and enforcement issues
across the Member States / Dans l’UE nous avons une importante différence de bien-être animal liée aux différences
de législation et de leur application entre les Etats membres.
(iii) Differences in national animal welfare legislation and enforcement affect the functioning of the internal
market / Ces différences affectent le fonctionnement du marché intérieur.
Traduction – Rassemblement Anti Chasse
(iv) EU legislation for farm animal welfare disadvantages EU producers relative to overseas competitors
(outside the EU/EEA) / La réglementation de l’UE sur le bien-être animal désavantage les producteurs de l’UE par
rapport aux producteurs de l’étranger.
(v) EU legislation for the welfare of experimental animals disadvantages EU industries relative to overseas
competitors / La règlementation de l’UE sur le bien-être animal désavantage l’industrie de l’UE par rapport à ses
concurrents.
(vi) The costs for farmers to follow EU animal welfare policy are covered by increased farmgate prices / Les
coûts pour les agriculteurs liés à la politique bien-être animal de l’UE sont compensés par les prix plus élevés qu’ils
bénéficient pour leurs produits.
16. ii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would like
to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
17. i Please indicate the extent to which you agree or disagree with the following statements about legislation and
enforcement / Indiquez le niveau de votre accord-désaccord avec les points suivants en rapport avec la legislation et
son application.
EU animal welfare legislation is consistent with… / La législation du bien-être animal de l’UE est cohérente
avec…
(i) policies for the environment / Politiques sur l’environnement
(ii) policies for regional development / Politiques sur le développement régional
(iii) the better regulation agenda / Le programme « Mieux légiférer » qui vise à rendre plus claire la
réglementation et les lois de conception mieux pour les consommateurs et les entreprises
(iv) the economic sustainability of the farming sector / La durabilité écologique du secteur de l’agriculture
(v) the economic sustainability of activities dependent on experimental animals / La durabilité écologique des
activités liés animaux de laboratoire
17. ii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would like
to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
18. i Please indicate the extent to which you agree or disagree with the following statements / Indiquez le niveau
de votre accord-désaccord avec les points suivants
(i) The costs for Member States of administering EU animal welfare legislation are reasonable / Le coût pour
les Etats membres de la règlementation de l’UE concernant le bien-être animal est raisonnable.
(ii) EU animal welfare standards in relation to farm animals have increased the market value of products / Les
normes de l’UE sur le bien-être des animaux de ferme ont augmenté la valeur de marché pour ces produits.
(iii) EU animal welfare standards in relation to experimental animals have increased the market value of
products / Les normes de l’UE liés aux bien-être des animaux de laboratoire ont augmenté la valeur de marché pour
ces produits.
18. ii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would
like to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
19. i Please indicate the extent to which you agree or disagree with the following statements about EU research on
animal welfare / Indiquez le niveau de votre accord-désaccord avec les points suivants en rapport avec la recherche de
l’UE sur le bien-être animal
(i) EU funded animal welfare research has helped to inform the key priorities for animal welfare policy / La
recherche de l’UE a aidé à connaître les priorités clé pour le bien-être animal
(ii) EU funding for research is sufficient and well suited for the scope of current EU animal welfare policy /
Le financement de l’UE pour la recherche convient pour la politique de l’UE sur le bien-être animal
(iii) The results of EU research are well disseminated / Les résultats de la recherche de l’UE sont correctement
diffusés.
(iv) The FP7 Ethics Review procedure ensures a good ethical review of animal use in experiments / La
procédure FP7 assure un contrôle éthique pour l’utilisation des animaux dans les laboratoires.
Traduction – Rassemblement Anti Chasse
19. ii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would
like to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
20. i Please indicate the extent to which you agree or disagree with the following statements about EU
communications on animal welfare / Indiquez le niveau de votre accord-désaccord avec les points suivants en rapport
avec la communication de l’UE sur le bien-être animal
(i) I was previously aware of specific EU communication tools on animal welfare / Je connaissais déjà les
outils de communication de l’UE sur le bien-être animal
(ii) I was previously aware of where to access information on animal welfare issues from the DG SANCO
website and have found this information useful. / Je savais déjà accéder aux informations du site web de la DG
SANCO et je trouve ces informations utiles.
(iii) EU communications have helped to raise public awareness of animal welfare issues / La communication
de l’UE a contribué à sensibiliser le public sur le bien-être animal.
(iv) EU communications have helped raise responsibility towards animal welfare / La communication de l’UE
a contribué à accroître la responsabilité envers le bien-être animal
(v) EU communication tools and materials are high quality and are easy to use / Les outils et matériels de
communication du site web de la DG SANCO sont de haute qualité et faciles à utiliser.
21. ii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would
like to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
22. i Please indicate the extent to which you agree or disagree with the following statements about international
initiatives / Indiquez le niveau de votre accord-désaccord avec les points suivants en rapport avec les initiatives
internationales
(i) EU international initiatives have helped to create a shared understanding of animal welfare issues and
responsibilities at world level / Les initiatives internationales de l’UE ont aidé à une compréhension commune des
questions liées au bien-être animal et des responsabilités au niveau mondial.
(ii) EU international initiatives have substantially contributed to harmonising standards between EU and
overseas producers / Les initiatives internationales de l’UE ont aidé de façon significative à l’harmonisation de normes
entre producteurs de l’UE et de l’étranger.
22. ii Please provide any further explanation or evidence (e.g. web links) for your choices above. If you would
like to provide additional documents of reports please email them to eupaw@ghkint.com / Vous pouvez fournir toute
explication ou des preuves (par exemple des liens web) pour vos choix ci-dessus, en écrivant à eupaw@ghkint.com.
23. What, if any, areas/issues/types of animals do you feel have not received sufficient attention through EU
animal welfare policy? Please explain why you think these should receive more attention. / Selon-vous, y a-t-il un ou
plusieurs types d’animaux qui n’ont pas reçu suffisamment d’attention par la politique de bien-être animal de l’UE ?
Expliquez.
24. Do you have any further comments that you would like the evaluators to consider? / Avez-vous des
commentaires que vous souhaitez transmettre ?
 Ne pas oublier de cliquer sur “Submit” (en bas) pour envoyer vos réponses !

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Nos actions
commenter cet article
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 20:57
On commence par prendre un galgo .... de préférence mâle ... et mieux encore noir.

Lindo-145.jpgVous commencez par lui dire qu'il est beau, que vous l'aimez, que vous ne voulez que son bien et que quoique vous fassiez, quoique vous exigiez de lui ce sera toujours pour son bien.
Une femelle ne vous croirait jamais, il est bien connu que le sexe faible est très suspicieux par nature.

Mais le galgo mâle est un  grand romantique doublé d'une grande confiance si en plus il est noir .... demandez à Bernadette qui a adopté Polo et vous verrez qu'elle ne démentira pas


Point n'est besoin avec un galgo mâle de préférence noir de vous harnacher d'un tablier, de Lindo-147.jpgfaire trois fois le tour de la table, d'essuyer un échec avec le vermifuge dégoulinant dans vos mains, d'avoir la nausée devant l'odeur naudéabonde de ce produit, d'essayer le subterfuge de mêler le vermifuge dans la gamelle quite à jeter 50 fois son contenu et à vous ruiner en seringues gaspillées ..... non, non, non .... si vous voulez que la "chose" se passe dans la plus grande sérénité .... adoptez un galgo mâle et si possible noir!

Je pense que les photos se passent de commentaires .... alors .... tout le monde a compris ou je recommence? Pas de souci .... Lindo !!!!! .... viens ici .... ils ont pas compris!

Lindo-149.jpg
 
Lindo adopté par M-Helene Verdier
Trésorière de GEE
Repost 0
4 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 18:11

polo.jpgJ'ai été famille d'accueil pour lévriers avant d'adopter mon POLO, plusieurs Galgos mâles ont donc été à la maison, je les ai tous adorés parce qu'ils éaient des anges dans le corps d'un chien.

Le 4 mai 2009 j'ai réalisé mon rêve et adopté POLO, noir, qui n'intéressait personne parce qu'il n'avait rien de spécial, juste un coeur en or, mais ça ne se voyait pas....

Un Galgo s'adapte tres facilement, petit à petit il dévoile ses sentiments, donne un peu plus chaque jour, propre, discret, tendre, câlin, obéissant, fidèle, il revient vers moi par amour quand je l'appelle, il est en liberté tous les jours, et c'est un spectacle de le voir courir.


Le noir est une couleur élégante qui brille quand le poil est en bonne santé, un chien noir est polo8.jpgd'une grande beauté qui attire le regard, je suis fière de mon Polo.

Il me donne tant de bonheur que je souhaiterais en adopter un, ou même deux autres, car Polo enrichit ma vie, me réchauffe le coeur, c'est  vraiment un Ange.


Témoignage de Bernadette A. adoptante de Polo

 

 

 

 

polo7.JPG

Repost 0

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de l'association Galgos Ethique Europe
  • Bienvenue sur le blog de l'association Galgos Ethique Europe
  • : Pour le droit des citoyens européens de voir la législation européenne de protection animale appliquée, actualisée et renforcée dans tous les Etats membres. Pour que cesse l'indifférence des autorités et le supplice des animaux en général, des Galgos et Podencos en particulier.
  • Contact

le galgo : symbole d'impunité

site-gee-galgos-ethique-europe.jpg

GALGOS, le symbole européen de
l'indifférence et de l'impunité.
 
Ne rêvons plus leur vie,
offrons-leur une vie rêvée !
icone-petition-parlement-europeen-signer-galgos-ethique-eur.jpg 

 

Recherche

à tous nos Visiteurs

   Tous les articles de ce blog sont la propriété du blog Agir pour les galgos et de l'association Galgos Ethique Europe.
La charte Galgos Ethique Europe ne peut être reproduite que par les organisations qui en sont signataires. Elle fait l'objet d'un copyright.
La reproduction de nos articles doit être accompagnée du lien d'origine. Nos parutions ne peuvent être utilisées pour servir d'autre support qu'une action issue de l'initiative de leur auteur et de l'association à laquelle il appartient ou celle des organisations partenaires.  Merci de votre compréhension. 

 

  Si vous découvrez une photo qui vous appartient, merci de nous en informer afin que nous puissions soit la retirer soit établir un lien, selon ce que vous souhaiterez.  

Visiteurs uniques du blog

Locations of visitors to this page