Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 11:53

Lu à l'instant sur ITélé ! C'est fait !

 

Pour la Catalogne espagnole,

la corrida appartient déjà au passé !

L'interdiction sera définitive au

1er Janvier 2012.

 

La présidente de la FLAC, Isabel MARCOUX, présidente d'honneur de Galgos Ethique Europe, signataire de la pétition au Parlement Européen, e tenait ce matin sur les bancs du Parlement Catalan, invitée par PROU, l'association espagnole à l'origine de l'initiative populaire qui a permis cette avancée vers une Espagne plus évoluée.

Vous pourrez lire le compte-rendu d'Isabel dès son retour sur son blog

http://flac.over-blog.com/

 

schopenhauer.JPG

 


Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Assos Fédés Organisations signataires
commenter cet article
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 19:40
C'était le mardi 20 juillet, une nouvelle journée de rencontre entre
moi et Esther au AUCHAN de PERPIGNAN
Merci à Esther et ses bénévoles pour leur travail
et merci à Renée l'adoptante de Diva

Lindo-023.jpg
C'est toujours avec beaucoup d'émotion  ( je le pense vraiment) que je vois arriver à ma rencontre cette équipe car Esther se déplace toujours avec 3 ou 4 bénévoles, une équipe souriante, jeune, très soudée à son "chef" Esther, une fille qui sait gérer un groupe de manière à ce que chacune se sente importante dans sa fonction. Pas facile d'être présidente, d'en avoir le charisme, l'autorité et en même temps l'humilité et je dois dire que lorsque je vois faire Esther avec ses "filles" c'est du grand art!

Lindo-017.jpgLindo-018.jpg 
Zara et Nuria                                             Diva, renée et une bénévole
Lindo-020.jpgLindo-021.jpg

J'ai beaucoup d'admiration pour Esther qui fait un métier dur et qui arrive en dehors de son métier et sa famille à gérer un groupe aussi important et disséminé un peu partout en Espagne

Ce jour là était un jour spécial puisqu'il a permis de réunir tous ceux qui ont participé au parcours de la Galga Diva depuis la perrera de Murcia jusqu'à son adoption. C'est ainsi que Renée, l'adoptante de Diva, présente ce mardi a pu faire connaissance avec GEE et galgos112 mais surtout avec Diva la jolie galga grise aux yeux jaunes superbes. Ne manquait parmi nous que Nieves qui avait signalé ces galgas dans sa perrera de Murcia.
Tout ce petit monde a pu sympathiser dans un coin reculé de la cafeteria

Lindo-022.jpg
Diva et Renée son adoptante

Je remercie Esther qui a permis que Zara, la galga miniature, puisse sortir du refuge d'Antonio. Elle fera tout d'abord le voyage depuis l'Andalousie  jusqu'à la maison de Nuria à Barcelone, une des bénévoles de G112. Zara y sera traitée comme une princesse avant d'être elle aussi du voyage sur Perpignan. La chose a été possible grâce également à la gentillesse de Renée qui en rentrant chez elle accompagnée de Diva se chargera également de porter Zara jusqu'à sa famille d'accueil

Des rencontres toujours trop courtes mais tellement intenses .... une rencontre qui, cette fois, se terminera par un sachet de nougats de Montélimar pour Esther et pour moi et plusieurs corbeilles plastiques grand modèle et un grand sac de croquettes pour les galgos de G112, le tout offert par Renée

Deux tee shirts également on été réceptionnés et seront envoyés à Laetitia et Sandra
Quelques photos pour vous de cette rencontre

Lindo-025.jpg
Lindo-024.jpg

Zara une petite galga miniature de un an, ici avec Nuria de G112, adoptable sous contrat GEE, un peu craintive mais qui déjà fait de sérieux progrès dans sa famille d'ccueil
Formulaire d'adoption:
Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Nos actions
commenter cet article
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 12:03

ZARA0228W.jpg

 

Zara est bien arrivée à destination lundi soir grâce à Esther, Renée et Isabelle que nous remercions tout particulièrement.

 
Elle a rejoint sa famille d'accueil dans les Alpes Maritimes et attend maintenant des Terrestres Extra qui lui offriront un foyer stable et aimant.

 

ZAZA0282X300.jpgC'est un bout de chou de galga qui grandira peut-être encore un tout petit peu mais qui pour l'instant a tout du whiwhi, la grâce de porcelaine et le caractère joueur et un tantinet espiègle. Hyper affectueuse et très sociable, tout pour plaire!

 

ZARA0256X300.jpgElle

sort,

court avec les autres, elle découvre la vie. Dès le lendemain, elle avait investi tous les recoins de la maison et du jardin où elle gambade maintenant librement avec les autres loustics.

 

Merci à Antonio qui s'est bien occupé d'elle et en a fait une pitchounette très agréable et facile à vivre.

 

Contact adoption : Sylvie

galgos.podencos@gmail.com

 

ZARA0283W300W.jpg

  Voir également :

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-galga-zara-52167142.html

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Adoptions sous contrat G.E.E.
commenter cet article
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 22:37

Peut-être avez-vous déjà reçu une réponse?

Pour certains d'entre vous vous avez peut-être reçu la réponse du cabinet présidentiel au courrier ci-dessous
Une réponse identique à toutes les réponses à tous nos courriers à savoir : nous sommes conscients des abus qui se passent dans les perreras, nous sommes conscients du lourd labeur accompli  par les refuges, nous vous remercions de nous voir contacté concernant ce sujet sachant que nous sommes bien conscients que les refuges mériteraient tous l'aide des autorités compétentes autonomes et locales et ce également concernant leur lutte contre l'abandon et la maltraitance ...
MAIS .... vous vous adressez aux mauvaises personnes puisqu'en l'occurence ce n'est pas l'état qui est compétent en ce domaine mais bien les Communautés autonomes qui ont la responsabilité de la gestion de la protection animale suivant la législation propre à chacune
Liste de toutes les législations des Communautés autonomes en terme de protection animale
 
Le système des législations autonomes de protection animale a été un leurre présenté aux protecteurs d'animaux comme étant une solution immédiate pour protéger les animaux et aller dans leur sens... un piège
Un système qui a permis à chaque Communauté de créer leur "petite loi" interne dont les divers articles ne sont jamais respectés en terme de protection juridique des animaux
Un constat qui a amené les protecteurs d'animaux à demander maintenant depuis plusieurs années une loi nationale de protection animale et une révision du Code Pénal en terme de sanctions aux maltraitants ..... une loi nationale qui comme l'Arlésienne fait beaucoup parler d'elle sous forme de promesses au moment des élections mais disparait immédiatement dans un placard pour y rejoindre les urnes une fois la campagne politique achevée
Un système qui a permis au gouvernement espagnol de se décharger de ses responsabilités en ouvrant le parapluie avec toukours cette réponse "ça ne nous concerne pas"
CONTINUEZ A ENVOYER LE COURRIER EN BAS DU MESSAGE

Les animaux en Espagne n'ont aucun droit, mais les lois sont claires et respectent leurs obligations:
- Si un animal attaque une personne il est condamné bien que la peine de mort n'existe pas en théorie dans notre pays
- Si un animal est assassiné sous les coups, son assassin est puni juste avec une amende ridicule

Nous faisons des dénonces que les fonctionnaires archivent et qui ne sont considérées que comme un ennui de plus dans le service ....
Les espagnols lancent la campagne PSOE REVEILLE-TOI dans toutes les ville principales d'Espagne >>> première protestation en synchronisation nationale >>> nous réclamons une loi nationale de protection animale
CA SUFFIT
REVEILLE-TOI
PLUS JAMAIS DE MALTRAITANCE
Il est temps de rompre avec l'hypocrisie: les animaux sont déjà concernés par les lois, les normes et les règlements.
Un animal doit être vacciné, identifié et être soigné ...
Il est temps que leur soient reconnus leurs droits à l'intérieur des lois des humains car ce sont les humains qui les ont domestiqués
Les perreras espagnoles ne sacrifient et n'euthanasient pas: simplement elles assassinent plus de 300000 animaux par an
4 Octobre 2007 >>> 1ère alarme
15 Novembre 2007 >>> 2ème alarme
... nous, nous ne cèderons pas, cela dépend de vous ....

vidéo diffusée par ACMA
Collectif andalou contre la maltraitance des animaux et de l'Environnement
http://www.cacma.org/

barre_horiz173.gif
PUBLIE LE 18/07/2010

URGENT : COURRIER A ENVOYER POUR SOUTENIR LE DEMARCHE DE VYDANIMAL ET GEE

 

 

On remercie l'association Vydanimal qui nous a associée à elle dans son texte de pétition déposé auprès du Parlement européen  et cela sans que nous le demandions nous-mêmes ce qui prouve que des actions montées en synergie ne peuvent que faire mieux avancer le dossier
Je rappelle que Vydanimal a déposé sa pétition auprès du Parlement européen accompagné d'un dossier complet décrivant  la situation catastrophique en terme de respect des droits des animaux en Espagne. Une démarche identique a été faite par l'association GEE
 
Vydanimal nous demande d'envoyer le courrier ci-dessous aux contacts suivants:
  
Dommage que Raul Romeva soit en congé jusqu'au 30 aout, le courrier est retourné
  
N'oubliez surtout pas le n° de carte d'identité sans lequel, en Espagne, aucun courrier et aucune pétition ne sont recevables
Traduction en français au-dessous du courrier espagnol. GEE remercie Danielle pour sa traduction
 
Mettre en objet: Europa escandalizada por tanto maltrato animal en Espana
 
Señores políticos españoles:

Es público y manifiesto que España es un paraíso para el maltrato animal. También es público y manifiesto que los abandonos de animales aumentan considerablemente en verano y también lo es que ni el Gobierno ni los principales partidos de la oposición hacen, han hecho ni harán nada para evitarlo; quienes hemos seguido la presunta y precaria reforma del Código Penal lo sabemos bien.

Como usuaria de las redes sociales mayoritarias, raro es el día en que no me llegan imágenes de animales abandonados, maltratados, incluso violados…La mayoría son perros y gatos, pero como parece que la imaginación del ser humano es ilimitada, también he visto imágenes igualmente cruentas de otras especies.

Saben que es lo más terrible? Que muchos de esos episodios de maltrato se producen en Centros de Acogida, a los que el nombre rimbombante no oculta lo que en realidad son: perreras, que se supone que reciben un dinero presupuestado y recaudado por la Administración, lo cual es equivalente a decir que está pagado por todos nosotros. Menos en Catalunya, donde existe la ley de sacrificio cero, el resto de Comunidades tienen potestad para sacrificar a un animal una vez pasado un determinado tiempo, pero NO lo tienen para torturarlo ni para condenarlo a una muerte lenta sin comida, agua, medidas de higiene, temperaturas extremas ni atención sanitaria. Por otra parte, resulta indignante que en un país que quiere estar a la vanguardia en Europa todavía se permitan leyes que apuestan por el sacrificio en lugar de por políticas de esterilización masiva y de adopción.

Parece mentira que en pleno Siglo XXI y en un país europeo la única atención que reciben miles de animales venga dada por los voluntarios de perreras y protectoras, seres anónimos que día tras día limpian, cuidan, alimentan, abrigan y dan cariño sin tregua, sin importarles si es festivo, si hace demasiado calor o excesivo frío…porque los animales no entienden de días de fiesta, ni de excepciones de ningún tipo.

Parece mentira que el escaso dinero que ofrece la administración a centros de recogida y/o cuidado animal no llegue para cubrir los gastos básicos, que se otorgue muchas veces con criterios poco claros, de dudosa ecuanimidad y que además no se controle ni su administración, ni que los animales que allí habitan reciban las mínimas atenciones.

Por todo ello, pero sobretodo por ELLOS, nos hemos cansado de limitarnos a observar desde la pantalla de nuestro ordenador esas escabrosas imágenes y como que con un click no vamos a conseguir que Ustedes pongan los medios necesarios para acabar con el dudoso honor de que España ostente el segundo puesto en el ranking de maltrato animal de los países de la Unión Europea, hemos acudido al Parlamento Europeo en busca de ayuda, divulgando por varios medios lo que sucede en España respecto al tema que nos ocupa.

Para su información, una asociación animalista con sede en Madrid presentó una petición a la Comisión de Peticiones de la Unión Europea a través de la página web que pone a disposición de sus ciudadanos dicha Comisión para este menester.

Además, esta petición está siendo enviada también por cientos de personas preocupadas por el carácter perpetuo e imparable que está adquiriendo el maltrato animal en nuestro país.

Les adjunto el link al texto y a los escabrosos dossiers anexos que fueron presentados como pruebas irrefutables de la situación:

http://www.scribd.com/doc/32576542/Peticion-Al-Parlamento-Europeo-Asociacion-Vydanimal

Asimismo, un despacho de abogados de Barcelona presentó el mismo día, en persona y en formato papel y digital, otra petición en nombre de otra asociación de Barcelona en éste caso, de similar contenido e idéntica intencionalidad:

http://www.legalfinan.es/66456.html

Por tanto, la situación ya está siendo divulgada por Europa….

Recientemente también, una conocida asociación americana contra el maltrato animal ha recibido la siguiente comunicación por parte de un equipo de abogados de la que copio y pego éste fragmento:

"Como pueden observar, las pruebas son abrumadoras y no admiten discusión. Además de que en España carecemos de organizaciones de rescate como Human Society United States, dotadas de equipo humano y material necesario para efectuar su misión, lo más grave es que en este país la tortura y maltrato animal la efectúan también ya sea por acción, omisión o exacerbada permisividad, las administraciones públicas, quién se supone que tienen el deber de salvaguardar y proteger los bienes jurídicos.

Los abogados asistimos impotentes a procesos en los que una y otra vez, estos crímenes quedan impunes o con un castigo absolutamente desproporcionado por lo menor. Por ello, de la misma forma que difundimos la situación en Europa, LES ROGAMOS, LES SUPLICAMOS que utilicen los medios que tienen a su alcance, que son muchos, para difundirla por EEUU y quizá así entre todos consigamos que nuestros representantes políticos se vean en la necesidad de buscar mecanismos para acabar con esta aberración efectuando los cambios legislativos pertinentes y estableciendo los oportunos medios de control y sanción.
Los animales no entienden de diferencias territoriales y todos son iguales. Por favor, AYUDENNOS!..(sic)"

Eso implica que el tema se ha divulgado también por Norteamérica…

Señores, ¿es que los votos de los animalistas que están en primera línea ayudando a las protectoras y perreras no les importan?

¿Es que los votos de estas personas que día a día caen en depresiones, síndrome de burnout, desgaste emocional, crisis paroxísticas de llanto debido a la impotencia que siendo viendo a lo que se enfrentan día a día valen menos que los de los que maltratan?

Si la vergüenza de estar expuestos de ésta forma ante la sociedad internacional no hace que reaccionen, ya no va a haber nada ni nadie que lo consiga.

Por todo ello, pero sobretodo por ELLOS...

Atentamente, 
NOM-PRENOM
PAYS
N° carte d'identité
 
TRADUCTION :
 

Messieurs les politiques espagnols,

 

Il est de notoriété publique que l'Espagne est le paradis pour ceux qui maltraitent les animaux. Il est aussi de notoriété publique que les abandons d'animaux augmentent considérablement en été, et que ni le Gouvernement ni les principaux partis de l'Opposition n'ont fait, ne font ni ne feront quoi que ce soit pour éviter cela; nous le savons bien, hélas, nous qui avons suivi la présumée et précaire réforme du Code Pénal.

 

En tant qu'utilisatrice des réseaux sociaux les plus courants, je vois presque tous les jours des images d'animaux abandonnés, maltraités, voire même violés. Ce sont surtout des chiens et des chats, mais comme l'imagination humaine semble sans limite, j'ai vu aussi des images tout aussi atroces concernant d'autres espèces.

 

Savez-vous ce qui est le plus terrible ? C'est que bon nombre de ces maltraitances se produisent dans les Centres d'Accueil, dont le nom pompeux ne cache pas qu'en vérité ce sont des fourrières, qui reçoivent donc de l'argent budgétisé et collecté par l'Administration; autrement dit, nous payons tous des impôts pour cela. Sauf en Catalogne ,où existe la loi du sacrifice zéro, les autres Régions ont tout pouvoir pour mettre à mort un animal une fois écoulé un temps déterminé, mais elle n'ont PAS le droit de le torturer ni de le condamner à mourir lentement de faim, sans eau, sans mesures d'hygiène, par des températures extrêmes et sans aucun soin vétérinaire. Par ailleurs, il est révoltant que, dans un pays qui se veut à l'avant-garde européenne, on privilégie des lois prônant la mise à mort au lieu de mettre en place des politiques de stérilisation massive et d'adoption.

 

On a du mal à croire qu'au 21° siècle, dans un pays d'Europe, la seule attention que reçoivent des milliers d'animaux vienne des bénévoles des fourrières et associations de protection, des êtres anonymes qui, jour après jour, nettoient, soignent, nourrissent, abritent ces animaux et leur prodiguent quelque affection, sans penser que c'est un jour férié, qu'il fait trop chaud, ou trop froid, car, pour les animaux, il n'existe ni jour férié ni exception quelconque.

 

On a du mal à croire que le peu d'argent que donne  l'Administration aux centres d'accueil et/ou de soin pour animaux ne parvienne pas à couvrir les dépenses de base, ni qu'il soit souvent octroyé sur des critères obscurs, pas toujours équitables, et qu'en outre on ne contrôle pas sa distribution, pas plus qu'on ne s'assure que les animaux dans ces centres reçoivent un minimum d'attention.

 

Pour toutes ces raisons, mais surtout pour EUX, ces animaux, nous sommes à présent lassés de simplement regarder sur nos écrans ces images scabreuses, et comme nous n'allons pas en un clic faire en sorte que Vous mettiez en oeuvre les moyens nécessaires pour que  l'Espagne n'ait plus le douteux honneur d'occuper la 2° place européenne en matière de maltraitance animale, nous avons cherché de l'aide auprès du Parlement européen, tout en faisant savoir par divers moyens ce qui se passe en Espagne sur ce sujet qui nous intéresse.

 

Sachez qu'une Association en faveur des droits des animaux ayant son siège à Madrid a présenté une pétition à la Commission des Pétitions de l'Union Européenne par le biais de la page web que cette Commission met à disposition des citoyens dans ce but.

 

En outre, cette pétition va également être envoyée par des centaines de personnes inquiètes du caractère permanent et systématique qu'est en passe d'acquérir la maltraitance animale dans notre pays.

 

Je vous joins ci-dessous le lien vers le texte et les dossiers scabreux présentés en annexe comme autant de preuves irréfutables de cette situation.

http://www.scribd.com/doc/32576542/Peticion-Al-Parlamento-Europeo-Asociacion-Vydanimal

 

Par ailleurs, un bureau d'avocats de Barcelone a présenté le même jour en personne ainsi qu'en format papier et digital, une autre pétition au nom d'une autre Association, de Barcelone cette fois, au contenu et au but similaires.

http://www.legalfinan.es/66456.html

 

C'est pourquoi la situation est déjà connue en Europe.

 

Récemment aussi, une  célèbre association américaine contre la maltraitance animale  a reçu la note suivante, dont je fais un copié-collé ci-dessous, de la part d'une équipe d'avocats :

 

«  Comme vous pouvez constater, les preuves sont accablantes et indiscutables. Outre le fait qu'en Espagne il n'y a a pas d'organisations de secours telles que la Human Society aux USA, dotées d'équipement en hommes et en matériel lui permettant de remplir sa mission, le plus grave est que, dans ce pays, la torture et la maltraitance animale sont aussi le fait d'actes, d'omissions ou de permissivité excessive de la part des administrations publiques dont on attendrait qu'elles sauvegardent et protègent les biens juridiques.

 

 Nous avocats assistons impuissants à des procès où, encore et encore, ces crimes restent impunis ou sont pour le moins insuffisamment sanctionnés . Pour cela, de la même manière que nous  faisons connaître cette situation en Europe, nous vous PRIONS, vous SUPPLIONS d'utiliser les nombreux moyens à votre disposition pour la diffuser aux USA, et peut-être tous ensemble parviendrons-nous à ce que nos responsables politiques se voient contraints de rechercher des façons de mettre fin à cette aberration, en faisant les changements législatifs appropriés, et en créant les moyens nécessaires de contrôle et de sanction.

Les animaux ne connaissent pas les différences géographiques, ils sont tous égaux. AIDEZ-NOUS s'il-vous-plaît. »

 

Ceci signifie que le sujet est également connu en Amérique du Nord.

 

Messieurs, les votes des amis des animaux, qui sont en première ligne à aider les associations de protection et les fourrières, ne vous importent-ils pas ?

 

 Les votes de ces personnes qui, jour après jour, tombent en dépression, présentent des symptômes d'épuisement, de détresse émotionnelle, des crises de larmes paroxystiques, en raison de l'impuissance qu'elles ressentent face à ce qu'elles voient quotidiennement ont-ils moins de valeur que les votes de ceux qui maltraitent ?

 

Si la honte d'être ainsi exposés à la vue de la communauté internationale ne les fait pas réagir, alors rien ni personne ne pourra changer les choses.

 

Pour tout cela, mais surtout, pour EUX

Sincèrement

 

FACEBOOK

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans nos courriers
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 22:05
Tina de Linares vous remercie tous pour l'aide financière apportée à l'installation du système de surveillance vidéo du refuge de Linares
L'installation est à l'heure actuelle opérationnelle et les disparitions de chiens ont cessé en espérant qu'il en soit ainsi pour longtemps et que l'équipe du refuge puisse être enfin tranquillisée concernant la sécurité des chiens
Tina nous envoie des photos de l'installation elle-même, une installation qui offre la possibilité d'une autonomie d'un mois de film. Le refuge a été également obligé de signer un contrat avec un fournisseur internet car il n'y a pas de ligne téléphonique sur le secteur du refuge
Avec cette installation Tina est assurée d'avoir un contrôle continu de la situation depuis chez elle et ce sur plusieurs angles du refuge et contrôler également qu'il n'y ait pas de problèmes entre les chiens également
D'autres photos sont celles que Tina a récupéré des enregistrements même de l'installation. Vous pouvez voir ainsi quelques photos prises par le système de surveillance et voir ainsi les bénévoles travailler dans le refuge
 
SLIDE DES INSTALLATIONS DE L'EQUIPEMENT ET LES CAMERAS
 
 
SLIDE DES PHOTOS PRISES PAR LE SYST7ME DE SURVEILLANCE
 

MERCI A VOUS TOUS
linares.PNG
Tina m'a annoncé que l'installation de caméras de surveillance était maintenant terminée et que nous aurions sous peu des photos
GEE considère maintenant cet appel à dons clôturé car il est maintenant urgent d'envoyer la somme de 455 euros qui permettra de renflouer les caisses "nourriture" et "soins véto" qui ont été ponctionnées pour effectuer les travaux.
En espérant que ce sera la solution pour éviter définitivement tous les actes de vandalisme que subissent depuis tant d'années ce petit refuge
Merci à vous tous
Le reçu, bien évidemment sera publié

barre_horiz173.gif
COMME PROMIS ... CI-DESSOUS LE DEVIS EN JPG

barre_horiz173.gif

 Régulièrement visité dans le but de  vandaliser les installations ou voler les galgos ... le petit refuge de Linares est souvent découragé surtout quand ces "descentes" se soldent par la mort de plusieurs chiens sur place.
Chaque jour Tina se demande comment elle va retrouver son refuge, un refuge qui, même s'il se trouve au abords d'une route, n'en reste pas moins exposé au pire sitôt la nuit tombée.
Un petit refuge sans eau, sans électricité et dont le seul carburant pour le faire marcher c'est un coeur gros comme ça

 
ArcoNatura subit depuis plusieurs mois une autre forme de harcèlement. Chaque mois, on leur vole un chuchito et comme par hasard à chaque fois ce dernier est totalement préparé et prêt pour partir en Allemagne ce qui veut dire que "quelqu'un" de bien informé sait qu'en volant ce chien et pas un autre, il pourra le revendre sans avoir dépensé un kopek pour le préparer
 
ArcoNatura a décidé de faire des travaux pour renforcer la sécurité du refuge à savoir remonter les clôtures et surtout s'équiper de caméras de surveillance pour en finir avec ces visites nocturnes
Une dépense énorme pour un si petit refuge qui va devoir financer ces travaux en puisant sur la réserve des caisses prévue pour l'achat de la nourriture et les frais vétérinaires, les deux secteurs les plus couteux d'un refuge
Souvent l'installation de ces caméras de surveillance est financée par une ong étrangère comme cela a été le cas dernièrement pour le refuge de El Refugio Escuela
 
GEE a proposé à Tina de lancer un appel pour l'aider, autant que faire se peut, à alléger cette dépense (ci-dessous) au demeurant très importante pour un si petit refuge et permettre ainsi que l'enveloppe prévue pour la nourriture et les soins des chiens ne soit pas trop ponctionnée
Le devis s'élève à la somme de 2.772 euros, une somme énorme pour un si petit refuge et c'est le moins cher de toutes les entreprises consultées. Pour le moment je ne peux pas publier le devis sur le blog car il est en PDF, j'ai demandé à Tina de me le renvoyer sous format photo
ArcoNatura de Linares est signataire de la charte GEE
M-Helene Verdier
Trésorière de GEE
 
Chèques à l'ordre de l'Association GALGOS ETHIQUE EUROPE
A envoyer à l'adresse suivante:

Association GALGOS ETHIQUE EUROPE
7 rue du Tour de Ville
11120 - BIZE-MINERVOIS

Mettre en objet derrière le chèque  : Caméras


IBAN : FR76 1348 5008 0008 9107 5474 938
BIC : CEPAFRPP348

Mme Bernadette R : 100 euros
Mr Jean-Pierre B : 100 euros
Mme Veronique J : 135 euros
Mr Robert C : 50 euros
Mme Bernadette A : 35 euros
Mme Gloria C : 35 euros
 
Document_0.jpg

C'était il y a deux ans ... tous les animaux de ArcoNatura de Linares prêts pour une marche de protestation pour sensibiliser les gens au problème de l'abandon,
une marche suivie d'un concours canin
Des banderolles affichaient:
NO A LA MATANZA DE GALGOS-NON A LA TUERIE DES GALGOS
Une vidéo de plus de 30 minutes pour connaître ce petit refuge

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Appel à dons
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 12:11

reçu de Barbara http://www.adoption-levrier.fr

et de Michèle Scharapan <michelescharapan@wanadoo.fr>

Barbara, le Bulletin des Lévriers, accueille Jaime, Pro Galgo. Encore une collecte pour l'Espagne car pour nous les Galgos aussi ont droit au respect.


http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2010/07/15/les-animaux-ont-ils-des-droits_1387965_3232.html

Point de vue

Les animaux ont-ils des droits ?

Les animaux ont-ils des droits ? Cette question, communément moquée et balayée d'un revers de main il y a peu, fait aujourd'hui partie des interrogations recevables, comme l'a montré récemment le 21e forum "Le Monde – Le Mans" intitulé "Qui sont les animaux ?".

Qu'est-ce qui justifie que l'on fasse souffrir, de manière routinière, industrielle, et dans des proportions jamais atteintes, des milliards d'animaux terrestres et marins pour des bénéfices dont la légitimité et l'utilité sont au moins discutables ? Si l'on pense que les animaux n'ont pas de droits et qu'ils n'ont, somme toute, que ce qu'ils méritent, il faut s'en expliquer.
Un grand pas vers l'explication est franchi lorsque beaucoup se sentent contraints d'étayer une position qui semblait jusque-là acquise, inébranlable, pour ne pas dire irréprochable : après tout, ce ne sont que des bêtes ; d'où il faut entendre que quand on agit contre l'intérêt des bêtes, on ne fait rien de vraiment mal, rien de vraiment grave. De cela, nous ne sommes peut-être pas absolument persuadés en notre âme et conscience, mais la collectivité ayant entériné les pratiques cruelles et massives contre les animaux, tout se passe comme si nous nous sentions individuellement justifiés d'en profiter, et donc innocents.
Ce trouble que chacun ressent en songeant aux souffrances infligées aux animaux a du reste entraîné depuis longtemps ses premières conséquences juridiques sur le continent européen : en Angleterre par le Martin's Act, dès 1822, en France par la loi Grammont de 1850 punissant les mauvais traitements commis publiquement envers les animaux domestiques. Ces premiers pas étaient cependant bien timides, car la condition de publicité des actes commis tendait à protéger davantage la sensibilité des hommes auxquels le spectacle en était imposé que celle des animaux qui les subissaient. Sans doute la condition de publicité tombera-t-elle par le décret du 7 septembre 1959 pour les mauvais traitements et ne sera-t-elle pas reprise par le loi du 19 novembre 1963 qui institua le délit d'actes de cruauté. Cependant, aux côtés des souffrances inutilement infligées, c'est-à-dire non nécessitées par la finalité d'usages la plupart du temps générateurs de souffrance, il faut désormais songer à ces violences qui sont imputables au système d'exploitation.
Si la cruauté contre les animaux n'a pas d'âge, quelque chose s'est emballé. Dans le même temps, l'invisibilité de la souffrance animale se fissure, l'évidence selon laquelle les bêtes ne sont bonnes qu'à être tuées semble, pour peu qu'on y réfléchisse, douteuse. Derrière le "produit" se profile parfois quelque chose que nous n'aimons pas voir. La torsion que subit le statut juridique des animaux traduit ce malaise. Le législateur européen prend des mesures de plus en plus nombreuses pour "protéger" les animaux et veiller à leur "bien-être", y compris et surtout au moment le plus paradoxal où on les mutile et où on les tue. La prédilection des législateurs pour un mot aussi fort que le "bien-être", visant à faire face à des situations où sa prise en compte confine à l'absurdité, reflète probablement pour une part le malaise inhérent à la justification implicite d'activités animalicides.
La proposition de règlement du Conseil du 18 septembre 2008 sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort en appelle d'ailleurs à la "prise en compte du bien-être des animaux" tout en enjoignant les exploitants "d'épargner au maximum la douleur, la détresse ou la souffrance aux animaux destinés à l'abattage". On découvrira une nouvelle dimension du paradoxe dans la Directive 93/119/CE du Conseil du 22 décembre 1993 sur la protection des animaux au moment de leur abattage ou de leur mise à mort qui mentionne dans l'un de ses alinéas qu'il "est interdit d'assener des coups ou d'exercer des pressions aux endroits particulièrement sensibles. Il est en particulier interdit d'écraser, de tordre, voire de casser la queue des animaux ou de les saisir par les yeux. Les coups appliqués sans ménagement, notamment les coups de pied, sont interdits". Faut-il que ces actes fussent répandus pour qu'il ait été nécessaire de les noter aussi explicitement dans une directive !
LA PERSONNALITÉ JURIDIQUE
Alors que certains scientifiques s'en remettrent au concept mécaniste de nociception, que d'autres admettent l'existence de douleurs "seulement physiques", le législateur européen, quant à lui, reconnaît aux animaux cette évidence, à savoir la capacité à souffrir, à être le sujet de leur douleur et à ressentir la souffrance psychique qu'est la détresse. En vérité, tout le monde sait cela. Pourtant, les animaux sont très exactement traités comme des matières premières dont les règles de transformation sont soigneusement décrites. Comment peut-on tranquillement reconnaître en même temps que les animaux sont profondément affectés par ce qui leur est fait, et en affirmer le caractère licite ? La légitimité de ces pratiques n'est-elle pas mise en question au cœur de leur réglementation ?
S'il est vrai que les animaux demeurent versés du côté des biens, et à ce titre appropriables, ils bénéficient depuis le décret de 1959, la loi de 1963 (précités), la loi du 10 juillet 1976 – dont l'article 9 proclame que "Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce" – et le Code pénal entré en vigueur en 1994, d'une protection contre leur propriétaire lui-même. Désormais, le droit ne laisse plus le propriétaire disposer de sa chose comme bon lui semble lorsque cette chose est un animal. D'ailleurs cette prise en compte de l'intérêt propre de l'animal, être vivant et sensible, n'exprime-t-elle pas une forte résistance à sa classification dans la catégorie des choses ?
Une ligne se dégage alors pour comprendre les raisons d'octroyer des droits aux animaux, par-delà les devoirs de l'homme à les utiliser le moins cruellement possible. A ceux qui considèrent que les avancées législatives en matière de protection des animaux, et plus encore l'idée de leur reconnaître des droits, comme une insulte à la misère humaine, il faut répondre que la misère humaine résulte de l'exploitation ou de l'indifférence à la souffrance des plus faibles et que c'est au contraire l'insulter, sinon la légitimer, que de prôner l'indifférence farouche à l'égard de la souffrance d'autres êtres plus faibles encore et qui ne peuvent jamais consentir. Il faut leur répondre que, dans la mesure où il ne suffit pas de rester indifférent à la souffrance des animaux pour soulager la misère humaine, la protection des animaux et celle des plus faibles des hommes relève du même et noble combat du Droit pour aider ceux à qui il peut être fait du mal, beaucoup de mal. Considérer les animaux comme des choses, c'est les maintenir dans la catégorie où on les avait enfermés à l'époque où la négation de leur sensibilité permettait de les exploiter pleinement.
Nous estimons au contraire que tant sur le plan éthique que sur le plan juridique, dans le prolongement des idées avancées par René Demogue il y a plus d'un siècle, il est inacceptable de continuer à considérer les animaux comme des choses. On peut, certes, améliorer le sort des animaux sans leur accorder la personnalité juridique, et des progrès ont été accomplis en ce sens aussi bien en droit français qu'européen. Il semble cependant difficile de faire véritablement ressortir l'utilité de règles protectrices toujours plus nombreuses sans accorder aux animaux un statut qui leur reconnaisse la personnalité juridique et leur attribue techniquement des droits. De toute façon, dans ce domaine comme dans tout autre, les améliorations concrètes dépendent de l'interprétation des textes par le juge. Or, il ne fait guère de doute que les mêmes règles également protectrices ne seront pas interprétées dans un sens aussi favorable aux animaux dans un Etat continuant à les considérer comme des choses, toujours un peu viles, que dans un Etat les ayant déjà admis dans la catégorie des personnes titulaires de droits.
Florence Burgat est directeur de recherche en philosophie, INRA, université de Paris-I.
Jean-Pierre Marguénaud est professeur de droit privé, faculté de droit et de sciences économiques de Limoges (OMIJ).
Florence Burgat et Jean-Pierre Marguénaud sont respectivement rédactrice en chef et directeur de la Revue semestrielle de droit animalie 
"Le monde n'avance que grâce à ceux qui s'y opposent." Goethe
Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Ethique - un vain mot pour les animaux
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 10:00

Merci au Colbac qui était à Céret pour filmer la réalité, bref la lâcheté !

Bravo aux courageux intervenants !

 

 

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Autres causes
commenter cet article
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 09:27

Diego à l'adoption au refuge de LAMALOUCoup de projecteur à nos amis et protecteurs signataires de la pétition au Parlement Européen.


Merci à l'association PERLE et au refuge de LAMALOU, déjà signataires de la charte Unanimus.

Merci à Françoise SIDOBRE, protectrice de longue date, qui sait bien que ce que demande la pétition est le BA BA d'une protection animale responsable.


http://assoperle.canalblog.com/  

 


 

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans GEE Pétition citoyenne Animaux
commenter cet article
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 12:18

La cause animale progresse lentement mais sûrement... Merci à Ska Keller pour sa réponse. Elle a déjà signé la déclaration écrite initiée par PETS IN EUROPE sur les 5 LIBERTES DE L'ANIMAL. Elle nous dit qu'elle est elle-même encore et encore choquée par le comportament brutal envers les animaux. Que ce soit dans l'expérimentation animale ou toute sorte d'atrocités contre les animaux, au sein du Parlement Européen elle se bat pour que cessent ces injustices.
Merci beaucoup à Ska Keller.


Dear Friends,

 

 I have already signed the declaration that you mentioned in your mail. I am myself again and again shocked about the brutal behaviour towards animals. Be it experimenting with animals or any other kind of atrocity towards animals, in the European Parliament I am fighting to end these injustices.

 

If you are interested in further information about the topic, you can find some information on my website:

 

 

www.skakeller.de/en

 

I wish you all the best for your constant fight against injustice towards animals!

 

Best wishes,

 

Ska Keller

 

 

 

******************************************

 

Ska Keller, MdEP

 ska.keller@gruene.de

franziska.keller@europarl.europa.eu

 Tel:   +32-2-2845379

Fax : +32-2-2849379

ASP 08H242

Rue Wiertz 60                                           

B-1047 Brüssel

http://www.skakeller.de

 


Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Quelle Europe
commenter cet article
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 11:15

GALGOS & PODENCOS SOUS CONTRAT

 

GALGOS ETHIQUE EUROPE

 

Galgos à l'adoption sous contrat Galgos Ethique EuropeVous pouvez découvrir les lévriers espagnols que nous proposons à l'adoption  sur notre blog http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/categorie-11250859.html


Les numéros de puce sont sur la page correspondante. Pour avoir plus de détails et de photos, merci de cliquer sur les liens correspondants. Chaque animal est identifié, vacciné contre la rage au minimum 21 jours avant son entrée sur le sol français, déparasité, stérilisé et possède son passeport espagnol où tous les vaccins reçus sont consignés.

 

à l'adoption
à fin Juin 2010

 

SERAKAN le galgo au calme olympien

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-galgo-serekan-un-galgo-cool-dans-une-extremadura-bestiale-53724103.html

 

ZARA la petite galga d'Antonio

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-galga-zara-52167142.html

Zara sera sous peu en famille d'accueil dans les Alpes-Maritimes.

 

HABANA et MARLANGO, deux galgas retirées à un galguero "indigne"

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-deux-galgas-retirees-a-un-galguero-hijo-de-p-49814327.html

 

Croisés chiots Galguitos

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-galguitos-en-adoption-50178407.html

 

SUENOS, le galgo noir, bien remis de son opération

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-galgo-suenos-c-est-l-histoire-d-un-galgo-noir-45832941.html


LULILA la X Galga, un an

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-x-galga-lulila-50828435.html

croisée ou peut-être simplement rondelette... très belle et douce de toute façon.


GALGO PELAYO, victime de la route, bien remis de son opération.

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-galgo-pelayo-encore-une-victime-de-la-route-50828184.html

 

GALGA ALOE, noire et blanche.

http://galgos-ethique-europe.over-blog.org/article-galga-aloe-2-ans-50827996.html

 

Nous demandons à tout adoptant potentiel de bien réfléchir avant de nous envoyer son formulaire de demande d'adoption.

Adopter un galgo ou un podenco en provenance de refuges espagnols est un engagement dans la durée. Ces animaux, pour la plupart, ont subi des traumatismes graves. Il faut avoir la possibilité de les éduquer avec patience et respect et leur offrir un environnement familial calme et équilibré. Il faut savoir attendre que les séquelles s'effacent... C'est la raison pour laquelle nous préférons faire peu de placements mais que les meilleures conditions soient réunies pour que l'adoption soit réussie.

Une fois l'adoption réalisée, nous restons à vos côtés.

Vie de famille... le galgo est très sociable, doux et patient.


Il faut aussi ajouter que lorsqu'un adoptant commence à vivre avec un galgo ou un podenco, il a vite envie de craquer et d'en avoir d'autres à ses côtés.


Vous ne pouvez pas adopter ? Peut-être pouvez-vous être famille d'accueil.  Contactez-nous pour que nous discutions ensemble de cette éventualité.


Vous pouvez également faire connaître nos petits protégés en ajoutant en signature de vos emails un lien vers notre site. Merci pour eux.

Il faut aussi ajouter que lorsqu'un adoptant commence à vivre avec un galgo ou un podenco, il a vite envie de craquer et d'en avoir d'autres à ses côtés.


N'hésitez pas, contactez-nous, nous sommes à votre disposition pour toute information.

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Galgos
commenter cet article

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de l'association Galgos Ethique Europe
  • Bienvenue sur le blog de l'association Galgos Ethique Europe
  • : Pour le droit des citoyens européens de voir la législation européenne de protection animale appliquée, actualisée et renforcée dans tous les Etats membres. Pour que cesse l'indifférence des autorités et le supplice des animaux en général, des Galgos et Podencos en particulier.
  • Contact

le galgo : symbole d'impunité

site-gee-galgos-ethique-europe.jpg

GALGOS, le symbole européen de
l'indifférence et de l'impunité.
 
Ne rêvons plus leur vie,
offrons-leur une vie rêvée !
icone-petition-parlement-europeen-signer-galgos-ethique-eur.jpg 

 

Recherche

à tous nos Visiteurs

   Tous les articles de ce blog sont la propriété du blog Agir pour les galgos et de l'association Galgos Ethique Europe.
La charte Galgos Ethique Europe ne peut être reproduite que par les organisations qui en sont signataires. Elle fait l'objet d'un copyright.
La reproduction de nos articles doit être accompagnée du lien d'origine. Nos parutions ne peuvent être utilisées pour servir d'autre support qu'une action issue de l'initiative de leur auteur et de l'association à laquelle il appartient ou celle des organisations partenaires.  Merci de votre compréhension. 

 

  Si vous découvrez une photo qui vous appartient, merci de nous en informer afin que nous puissions soit la retirer soit établir un lien, selon ce que vous souhaiterez.  

Visiteurs uniques du blog

Locations of visitors to this page