Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 12:09
Tout le monde se souvient de l'histoire scabreuse de Almudeno, une histoire qui pourrait devenir encore plus scabreuse lorsque l'on apprend que non seulement il est bien vivant mais a été adopté en Allemagne où il file des jours heureux.
 
Tant mieux me direz-vous ... mais voilà quand même un revirement de situation qui soulève bien des questions car comment se fait-il que le Centre de Zoonosis de Murcia n'a pas démenti son euthanasie et comment se fait-il que "ceux" qui se sont occupé de son voyage n'aient pas déclaré officiellement son adoption sur leur site?

Il faut savoir que ceux qui ont lancé la fameuse affaire et déposé la plainte sont aussi  "abasourdis" que nous mêmes à savoir également Martina d'Allemagne qui sera avertie de la présence de Almudeno sur le sol allemand

La question reste posée: qui a pactisé avec le diable et dans quelles conditions déplorables de transport est arrivé Almudeno sur le sol allemand sachant qu'il a été "jeté là" pour 20 euros soit disant vacciné et avec un passeport?
On est tous heureux pour Almudeno mais combien d'autres Almudeno sont morts dans le même trajet?
L'affaire suit son cours ....

Pactiser avec le diable sauvera bien  quelques animaux mais combien d'autres mouront dans les trajets, entassés dans les cages, sans vaccins, certains chiots arrivant avec la parvovirose et ce après un trajet sans halte aucune du fin fond de l'Espagne jusqu'à l'Allemagne "salvatrice"?

Le centre de Zoonosis n'en restera pas moins ce qu'il est .... un vaste mouroir pour la majeure partie des animaux
Le centre de Zoonosis de Murcia par le biais de son bienfaiteur vétérinaire spécialiste es-euthanasie a décidé de s'accorder un petit reportage télé pour faire voir le merveilleux de ce lieu dans lequel il prend tant plaisir (sadique) à travailler.
Des images idylliques bien sûr car vous pensez bien qu'il y a eu jour de grand nettoyage avant, un peu comme le jour où les portes de la perrera de Jaen se sont ouvertes pour la premère fois aux bénévoles, une inauguration à grands coups de jet d'eau et surtout un éclaircissement soudain sur le nombre d'animaux présents
Pour revenir au Centre de Zoonosis de Murcia dont le vétérinaire nous assure "Il est certain que le Centre euthanasie des chiens et des chats, mais uniquement ceux qui ne peuvent pas être adoptés pour des raisons d'âge, de comportement ou d'état sanitaire", il y a d'autres images qui circulent plus proches de la réalité quotidienne du lieu que les images virtuelles qui sont passées à la télé
Les images ci-dessous sont celles, prises en cachette, de la zone de quarantaine des chiots, il y a de celà un mois. Quand on voit ça on n'a pas de mal à imaginer ce que doit être le reste du Centre et dans quel état vivent et meurent les animaux .... des images bien évidemment qui ont été édulcorées lors de la visite des médias.


Repost 0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 10:26
 
TRADUIT DE L'ESPAGNOL SUR LE SITE DE LA FEPAEX

FEPAEX Y LAS "SALVADORAS" DE PERROS DE OLIVENZA 
 
 

La Federacion de Protectoras de Animales de Extremadura (FEPAEX)
s'est mise en contact avec divers responsables de l'Administration Autonome pour manifester son  malaise devant l'existence dans notre région de perreras-abattoirs et la nécessité de les remplacer par des Centres de d'Accueil du XXIème siècle
 




La FEPAEX leur a expliqué également qu'il serait plus éthique et économique de contrôler les naissances canines et félines plutôt que de maintenir le système actuel de ramassage traumatisant des animaux, attente pénible de la mort, maladies douloureuses et une euthanasie cruelle. L'opinion qui existe dans notre région concernant le thème de la stérilisation est pauvre, équivoque et malheureusement entretenu par l'opinion de nombreux vétérinaires selon laquelle les femelles devraient avoir au moins une fois dans leur vie une portée
 
Nous leur avons également démontré qu'avec la politique actuelle considérant les animaux de compagnie uniquement d'un point de vue sanitaire, l'Administration encourage ainsi l'attitude irresponsable de ceux qui détiennent des animaux. En Extremadura, n'importe qui peut se séparer de son animal juste par un coup de téléphone auprès de sa municipalité comme s'il s'agissait d'un vieil appareil usager. La Municipalité les récupèrera et les tuera si elle a une perrera-abattoir ou bien si elle a un Contrat avec la Diputacion, ils seront envoyé au service de récupération pour que ce soit la Diputacion qui les tue. Tout ceci sans exiger aucune identification de l'animal, ni de celui qui décidé de son destin funeste. C'est bien triste de devoir le dire, mais ce sont avec nos impots que l'Administration alimente la maltraitance et l'abandon
 
La puce d'identification en Extremadura n'est pas encore obligatoire, ce qui suppose de grosses difficultés à l'heure actuelle pour déposer une plainte pour abandon ou maltraitance. Et au rythme où va le Conseil d'Agriculture et du Développement Rural qui semble ne pas montrer un grand intérêt pour les animaux de compagnie, nous pensons devoir attendre 2011 pour que soit obligatoire l'identification des chiens
 
Nous sommes conscients que compte tenu des insuffisances de notre système en Extremadura concernant la protection animale, l'objectif zéro euthanasie dans les perreras-abattoirs de l'Administration, à court terme, soit impossible
 
Et en attendant? En attendant, la FEPAEX propose de supprimer toute cette souffrance animale non fondée venant des perreras-abattoirs et des services de récupération des animaux.
 
Comment?
 
- Premièrement: en embauchant du personnel formé et compatissant
- Deuxièmement: en améliorant et aggrandissant les installations pour que les animaux puissent courir et avoir une vie digne, adaptée aux besoins de leur espèce
- Troisièmement: et que, si le cas se présente, et seulement si c'est vraiment nécessaire, qu'ils soient euthanasiés comme le prévoit la Loi, avec perte de cosncience dans un premier temps et sans souffrance
- Quatrièmement: programme d'adoptions, vaccins, stérilisation, contrôle vétérinaire et puce d'identification, considéré comme le minimum
 
En dehors des perreras-abattoirs de l'Administration, existe en Extremadura des Centros Zoosanitarios des Municipalités gérés par des Associations de Protection d'Animaux et où, avec beaucoup de bonne volonté, efforts et peu de moyens, ON N'EUTHANASIE PAS. Mais, lamentablement et à nôtre grand regret, les animaux sont entassés en attente d'une maison définitive: Almendralejo, Cáceres, Guareña, Miajadas ou Plasencia. A Don Benito, Badajoz et Mérida, qui ont des perreras-abattoirs, les Protectoras sauvent des animaux et tentent d'améliorer leurs conditions à l'intérieur de ces perreras. Si quelqu'un nécessite et mérite de l'aide c'est bien les Protectoras d'Extremadura, qui accomplissent leur travail de manière désintéressée sans attente de récompence financière en échange
 
Et maintenant nous allons parler du cas spécial et unique en Extremadura de la perrera-abattoir provinciale de la Diputacion de Badajoz à Olivenza
 
En quoi se différencie cette perrera-abattoir de Olivenza des autres perreras-abattoirs de notre Communauté? En premier lieu, c'est la seule en Extremadura qui soit gérée par une entreprise privée à des fins de profit et en second lieu, elle se différencie par la souffrance non justifiée qu'elle soumet aux animaux qui auront la malchance de finir leurs jours ici
 
Cette entreprise, dont la propriétaire est Manuela Pablo Dias, s'est enrichie avec un abattoir d'autruches avant de continuer avec la perrera-abattoir Provinciale de la Diputacion d'Olivenza. Sans aucun scrupule, percevant de l'argent pour chaque animal recueilli dans ses installations, vivant de la souffrance et de la mort de milliers d'animaux, c'est ainsi qu'elle entretient son économie cette Dame qui, par ailleurs, est propriétaire d'une résidence canine juste à côté de la perrera-abattoir
 
Ce qui s'est réellement passé à l'intérieur de la perrera-abattoir de Olivenza durant ces trois dernières années, gérée par l'entreprise de Manuela Pablo Diaz,  il est impossible de le savoir faute de transparence de l'Administration, et nous espérons le savoir au travers du jugement et de la plainte que nous avons déposée
 
Mais ce qui est arrivé dans le courant de ces derniers mois au moment de l'apparition des "SAUVEUSES DE OLIVENZA" aux côtés de certaines ong's européennes"  mérite un commentaire et un éclaircissement venant de la FEPAEX étant donné le peu de respect porté à nôtre travail et au futur de nos animaux
 
En février de cette année s'est propagé à travers le net la situation vécue par les chiens de Olivenza. Cristina Alavarez (une des " Sauveuses de Olivenza" a diffusé des photos des animaux accompagnés de courriers alarmants
sur ce qui se passait à l'intérieur  
Ceci juste au moment de la naissance de la FEPAEX. Nous avons vu le jour le 2 mars 2009 mais nous avions déjà pour projet LA FERMETURE DE LA PERRERA-ABATTOIR D'OLIVENZA,  entre autre raisons car notre Loi de Protection Animale exclue dans son art24.1.b) qu'une entreprise à but lucratif gère les perreras de l'administration
 
Nous nous sommes mis alors en contact avec la mentionnée Cristina Alvarez de Olivenza et avec Charo Zaton de Vitoria qui présumément étaient en train de sauver les chiens et ce pour avoir des informations vétérinaires sur l'état des animaux et elles nous expliquèrent pourquoi certains mouraient après avoir été récupérés et transportés. La FEPAEX pensait que ces dénommées "sauveuses" allaient collaborer pour que des entreprises privées comme celle-ci disparaissent d'Extremadura et pour que l'enfer de ces pauvres animaux ne puisse PLUS JAMAIS continuer. Rien n'était moins sûr. Au jour d'aujourd'hui, non seulement elles n'ont apporté aucune preuve de l'horreur qu'elles ont diffusé, mais en plus au côté de Pamela Honig et ses protectrices européennes elles sont en train de laver la conscience de Manuela Pablo Diaz faisant croire à l'Administration que cette femme, qui s'enrichit sur le dos de la soiuffrance des animaux, gère humainement la perrera-abattoir de Olivenza et se préoccupe du bien-être et de la protection des animaux qu'elle "recueille"
 
La FEPAEX se pose la question: Quelle personne ayant du coeur et une tête peut aller là-bas, sortir quelques chiens, voir comment ils malvivent et sont tués par centaines .... et au lieu de condamner et se battre contre la personne responsable, au contraire la justifie et la défend? Une personne de coeur et de tête ne peutvoir qu'une chose, c'est qu'un tel lieu ne peut continuer de fonctionner comme un abattoir où très peu ont une chance et beaucoup vivent dans de terribles conditions et meurent sans aucun remède devant leurs yeux? Comment se peut-il que la même personne qui fait de l'argent sur la souffrance de milliers d'animaux, puisse se convertir tout d'un coup en "protectrice des animaux de Olivenza", pour permettre que quelques "sauveuses", en espérant que ce soit avec la meilleure intention, en sauvent si peu parmi les milliers condamnés à mort???
 
Cette femme gagne de l'argent avec chacun de chiens entrés dans ses installations, et nous espérons qu'elle ne gagne pas plus d'argent en plus avec les dons et les aides de bonnes personnes, d'associations nationales et internationales qui essaient d'aider les pauvres animaux qui finissent à Olivenza. Nous voulons que toutes les associations qui collaborent avec cette femme sachent clairement que la Perrera de Olivenza est gérée par une ENTREPRISE A BUT LUCRATIF
 
La FEPAEX désire sauver TOUS les chiens de ces installations et nous voulons empêcher que bien d'autres y entrent. Nous voulons que Olivenza soit fermée et que l'Administration crée une Centre de Récupération où les animaux aient un traitement digne, humain, plein de caresses et de sensibilité, où les animaux ne soient pas la marchandise du commerce de quelques uns. Nous ne voulons pas que quelques animaux soient réservés comme s'il s'agissait d'articles de vente sur catalogue et que les autres souffrent laissés derrière. Nous voulons que personne ne s'enrichisse sur leur souffrance, leur peur, leur angoisse, leur abandon, leur indignité, leur maltraitance et leur mort
 
Nous comprenons ce que vous ressentez, nous comprenons que vous vouliez aider et que vous ayiez commencé en sauvant des animaux de là, de même que nous l'avons fait nous mêmes en son temps. Mais notre expérience nous a prouvé que sauver peu d'animaux ne résoud pas le problème mais l'amplifie. Le travail des Protectoras de Extremadura ces dernières années, en dehors de sauver bien peu d'animaux, a permis que aussi bien l'Administration que la société finissent par se détourner du problème et se lavent les mains de leur responsabilité vis à vis des animaux, considérant que nous autres Protectoras étions là pour le résoudre. Exporter notre problème vers l'Europe n'est pas la solution
 
Nous espérons que vous réfléchissiez et que vous compreniez que la politique de la FEPAEX c'est de lutter pour éradiquer le problème de manière à ce qu'il n'y ait plus d'animaux à sauver, que cette nécessité n'ait plus lieu. Pour celà nous sommes en train de collaborer avec l'Administration, pour qu'elle assume sa responsabilité, qu'elle applique la Loi de Protection Animale et établisse une politique préventive
 
A ceux qui, comme nous, ont le coeur fendu par les photos de Olivenza, celles de NUNA et ses chiots (quelqu'un sait-il de quoi ils sont morts?), celles de milliers d'autres qui mouront là, SVP nous vous le demandons NE COLLABOREZ PAS AVEC CEUX QUI LES TUENT ET S'ENRICHISSENT AVEC EUX
 
Savez-vous combien de NUNA ET SES CHIOTS nous avons en Extremadura? Savez-vous combien d'animaux attendent une maison dans les refuges gérés par les véritables et désintéressées Protectoras d'Animaux? Savez-vous combien d'animaux abandonnés nous avons dans les rues? Savez-vous combien d'animaux en ce moment même sont maltraités en extremadura?
 
 
Et si vraiment vous voulez aider, aidez la FEPAEX dans sa tentative à résoudre le problème de fond pour changer de destin de TOUS nos animaux. Aidez-nous à démasquer tous ceux qui s'enrichissent avec leur souffrance, aidez-nous à faire pression sur les Administrations, en Europe, dans vos pays, en Espagne, pour qu'ils cessent de regarder de l'autre côté et assument leur responsabilité
 
Aidez-nous pour qu'un jour, sur cette terre, les animaux puissent rester dans leur pays de naissance, vivant au milieu de personnes qui les aiment et les respectent. Aidez-nous ......
 
LIRE EGALEMENT CONCERNANT LA PERRERA-ABATTOIR D'OLIVENZA
 
   
Repost 0
Published by galgos-ethique-europe
commenter cet article
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 11:17
 
La perrera d'Olivenza est connue, très connue comme étant une des pires d'Espagne dans une des Communautés les plus maltraitantes d'Espagne, Badajoz- Estremadura,  et également comme étant celle où de nombreux chiens et Galgos sont passés pendant des années de vie à trépas sans aucune autre alternative et qui plus est selon une méthode d'euthanasie pour le moins peu orthodoxe puisque les chiens étaient euthanasiés directement par injection dans le coeur et ce sans être au préalable endormis

Comme par hasard au moment où la direction de cette perrera a senti le vent tourner en sa défaveur elle décidera d'ouvrir ses portes à d'éventuelles sorties de ses chiens vers les pays européens et ces derniers feront le jeu d'une des perreras les plus honteuses d'Espagne en améliorant leurs chiffres de statistiques et en desservant la cause des protecteurs d'animaux dont notamment la FEPAEX qui après des années de tentatives réussira enfin à déposer une plainte avec un dossier bien monté.

On rappelle certains chiffres du commerce très lucratif de la mort de milliers d'animaux dont de nombreux galgos chaque année dans cette perrera:
En 2006, cette perrera a été subventionnée par la "diputacion" pour une somme de 88.754,56€ c'est dire 50€ par animal. Si vous calculez un coût de 1€/jour pour la nourriture d'un chien sachant que ces derniers n'ont aucun droit à aucun soin vétérinaire, cela nous amène à un coût de 34 000€ de nourriture pour maintenir les animaux jusqu'aux 20 jours qui les mèneront à l'euthanasie.
Il reste 54 000€  pour gérer les euthanasies, les cadavres et tout le reste entre dans la poche du respnsable de la perrera.
 
Pendant que la FEPAEX se démêne pour faire tomber cette perrera et arriver au résultat enfin d'une plainte déposée, pendant qu'elle lance son importante campagne contre la maltraitance animale en extremadura  .... pendant ce temps, des ong's européennes d'Allemagne, d'Autriche et de Suisse ont décidé de faire la part belle aux responsables de cette perrera en sortant leurs animaux et ce  sans oublier de les remercier par courrier pour leur collaboration chaleureuse, le tout  sans aucune concertation avec les défenseurs d'animaux sur place qui depuis des années essaient de faire tomber ce camp de la mort, le résultat recherché par les responsables de la perrera étant atteint à savoir une amélioration de leurs statistiques avec un nombre d'euthanasie qui a diminué au sein de leur établissement mortuaire

Les ong's ne sont pas là pour pacter avec le diable mais pour travailler en harmonie avec ceux qui, sur place en Espagne, se battent contre un système qui édifie sa fortune sur le massacre de centaines de milliers d'animaux domestiques
Je pose la question: n'y avait-il pas d'autres perreras dans le secteur de Badajoz? Qu'est-ce qui est le plus important: le nombre de chiens et galgos que l'on met sur notre livre de record de sauvetages? ou aider les espagnols main dans la main à monter une politique commune pour que tous ces abus cessent?
 
Des milliers ... ils sont des milliers de galgos à mourir chaque année dans les perreras d'Espagne alors SVP, quand les espagnols arrivent après des années à faire tomber une perrera, allez chercher vos galgos ailleurs et laissez-leur finir leur boulot ou donnez-leur un coup de main .... intelligent et arretez votre "syndrome Mère Thérésa"
Combien ont envoyé un courrier de soutien à la FEPAEX pour sa campagne, une ong... deux ... trois peut-être?

Quelle place l'Espagne accorde-t-elle aux lois de protection animale européennes ?
 
Tous ces sauvetages menés sans aucune concertation avec les défenseurs d'animaux sur place, sans aucune stratégie sur le long terme n'offrent qu'un seul constat, celui de la pauvreté et de l'impunité.

Tiré de mon blog AGIR POUR LES GALGOS
Marie-Hélène VERDIER
Trésorière
Galgos Ethique Europe

Une bonne concertation stratégique entre l'Espagne et les ongs européennes basée TOUJOURS sur une seule priorité à savoir l'intérêt des animaux et la solidarité dans les actions menées : c'est aussi ça l'engagement que nous prenons à travers notre charte Galgos Ethique Europe en collaboration avec les associations, fondations et fédérations qui nous ont fait confiance et en qui nous avons confiance.
Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Quelle Europe
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 22:51
On se souvient de cette pétition que nous avions été nombreux à signer il y a un an de ça
Un an après le problème se repose concernant cette chasse aux petits oiseaux selon la technique parany-à la glu qui consiste à déployer des paravents de branchages entrelacés les uns aux autres et recouverts de glu. Les petits oiseaux et dont nombreux sont protégés se feront piéger par ce leurre et mouront après d'atroces souffrances et d'épuisement pour essayer de se libérer de cette glu
Certains sites disent que la capture de ces petits oiseaux alimentent les bars et les conserveries
L'Espagne se fiche d'être mise à l'index par l'Europe comme cela a été le cas en 2006  ou bien en 2004 également
 
elpais 
 
Le Conseil a donné la 24 juillet 2009 son accord pour la pratique du parany, une méthose de chasse condamnée par l'Union Européenne comme étant une technique de capture massive. Mais l'Espagne bien sûr nous refait là le couplet de la tradition, eh oui on nous parle de "un mode de chasse traditionnel, reconnu déjà en 1237" (!!!???)
Il est à noter que cette pratique de chasse est interdite également par l'Espagne par une loi de protection du Patrimoine Naturel et de la Biodiversité

Que fait le Gouvernement?
Que fait le SEPRONA? vous savez ... Seprona no es seprona 
Que fait l'Europe?
 
L'article nous dit que ce monsieur qui prône les bienfaits de cette chasse aurait bien sûr des appuis politiques comme par exemple la Diputacion de Castellon et quelques municipalités.
Plus d'une centaine de parties de chasse au parany totalement illégales et toujours en activité
 
Une pétition est en cours pour dire STOP FOREVER-STOP DEFINITIVEMENT au PARANY

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Quelle Europe
commenter cet article
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 22:37
Autant en Espagne que chez nous, le respect de l'éthique devient incontournable pour sauver ce qui peut l'être encore dans le domaine de la protection animale en général et plus particulièrement en ce qui nous concerne parlant  de solidarité réelle, effective entre l'Espagne et les pays européens servant d'asile aux animaux espagnols en général et aux lévriers en particulier


Ethique .... comment pourrait-il en être autrement dès que l'on parle de sauver des animaux et pourtant .... les espagnols se sentent souvent "rejetés" dès lors où ils réclament leur dû que ce soit de simples nouvelles de leurs galgos que quelquefois ils ont veillé, soigné et aimé de long mois ou bien quand il s'agit d'autres obligations auxquelles s'engagent normalement les ong européennes et pour finir ne les honorant pas


La Fédération de Protectoras de Animales de Extremadura a demandé à être signataire de la Charte GALGOS ETHIQUE EUROPE considérant que estamos en el mismo camino-nous sommes sur le même chemin


Je rappelle que la FEPAEX est constituée de pas moins de 9 refuges espagnols d'Extremadura réunis pour enfin faire poids et exiger des autorités de cette Communauté l'accomplissement de la législation de protection animale



 
Que vous soyiez associations ou particuliers n'oubliez pas de faire votre courrier de félicitations pour la campagne contre la maltraitance animale lancée par la FEPAEX

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe
commenter cet article
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 19:54

L'anonymat de la personne est préservé pour ne pas lui nuire mais la publication est faite avec son autorisation. Merci à elle qui se dit prête à faire le voyage jusqu'en Belgique pour dire que non la situation des lévriers espagnols ne s'est pas améliorée en Espagne


Bonjour Marie Helene


Je m'appelle ***, je suis belge et je vis depuis 1998 en Espagne. J'ai habité jusqu'en 2008 à **** où j'ai sauvé quelques 180 galgos dans un délai de quelques 7 années


J'ai cru comprendre que les espagnols ne t'envoyaient pas de plaintes déposées. Je peux t'en expliquer la raison:

pendant toutes ces années, moi non plus je n'ai pas déposé de plaintes. Si tu déposes une plainte dans ce pays, ils te cherchent des noises et font de ta vie un enfer. En ce qui me concerne ils ont tué une de mes chiennes ( ils ont jeté une boule de viande piquée de brins de paille qui lui ont créé une occlusion intestinale et elle est morte dans d'horribles souffrances) et tout celà parce que j'étais allée voir la Guardia Civil pour dénoncer un berger saoul qui jetait des peirres sur mes ânes et mes chevaux

Ici, nous sommes dans un pays où la loi du silence est de rigueur, car si tu ouvres la bouche on te cherche des histoires dessuite


Moi même qui aidais depuis tant d'années les galgos, j'ai été obligée de fuir de *** après avoir reçu des menaces de mort et lorsqu'ils ont volé un de mes galgos dans ma ferme, je suis partie de ***. Du coup j'ai une ferme avec une adorable maison qui étaient le rêve de toute une vie en vente maintenant. Je ne peux plus vivre à ***, ils me connaissent et comme je suis très active pour dénoncer le commerce des galgos, la maltraitance qu'ils subissent, les courses illégales, la chasse avec les galgos je ne suis devenue rien de plus qu'une personne gênante. De plus, quand ces canailles ont commencé en voiture à tourner autour de ma ferme de nuit par lune noire, j'ai appelé la Guardia Civil et ces derniers ont attendu 3 semaines avant de venir!

C'est ainsi que dans ce pays tu n'es même pas protégée

Peut-être devrais-tu plutôt demander aux gens qu'ils t'envoient des témoignages sur des cas de maltraitance mais pas les plaintes car il y en a très peu.

Si tu as besoin de témoignages de maltraitance sur les galgos je peux t'en passer un paquet.Tu me diras.


Merci pour tous tes efforts pour les animaux d'Espagne. Pour moi, l'Espagne ne fait pas partie de l'Europe, c'est un pays de sauvages sans culture. Je doute que les choses changent dans le futur, les seuls qui puissent changer ce pays c'est l'Union européenne, les obligeant à rédiger des lois qui protègent réellement les animaux. Et l'Union européenne ne peut pas autoriser l'Espagne d'introduire dans une loi de protection animale une clause : excepté pour les fêtes nationales et taurines.


Je t'embrasse

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe
commenter cet article
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 19:51
Un superbe article de Julio Ortega Fraile, un état des lieux d'une protection animale en Espagne que l'on prétend en amélioration et de la  situation très particulière des Galgos que l'on prétend nettement moins catastrophique.
Quels arguments ont utilisé les dirigeants du gouvernement espagnol pour illuster leurs affirmations? L'article 337 du Code Pénal? L'action du SEPRONA? Des arguments qui seront faciles à démonter et qui ajoutés à tous les cas horribles référencés juste pour l'année 2008 devrait remettre les choses à leur juste place c'est-à-dire là où elles se trouvent depuis des années générant inlassablement son flot chaque année de quelques 50.000 galgos massacrés sur l'autel du profit
L'Espagne, celle qui se bat contre la maltraitance générale sur les animaux et sur les Galgos en particulier, s'adresse à la Belgique
 
 

En 2005 la FAPA (Federación de Asociaciones de Protección Animal), a dénoncé le fait que, en Espagne, après chaque saison de chasse, plus de 50 000 lévriers étaient éliminés par différents moyens: pendus, brûlés vifs, noyés, empoisonnés ou simplement battus à mort. Et bien nous sommes témoins d’un miracle puisque quatre ans après, selon le gouvernement espagnol, cela n’a plus lieu.


D’habitude, les “galgueros” utilisent leurs chiens durant les périodes cynégétiques et ensuite, pour des raisons pratiques et économiques, ils se débarrassent de l’animal sans se soucier du degré de souffrance généré par la méthode mais en visant plutôt l’efficacité et le coût minimum du procédé, d’où l’emploi de feu, eau, cordes, bâtons ou tout autre outil ou substances qui ne reviennent pas cher. Mais nos politiques affirment que ces méthodes ne sont plus d'actualité et que les propriétaires des animaux leurs octroient une retraite paisible après les services rendus à leurs maîtres.


Mars 2009: une centaine de lévriers sont découverts pendus dans une décharge dans la commune de Villatobas (Toledo). Maintenant, il s’avère que l’information était une intox et que les photos n’étaient qu’un simple montage, car il se trouve que les mandataires espagnols assurent que la maltraitance et la mort des galgos est une coutume du passé et qu’elle est éradiquée dans notre pays.


Et qui dit galgos, dit aussi podencos, les autres petites créatures, compagnons de misère et d'infortune des chasseurs, de ceux qui changent de fusil si le leur est abîmé, ou de bottes si elles sont cassées ou de chien si celui-ci est malade, blessé, vieux ou juste inefficace : il n’est plus son meilleur ami et ne représente qu’un fardeau que l’on devra nourrir et maintenir. Mais bon, cela n’est pas vrai non plus, en tout cas, d’après nos dirigeants.

D’ailleurs, les plaintes permanentes sur les chiens issus de l'entourage des chasseurs qui apparaissent agonisants, mutilés ou avec de terribles blessures, sont inventées de toutes pièces, et bien sûr, il est également faux de dire que ceux qui survivent, remplissent les perreras (où ils seront rapidement sacrifiés) ou les refuges qui ont à peine les moyens de les récupérer et de les maintenir. Les horribles images montrant le terrible état de ces animaux, qui ne sont parfois que des sacs d'os décharnés et les constantes nouvelles d’apparitions d’animaux moribonds ou assassinés, ne sont d’après les politiques, de fantasmes des citoyens et des médias et que tout cela fait partie d’un mensonge organisé. Or, on pourrait remplir des pages entières avec toutes les informations qui accréditent ces faits même si dans les hautes sphères politiques, ils n’hésitent pas à en parler au passé.


Pourquoi je vous raconte tout cela ? Et bien parce qu’à travers les différentes campagnes d’adoption menées par des particuliers et des collectifs, des milliers de chiens espagnols, en particulier des galgos et des podencos ont été recueillis ces dernières années dans plusieurs pays européens, destination où ils finissent par échouer après avoir connu l’enfer en Espagne et duquel quelques chanceux ont fini par réchapper. Bien que la majorité n’y parvienne pas –ils sont si nombreux !!!- et que l’Espagne soit devenue un cimetière creusé par la main de l’homme, comme toujours, les « pires ennemis » du chien.


Et maintenant, le gouvernement belge a voté une loi qui entrera en vigueur le 1 Octobre de cette année et qui interdit l’entrée de chiens étrangers dans leur territoire, chose que pourra également décider la France en fermant ses frontières aux chiens provenant d'Espagne. Etant donné la situation extrêmement sanglante des galgos, la Belgique pourrait faire une exception avec cette race et permettre qu’elle soit toujours accueillie dans ses foyers. Afin de jauger dette option, le gouvernement belge s’est mis en contact avec le gouvernement espagnol afin de savoir à quel point le sort des galgos en Espagne justifiait cette exception de la nouvelle loi.


Et c’est là que cela devient stupéfiant, écœurant, indignant et incroyable : les représentants espagnols les ont informés qu'aujourd'hui, cette race ne souffre aucun type de dommage ou d'abus et qu'ils n'étaient pas non plus assassinés. Que tout cela était de l’histoire ancienne et que le traitement que ces animaux recevaient en Espagne était respectueux et adéquat. Voilà ce qu’a osé invoquer l’Etat espagnol.


Je comprends que nos politiques aient besoin de vendre une image idyllique du pays, nous savons tous comment sauver les apparences en Europe, image fondamentale afin de recevoir des fonds, qui du coup, peuvent servir à subventionner la tauromachie par exemple. Mais entre une stratégie d'opportunisme politique et le mensonge il y a une abîme, remplie de cadavres de galgos, de podencos et autres races de chiens, dont une bonne partie a fini là des mains de chasseurs sans scrupules qui tuent par diversion un sanglier ou un chevreuil ou qui posent des pièges et des appâts et qui n’ont également aucun scrupule pour se débarrasser de leur chien qui était devenu un fardeau inutile.


Quiconque voudra vérifier ce que j’avance n’a qu’à visiter les sites des associations telles que SOS Galgos ou Galgos Sin Fronteras, en plus de nombreux autres sites étrangers qui décrivent quelle est l'épouvantable situation des galgos en Espagne. Avec des cordes autour de leur cou et pendus aux arbres, leurs dépouilles brûlées au fond d’un bidon ou d’un baril, décomposés auprès de leurs excréments et de leur vomissures après avoir été forcés de boire de l’eau de javel ou toute autre substance mortelle, avec de terribles blessures et l'amputation de l’un de leurs membres…ces images, réelles pour tous, sauf pour certains de nos hommes politiques, sont la preuve qu'en Espagne, les galgos subissent toujours tout type de torture et que la grande majorité est sauvagement assassinée.


On ne pouvait attendre grand chose de la part d’un gouvernement qui avait promis de rédiger une loi pour la protection animale lors de sa campagne et qui n’a pas respecté sa promesse, un gouvernement, qui consacre des millions d’euros afin de soutenir économiquement les corridas ou qui admet la déclaration d'intérêt touristique pour les festivités lors desquelles l'attrait principal est le martyre et la mort d'un animal, nous ne pouvons pas attendre beaucoup d’initiatives qui viseraient à légiférer efficacement pour le respect de ces êtres vivants et la protection de leurs droits. Mais, maintenant, l’attitude indécente des politiques n’est pas due à une omission ou à du laisser-aller, mais elle est déterminée par un fait irréfutable: ils mentent; la situation des galgos en Espagne qu’ils ont montré au gouvernement belge est tout simplement un mensonge aberrant.


Le pire de cette acte vil, ce n’est pas l’hypocrisie ou le fait qu’ils n’aient absolument aucun scrupule à faire semblant de gérer et de prêter attention à une situation qui ne correspond pas du tout à la réalité, mais qu’en plus, le résultat de cette misérable farce politique aura comme résultat que des milliers de galgos seront privés d’une seconde chance pour profiter enfin d'une existence paisible après avoir réussi à échapper à la souffrance et à la mort dans notre pays, un pays particulièrement sans pitié quand il s'agit des animaux. Nous continuerons à sauver des galgos maltraités et moribonds mis dans cet état par des chasseurs dans la plupart des cas, mais à cause du mensonge et de la malhonnêteté de nos politiques, nous ne pourrons plus les envoyer à des citoyens européens désireux de leur fournir un nouveau foyer.


La fermeture des frontières aux chiens qui avaient trouvé une famille à l’étranger est une véritable atrocité car beaucoup de gens n’arrivent pas à croire qu’en Espagne, ces animaux soient traités aussi cruellement et avec autant de sadisme et pour cette raison, ils sont prêts à les accueillir et à les traiter avec toute la tendresse et les soins qu’ils méritent. Mais des pays comme la Belgique, qui on ne sait pour quelle raison, décident de fermer l’unique porte de sortie qu’avaient ces animaux et le dernier espoir qui restait pour cette race dont la situation, ainsi que celle des podencos, est désespérée et qui ne s'arrange pas à cause des politiques espagnols qui mentent en prétendant que ces atrocités appartiennent au passé.


Il est possible que ces écrits ne parviennent pas aux hommes d’Etat belges mais il sera lu par certains citoyens espagnols et ils devraient tous savoir que les messieurs que nous avons élus pour nous représenter se servent du mensonge pour sauver leur image au sein de l’Europe. Car en Espagne, on continue d’assassiner et de maltraiter les galgos comme bien d’autres races d’ailleurs. Les photos des corps pendus sont une raison suffisante pour que ces individus qui vivent de la politique aient honte du degré de dépravation auquel ils sont arrivés afin de garder leur poste. Les relents de leur corruption morale est aussi insupportable que celle des corps des galgos en décomposition, un nombre très élevé jusqu’à aujourd’hui et qui ne va pas aller en s’arrangeant. A moins que, par compassion, face à la terrible situation de tous ces chiens et par indignation face à des hommes politiques qui n’hésitent pas à mentir, nous soyons capables de faire part au gouvernement belge l’état réel de cette situation en Espagne.  Face à des élus menteurs et hypocrites, la seule solution pour les citoyens est de démontrer la sincérité dont leurs élus sont dénués.


Julio Ortega Fraile

www.pacma.es

www.findelmaltratoanimal.blogspot.com

 

 

AFFAIRE DES CENT GALGOS PENDUS

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe
commenter cet article
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 23:04
Et ce blog se charge de le prouver chaque jour et chaque jour ma boîte aux lettres regorge de témoignages de maltraitance animale en Espagne, de Levriers espagnols martyrisés et de défenseurs des animaux désespérés
La Belgique prétend, avance que les choses se seraient nettement améliorées ces dernières années notamment concernant le problème des Galgos
Vos sources SVP messieurs pour avancer de telles choses!
Le blog agir-pour-les-galgos, lui, peut vous submerger de sources prouvant qu'il n'en est rien
 
Ci-dessous le témoignage d'une espagnole
 

Buenos días, Bonjour


Mi nombre es Pilar Coll, y el motivo de mi correo es unirme a vosotras para DENUNCIAR EL MALTRATO ANIMAL EXISTENTE EN ESPAÑA, pero no solamente por parte de cazadores y particulares si no  también por parte de la administración que hace caso omiso de la situación caótica de las perreras, no dando las subvenciones, cerrando los ojos ante los hecho de que los animales no tienen comida, ni agua, que los voluntarios han de buscar la manera de que en algunas perreras como en LOS BARRIOS ( Cadiz) no pagan a los empleados o bien dan el dinero pero los gestores se quedan con una parte y el resto no es suficiente para mantenerlos. Los fines de semana cierran puertas y en algunos sitios han de saltar muros para acceder a los recintos y poderles poner comida. La administración debería controlar los criaderos y poner penas más fuertes a los que abandonan.

Mon nom est Pilar Coll et la raison de mon courrier est de m'unir à vous tous pour DENONCER LA MALTRAITANCE ANIMALE EXISTANT EN ESPAGNE, mais pas seulement venant des chasseurs et des particuliers mais également de l'administration qui fait totalement abstraction de la situation chaotique à l'intérieur des perreras en ne versant pas les subventions, fermant les yeux devant le fait que les animaux restent sans nourriture, ni eau, que les bénévoles sont obligés de chercher le pourquoi du fait que par exemple comme cela se passe à LOS BARRIOS (Cadiz), les employés ne sont pas payés ou bien le sont si peu pour que les gérants en gardent la plus grande partie sachant que le reste ne sera pas suffisant au maintien des animaux. A la fin de la semaine ils ferment les portes de la perrera et par certains endroits on doit sauter par dessus les murs pour pouvoir avoir accès aux chenils et donner à manger aux chiens. L'administration se devrait de contrôler les éleveurs et imposer des peines plus sévères à ceux qui abandonnent les animaux


Bueno esta es mi opinión, pero creo que hay personas más documentadas que yo para hablar de estos temas.

C'est clair, c'est mon opinion, mais je pense qu'il y a des personnes plus documentées pour pouvoir parler de ces sujets


Deberíamos intentar hablar o bien enviarle una carta a la Reina, gran amante de los animales para que nos ayude con esta labor. Quizás me voy del tema pero es que ya no puedo más….en un año he tenido en acogida 15 animales, más los que yo tengo claro está que son 7 ( 5 perros y 2 gatos) y todos con problemas físicos es decir una podenca sin pata ( perrita caída en un cepo, una epiléptica la propietaria no podía sufrir sus ataques…otro con la pata rota, otra ciega y vieja y así sucesivamente) trabajo todo el dia y vivo en 50m2.

On devrait essayer de parler ou bien d'envoyer un mot à la Reine, grande amie des animaux pour qu'elle nous aide dans cette tâche. Peut-être que je suis hors sujet mais c'est sûrement parce que je n'en peux plus ... en une seule année j'ai eu en accueil 15 animaux en plus de ceux qui sont à moi à savoir 5 chiens et deux chats et tous avec des problèmes graves physiques c'est dire une podenca sans patte ( prise à un piège, une autre épileptique que son maître à rejeté .... un autre avec la patte cassée, un autre aveugle et âgée et ainsi de suite). je travaille toute la journée etje vis dans 50M2

*

POR FAVOR..!!! UNAMONOS esto no puede continuar asi.

SVP !!! UNISSONS NOUS ça ne peut plus continuer ainsi


Si tuvieran que valorar a este país por el trato y el amor que se les da a sus   animales…….se nos caería la cara de vergüenza.

Si l'on devait donner un rang à ce pays pour sa façon de traiter et d'aimer les animaux .... on serait submergé par la honte



 

L'association galgos-ethique-europe prépare un dossier qui sera déposé en Belgique et ce en collaboration avec les associations

Le Bulletin des Levriers, Levriers en Danger, Galgos Libres toutes trois signataires de la Charte GALGOS-ETHIQUE-EUROPE

 


NON LA SITUATION NE S'EST PAS AMELIOREE ET CE BLOG DEPUIS DEUX ANS LE PROUVE AVEC DES SOURCES VERIFIABLES


L'Espagne s'organise elle aussi pour lancer des appels à toutes les associations espagnoles pour regrouper tous les documents prouvant que OUI les Galgos subissent encore de nos jours en Espagne la pire des barbarie et sans aucune amélioration de la situation. Tous les documents sont à envoyer à  infocepa@proteccionanimal.org. La question étant de quel Ministère en Espagne est partie cette fausse information en Belgique car comme disent les espagnols "entendemos que les de vergüenza admitir lo que ocurre en España, pero más miserable y cobarde es ocultarlo-nous comprenons qu'ils puissent avoir honte d'admettre ce qui se passe en Espagne, mais l'ignorer est encore plus misérable et lâche "


 

ADHERER A L'ASSOCIATION GALGOS-ETHIQUE-EUROPE



 

 

 

 

SOY UN PARTICULAR : FIRMO EL CONVENIO GALGOS ETICA EUROPA

 

 

 

SOY ASOCIACION O REFUGIO : FIRMO EL CONVENIO GALGOS ETICA EUROPA

 

Repost 0
Published by galgos-ethique-europe
commenter cet article
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 19:34
et toujours leurs redoutables pièges aux mâchoires d'acier inondant la campagne espagnole du nord au sud et d'est en ouest.
Ce pauvre chiot s'est pris à un de ces pièges, formellement interdit par l'Europe et ce juste en dessous d'un olivier dans la province de Cordoba
Un pauvre chiot abandonné lui et son frère battant la campagne en quête de quelques bouts de pain lancé par ci par là mais plus souvent des cailloux les remplaçaient. Les gens ont été quand même sympas et ont avisé Nuria de la Guarida sitôt qu'ils ont entendu les cris de douleur du pauvre chiot. L'équipe de Nuria arrivera immédiatement sur les lieux pour essayer de le libérer, une demie heure de travail pour calmer le chien et arriver à le libérer de ce lléau tout aussi dangereux pour un chien que pour ceux qui veulent l'en libérer car une fois ouvert si la maîtrise n'est pas la bonne, c'est sur votre main qu'il peut se refermer.
Il sera amené directement chez le véto qui rassurera tout le monde car vu son très jeune âge, son os ne pouvait pas casser comme du verre et donc après une piqûre pour le calmer il sera ramené là où il était avec son frère en attendant ... de trouver mieux pour lui.
Une plainte est déposée, le piège a été également déposé auprès des autorités qui interrogeront le garde chasse du secteur. evidemment de la police au garde chasse ce sera le même réisonnement ... les braconniers, agriculteurs etc ... pour finir par la Conseillère de l'Environnement .... une plainte déposée et qui comme des milliers d'autres n'auront aucune suite.
Ces deux chiots croisés labrador sont en très grand danger en retournant où ils étaient car étant donné qu'une plainte a été dénoncée il y a de fortes chances pour qu'ils finissent avec une balle dans la tête juste pour représailles contre La Guarida et leur donner une leçon : on ne dénonce pas caux qui font la loi en Espagne, les chasseurs!

Tiré de mon blog AGIR POUR LES GALGOS
Marie-Hélène VERDIER
Trésorière
Galgos Ethique Europe


Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Maltraitance animale en Espagne
commenter cet article
20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 23:02
.... AVEC LA COMPLICITE DES ADMINISTRATIONS DES COMMUNAUTES AUTONOMES ET CONTRE LES LOIS DE PROTECTION GOUVERNEMENTALES  ET CELLES DE L'EUROPE
 
 

C'est au total 11 ONG qui ont demandé au Gouvernement espagnol de retirer la responsabilité  et la gestion de l'Environnement à la Junta de Castilla y Leon et au PP car dans cette Communauté cela a largement dépassé les limites du tolérable: empoisonnement massif de la faune sauvage, exploitation urbaine d'écosystèmes protégés, violation répétée de la loi  ..... la liste est longue et très grave et devant de tels faits et la dénonce des ONG la Junta refusera de faire des commentaires
 


La Constitution normalement prévoit des garanties exceptionnelles pour le cas où une communauté autonome ne respecte pas ses obligations dans le domaine de la protection de l'environnement. et dans le cas présent la dernière démonstration de non respect sera la trouvaille en avril d'un nouveau cadavre d'ours dans la Parc Naturel de Fuentes Carrionas-Palencia
 
La dernière polémique viendrait d'un document interne qui vient d'être mis en lumière signé par le Directeur Général de l'Environnement, Jose Angel Arranz, ce dernier autorisant l'usage des collets en pleine zone des ours durant toute l'année 2008. Je rappelle que les collets sont interdits en Espagne et dans toute l'Europe
 
Ce n'est pas la première fois que la Communauté de Castilla y Leon autorise l'usage des collets pour la chasse et il y a eu déjà une condamnation des tribunaux européens à ce sujet et notamment concernant l'usage des jaulas trampas (cages piège)
 
Comme le dit un porte parole défenseur de la Cordillère Cantabrique, c'est scandaleux que de hauts responsables de la Direction Générale de l'Environnement soient impliqués dans de tels délits. tous les fonctionnaires de cette administration ont été à un moment ou un  autre impliqués dans des affaires de cette nature et récemment un ex-conseiller de l'Environnement a été pris en flagrant délit par le SEPRONA alors qu'il enlevait un rapace mort pris dans un de ses propres pièges illégaux
Il semblerait que l'Environnement subit une politique d'exploitation pour favoriser des intérêts personnels et non ceux des citoyens
 
Une des bêtes noires de de la Junta ripoux s'appelle Javier Vinuela, un scientifique qui démontrera au grand jour les effets néfastes sur le reste de la faune de l'empoisonnement massif des taupes.et le Docteur Vinuela créera un site pour condamner de telles absurdités de la part de la Junta  non sans s'être fait traiter de menteur et délinquant. ajoutant qu'un document mentionne le poison comme inoffensif sauf que personne jusque là n'a eu ce document entre les mains. Pire, ces administrations ne se gênent pas pour censurer tous les travaux universitaires qui visent à démontrer toutes les abérrations qu'ils commettent en détruisant tout l'écosystème d'une région
La junta a inondé le secteur de poison sur une surface de 400.000 hectares et ce en toute impunité, le risque étant que les propriétaires terriens n'en fassent autant et pourquoi pas .... puisque l'impunité est TOTALE
 
Le Gouvernement ne doit plus cautionner de tels abus
 
Le WWF a rejoint le restant des ONG demandant que le pouvoir central garantisse le respect de ses lois basiques
Liste des ONG signataires pour dénoncer:
Plataforma para la Defensa de la Cordillera Cantábrica, FAPAS, Asociación para la Conservación y Estudio del Lobo Ibérico, Asociación de Naturalistas Palentinos, Federación de Ecologistas en Acción-Castilla y León, Coordinadora Ecoloxista d’Asturies, Plataforma Filón Verde, Asociación para el Estudio y Protección de la Naturaleza (URZ), Asociación para la Defensa de los Recursos Naturales de Cantabria (ARCA) y Asociación Ecologista La Braña.
 
A LIRE EGALEMENT
 
PERRERAS - TAUROMACHIE - CHASSE ILLEGALE - GALGOS : POMPE A FRIC

Cet article est extrait du blog de Marie-Hélène Verdier, trésorière de l'association Galgos Ethique Europe

http://agir-pour-les-galgos.over-blog.com
Repost 0
Published by galgos-ethique-europe - dans Maltraitance animale en Espagne
commenter cet article

Présentation

  • : Bienvenue sur le blog de l'association Galgos Ethique Europe
  • Bienvenue sur le blog de l'association Galgos Ethique Europe
  • : Pour le droit des citoyens européens de voir la législation européenne de protection animale appliquée, actualisée et renforcée dans tous les Etats membres. Pour que cesse l'indifférence des autorités et le supplice des animaux en général, des Galgos et Podencos en particulier.
  • Contact

le galgo : symbole d'impunité

site-gee-galgos-ethique-europe.jpg

GALGOS, le symbole européen de
l'indifférence et de l'impunité.
 
Ne rêvons plus leur vie,
offrons-leur une vie rêvée !
icone-petition-parlement-europeen-signer-galgos-ethique-eur.jpg 

 

Recherche

à tous nos Visiteurs

   Tous les articles de ce blog sont la propriété du blog Agir pour les galgos et de l'association Galgos Ethique Europe.
La charte Galgos Ethique Europe ne peut être reproduite que par les organisations qui en sont signataires. Elle fait l'objet d'un copyright.
La reproduction de nos articles doit être accompagnée du lien d'origine. Nos parutions ne peuvent être utilisées pour servir d'autre support qu'une action issue de l'initiative de leur auteur et de l'association à laquelle il appartient ou celle des organisations partenaires.  Merci de votre compréhension. 

 

  Si vous découvrez une photo qui vous appartient, merci de nous en informer afin que nous puissions soit la retirer soit établir un lien, selon ce que vous souhaiterez.  

Visiteurs uniques du blog

Locations of visitors to this page